SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No107
107
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Sciences -  Système solaire orageux

Article précédent :
Galaxie sans étoile !

Système solaire orageux

Article suivant :
Impact sur Titan


Nuages noirs autour du système solaire

Ces vastes nuages avaient jusqu’à présent échappé aux observations des radioastronomes qui traquent la présence d’atomes d’hydrogène dans l’univers grâce aux fréquences qu’ils émettent. Des chercheurs français du CNRS et du CEA révèlent aujourd’hui dans la revue Science la présence de nuages de gaz ‘’sombre’’ à proximité du système solaire. Ils ne sont situés qu’à mille années lumière, alors que le diamètre de la Voie lactée est d’environ 200.000 années lumière.

L’équipe d’Isabelle Grenier et Jean-Marc Casandjian (Paris 7, CEA, CNRS) a utilisé tous les moyens pour traquer ces nuages : radioastronomie, astronomie gamma, observation dans l’infrarouge. Ces techniques sont habituellement appliquées pour détecter les réserves d’hydrogène de la Voie lactée. « Les grands nuages d’hydrogène atomique s’effondrent sous leur poids et se fragmentent en cœurs denses d’hydrogène moléculaire où se forment les étoiles » expliquent les chercheurs.

Les très basses températures des nuages sombres pourraient expliquer qu’ils ont échappé à la détection. Ils ont une position de ‘’poupée gigogne’’ : ils forment une sorte d’enveloppe entre les vastes réservoirs d’hydrogène et les cœurs denses où naissent les étoiles, précisent Grenier et ses collègues. Ils joueraient donc un rôle important dans la formation des futurs berceaux d’étoiles.

En observant les émissions gamma de ces nuages, les chercheurs ont pu mesurer leur masse. Ils estiment que dans toute la Voie lactée il y a au moins autant de ce gaz sombre que de réserves d’hydrogène moléculaires connues.

Recueilli par Alain Pelosato

D’après Sciences et Avenir




Retour au sommaire des infos Sciences
S'inscrire à infosfmag
Adresse du service :fr.groups.yahoo.com