SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No108
108
2
0
 
j
u
i
l
l
e
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   PD-AP  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  A - F -  Edge of tomorrow
"Edge of tomorrow"
de Doug Liman (2014)
Lire 2800 chroniques de films dans le livre d’Alain Pelosato, grand format 15x23, 700 pages) : 123 ans de cinéma fantastique et de SF - essais et données pour une histoire du cinéma fantastique - 1895-2019
 

film américain

- Je ne suis pas un soldat !

Le commandant William Cage (Tom Cruise) n’est pas un foudre de guerre. Sa boîte de pub a coulé il y a cinq ans suite à l’invasion extraterrestre de l’Europe. C’est ainsi qu’il s’est retrouvé officier au sein des relations publiques de l’US Army. Son beau sourire et ses phrases chocs permettent l’enrôlement de nombreux soldats pour la défense de la Terre. À Londres le général Brigham (Brendan Gleenson) qui prépare l’invasion de la France lui annonce que demain il se retrouvera en première ligne pour l’opération « Crépuscule ».

Participer au débarquement ? Non, merci ! Cage proteste. N’aurait-il pas menacé le général Grigham ? Mais oui ! Aussitôt tasé, il se réveille sans ses galons avec des menottes sur une base militaire. Le sergent Farell (Bill Paxton) apprend à Cage qu’il est un simple soldat, se faisant passer pour un officier. De plus, il vient d’être désigné comme déserteur. Cage est ainsi incorporé à l’escouade J qui doit participer à l’opération « Crépuscule ». Malgré les protestations d’usage Cage se retrouve pourvu d’un exosquelette. Cette armure de combat est équipée d’armes lourdes. Cependant Cage qui n’a aucune expérience ni du combat, ni de ce matériel ignore où se trouve la sécurité des armes. Curieusement, personne dans l’escouade ne semble vouloir le renseigner. Le général Brigham aurait-il fait en sorte qu’il soit tué au combat ? Mais oui !

L’opération « Crépuscule » aurait du être un succès. Mais la force d’invasion était attendue. C’est ainsi que Cage meurt, victime d’une explosion destinée à un extraterrestre.
Cage se retrouve la veille de sa mort et se retrouve ainsi au combat... où il meurt à nouveau.
Les choses se reproduisent avec quelques variations. Mais à chaque fois Cage meurt.

La sixième fois il a le temps de sauver la sergent Rita Rose Vrataski (Emily Blunt). Cette combattante d’élite comprend qu’il remonte le temps et lui ordonne de venir lui parler après sa prochaine mort. Cage ne comprend pas. Mais comme il vient de mourir à nouveau il décide de s’adresser à elle avant de partir au combat. C’est ainsi qu’il apprend que Rita a autrefois vécu « un jour sans fin » lors de la bataille de Verdun. Le contact avec le sang d’un extraterrestre de type « Alpha » déclenche ce processus. Ceci permet à ceux qui sont exposés d’acquérir une formidable expérience du combat. Mais Vrataski a perdu la capacité de revivre le passé suite à une blessure qui a nécessité une transfusion sanguine. De plus, les extraterrestres possèdent également cette faculté. Ceci explique que les humains vont perdre leurs prochaines batailles.

Cette adaptation du roman japonais « All You Need is Kill » (1), de Hiroshi Sakurazaka a bénéficié d’un budget de 178 millions de dollars (avec une brève apparition d’une demi-seconde de François Hollande). Les cascades et les effets visuels répondent présents. Mais signalons surtout un montage qui met en évidence les répétitions des évènements et ceci au service de la tension dramatique et parfois de l’humour noir.

Cependant on peut détecter une anomalie dans le scénario. En effet sur la plage de débarquement Cage connaît la localisation de « l’Alpha ». Pourquoi ne pas le tuer et en asperger de son sang Rita et pourquoi pas les autres membres de l’escouade J, ce qui constituerait un renfort appréciable ?

