SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No116
110
9
 
a
o
û
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 16 000 articles
  Sommaire - DVD -  G - L -  Jumper (id.) - Edition Blu-ray (France)
LIVRES-SF-FANTASTIQUE
Voir 89 livres sur le cinéma, romans, études, histoire, sociologie...
"Jumper (id.) - Edition Blu-ray (France) "
de Doug Liman
 

Avec Hayden Christensen, Jamie Bell, Samuel L. Jackson, Diane Lane, Rachel Bilson.
FPE Vidéo

Et une note rehaussée, une, par rapport à la sortie en salles. Car à la seconde vision, « Jumper » se révèle éminemment sympathique, pas parfait certes, mais possédant réellement une certaine identité. Une qualité due à son metteur en scène, Doug Liman, à qui on doit « La Mémoire dans la peau » et « Mr & Mrs Smith », deux blockbusters qui tiraient leur épingle du jeu via la « touche » de Doug Liman. Et cela se retrouve donc aujourd’hui avec ce « Jumper » qui en plus bénéficie d’une édition Blu-ray soignée...
David Rice, à priori un étudiant comme tant d’autres, peut-être un peu sauvage, réservé, vivant seul avec son père alcoolique depuis le départ soudain de sa mère quand il était enfant. Mais tout change le jour où David, en voulant prouver son amour à une fille de son collège, sombre dans les eaux glacées du fleuve et se retrouve la seconde suivante... Dans la bibliothèque municipale ! C’est ainsi qu’il découvre qu’il est un Jumper, un être doué du pouvoir de voyager en un clin d’œil où il veut, de se situer où il veut, au soleil, en bord de mer, dans le coffre d’une banque, etc... En quelques années, David est devenu un autre, un homme sûr de lui, jouissant de son don au maximum. Mais tout à une fin, et David découvre que des limiers le recherchent, des tueurs appelés paladins, qui ont pour seul et unique but de tuer les Jumpers. Car en plus, il n’est pas seul au monde. Mais de ce mal nait un bien, car David va retrouver celle qu’il aime vraiment depuis son adolescence, la seule avec qui il se sente vraiment bien et simplement humain.
« Jumper » est un film de super-héros. Pas masqué, pas costumé (bien que...), mais David Rice a autant de pouvoirs qu’un Peter Parker, Matt Murdock, etc... la suite, c’est un film purement ludique, auquel Doug Liman apporte sa touche personnelle qui donne une dimension plus réaliste, intimiste, touchante. Le meilleur de « Jumper », ce serait tout le prologue, avec un David Rice encore « normal », ces rares moments où il revient chez lui, sa gaucherie avec Millie, son amour de jeunesse, le mal de vivre que ressent parfois l’autre Jumper qu’est Griffin, etc... Des séquences qui rappellent ce qui faisait la réussite d’un thriller noir comme « La mémoire dans la peau ». Mais même ainsi, dans son état qui semble un peu bancal (coupes diverses et variées, personnages parfois mineurs, restrictions de toutes sortes...), « Jumper » n’est pas l’affreux film tant décrié, loin, très loin de là : on prend beaucoup de plaisir à ce film fou, aux effets surprenants et au rythme haletant. A la base, il devait être le premier volet d’une trilogie. Aujourd’hui, il semblerait qu’on va en rester là. Et si il devait y avoir un vrai bémol au film, ce serait Hayden Christensen, connu pour être le jeune Vador, qui manqué singulièrement d’épaisseur et de charisma, surtout face à un Jamie Bell excellent et meme à celui qui incarne David plus jeune. L’édition Blu-ray est de toute beauté, une image magnifique, qui ne denature pas la multitude d’effets spéciaux qui peuvent parfois être plus décelables avec un support video trop pointu, ça c’est déjà vu. En bonus, on a droit à la function “PIP3 qui comme la IME pour le HD-DVD permet de visualiser un making-of lors de certaines scenes. Ici, il s’agit des destinations de David, comme les trucages quand il est sur Big Ben, ou sur l’Empire State Building. Un conseil : connectez la, repassez le film en accéléré et stoppez à chaque fois qu’apparait la petite fenêtre. Autrement, on a tout ce qui concerne les effets visuels et spéciaux, un making of classique mais intéressant tout de même quand on voit Liman au travail. Et les scènes coupées qui pour une fois méritaient parfois de ne pas avoir été coupées : la vie privée du paladin Samuel L. Jackson, des détails qui comblent certaines zones d’ombre du film, et au final, ce qui ne dure que 9O minutes pouvait durer un quart d’heure de plus sans problème. C’est rare, mais dans le cas de “Jumper”, c’est ce qu’on ressent. Mais bon, même en l’état, “Jumper” est une très agréable surprise, pas complètement homogène certes, mais qui porte bien la touche de Doug Liman. Et à la revoyure, il se révèle meilleur qu’à la première vision. Un vrai gage de qualité, si, si !

Film : 7/10
Blu-ray : copie magnifique, image Haute Définition 16x9 2.35:1 - Bonus : 7/10 : commentaire audio du réalisateur, d’un scénariste et d’un des producteurs - les différentes destinations du tournage - 6 scènes coupées - les effets spéciaux - making-of : Doug Liman aux commandes - de la nouvelle au film - module animé : David à la recherche de ses origines - bande-annonce.

St. THIELLEMENT



Retour au sommaire