Les deux héros sont au moins deux fois plus âgés que les personnages originaux du roman. Le trouffion japonais Keiji Kiriya est devenu le major américain William Cage. Si Rita Vrataski a perdu sa nationalité américaine en devenant britannique, elle a cependant conservé son nom. Cependant la fausse identité de Rita Vrataski n’est pas évoquée ici (dans le roman elle avait triché sur son âge pour s’engager en prenant l’identité d’une jeune femme plus âgée). Par contre un des membres de l’escouade J a pris l’identité d’un de ses camarades mort au combat.

Quant au sergent Farell, à l’origine un vétéran expérimenté qui aide le héros à progresser, il est devenu à l’écran un crétin fanatique des ordres reçus et qui ne voit aucun intérêt à ce que les membres de l’escouade sous son commandement sachent réellement combattre.
Dans le roman et le manga il s’agit d’un nippo-brésilien assez sympathique. Dans le film il est devenu 100 % américain et 100 % borné.

Le personnage de Shasta Raylle, une mécanicienne amérindienne dans la version originale, s’est lui métamorphosé en un personnage masculin : le Dr Carter (Noah Taylor) dépourvu de toute originalité.

Quant à la guerre contre les Extraterrestres elle ne se déroule plus en Asie, mais en Europe. Les exploits de Rita Vrataski lui ont voulu le surnom de « l’Ange de Verdun » (une référence à la première guerre mondiale). De plus, la Grande-Bretagne sert de base aux Alliés qui se préparent à débarquer en France (une autre référence historique).

Le thème de la « boucle temporelle » a été associé à de spectaculaires scènes d’action. Il semble que Tom Cruise et Emily Blunt soient destinés à replonger dans la boucle puisqu’une suite se trouve en préparation… depuis 2016 (le retard étant évidemment du à une perturbation temporelle).

(1) publié aux éditions Kaze, de même que l’adaptation manga dessinée par Takeshi Obata (le mangaka de Death Note).

Damien Dhondt

Fiche technique :

Réalisateur : Doug Liman
Histoire originale : Hiroshi Sakurazaka
Scénaristes : Christopher McQuarrie, Jez Butterworth & John-Henry Butterworth
Audio : Dolby digital 5.1
Langue : Français, Anglais, Allemand, Italien
Sous-titres : Français, Allemand, Italien, Néerlandais
Format : 16/9 - 2.40:1
Nombre de disques : 1
Sortie : 6 mai 2015
Durée : 1h53
Editeur : Warner Bross
Prix : 13 euros

Bonus DVD :

-  «  Armes du futur  » : Tom Cruise et Emily Blunt manient leurs exosquelettes (8’04” - VOST)
-  «  Des créatures d’un autre monde  » : le design des aliens (5’24” - VOST)
Chronique du roman : https://www.sfmag.net/spip.php?article14464
Chronique de la BD : https://www.sfmag.net/spip.php?article14465


Et sa suite :
125 ans de cinéma fantastique
et de SF Deuxième partie (Mise à jour 1951-2019)

Après la parution de son monumental livre «  123 ans de cinéma fantastique et de SF – essais et données pour une histoire du cinéma fantastique 1895-2019&#8201 » paru en janvier 2019, Alain Pelosato a continué à regarder des films et des séries de télévision  ! «  Quand on écrit ce genre d’ouvrage », explique l’auteur, « c’est sans fin puisque des films et des séries, il continue à en sortir sans cesse  ! Il faut donc prendre la décision de s’arrêter pour publier. C’est pourquoi j’écris et je publie régulièrement des mises à jour depuis 1998.  »
De plus, certains éditeurs de DVD ressortent des films des archives et les publient, il y a aussi la télévision et les plateformes sur Internet. Du coup, le présent livre couvre la période 1951 à 2019.
Voici donc la dernière mise à jour : un livre de 500 pages avec plus de 700 entrées dans l’index, c’est dire s’il contient beaucoup de chroniques, d’analyses et aussi, la spécialité de l’auteur, de vastes mises à jour de listes thématiques de films (taxinomie du cinéma fantastique). Bonne lecture  !



Retour au sommaire