SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No116
110
9
 
a
o
û
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 16 000 articles
  Sommaire - DVD -  G - L -  Le Règne du feu (Reign of Fire) - Edition Blu-Ray
LIVRES-SF-FANTASTIQUE
Voir 89 livres sur le cinéma, romans, études, histoire, sociologie...
"Le Règne du feu (Reign of Fire) - Edition Blu-Ray "
de Rob Bowman
 

Avec Christian Bale, Matthew Mc Conaughey, Gerard Butler.
Touchstone Vidéo

Le meilleur film de dragons jamais fait. Quitte à se faire des ennemis, « Le règne du feu » est de très loin ce qui s’est fait de mieux quant à ces créatures de légende. Et en plus, dans un film épique, mixant l’univers futuriste et dévasté de notre monde dans un esprit post-apocalyptique qui rappelle celui de « Mad Max » à un envahisseur des plus destructeurs, le dragon. On a reproché au « Règne de feu » d’être restreint en séquences d’action, en combats entre l’homme et le dragon. Le budget était là. Plus conséquent, le film aurait été un chef-d’œuvre absolu ; dans l’état actuel des choses, il pallie à son manque de moyens par des d’excellentes idées (notre Terre réduite en cendres par ces gigantesques monstres ailés, est résumée au travers des actualités de la presse), mais en n’oublie pas de soigner ses effets spéciaux, tout simplement époustouflants, et de nous servir au moins deux ou trois scènes anthologiques, fantasmées auparavant par des dessins de Frazetta ou autre artiste graphique de génie, et ici prenant vie de façon plus que spectaculaire. Tout cela est de nouveau aujourd’hui disponible, en édition Blu-ray, pour un résultat qui fait revivre ces dragons tels qu’on ne les a jamais vus. Pour le fan du film, le bonheur est total. Pour les autres... Arrêtez de faire la fine bouche, ce n’est pas la perfection de « Casino royale » ou « Déjà vu » mais franchement, cela reste en haut du panier !
En allant voir sa mère sur le chantier du métro londonien, le jeune Quinn va découvrir une immense caverne et réveiller un animal dont on n’aurait jamais crû qu’il ait au moins existé ne serait-ce qu’une fois au cours de l’histoire de l’humanité : le dragon. Hermaphrodite, le géant ailé commence par tout détruire, puis procréé à une vitesse incroyable. En quelques années, le monde n’est que plus que cendres et paysages dévastés. Les dragons se comptent par milliers, l’humanité n’existant plus qu’au travers de petits groupuscules de survivants terrés dans des endroits éloignés des villes, fiefs des démons ailés. Quinn est le leader d’une communauté. L’arrivée d’un bataillon de mercenaires tueurs de dragons menés par Van Zan, va peut-être enfin signer la fin des dragons, et l’espoir d’un retour à une vie de renaissances.
Signé d’un des coutumiers d’épisodes de « X-Files », Rob Bowman, qui jusque là n’avait en cinéma que la seule expérience du plutôt bon « X-Files - le film », « Le règne de feu » donne donc la vedette à de superbes dragons, majestueux quand ils volent, créatures cauchemardesques brulant tout sur leur passage et se nourrissant de cendres. Leur première apparition est inoubliable, et procure le même ébahissement que la première fois où on vit le tyrannosaure dans « Jurassic park ». Certes, on ne les verra pas assez souvent mais en même temps, leurs apparitions sont toujours extraordinaires (bon Dieu, qu’est-ce qu’ils sont beaux !) et au moins une restera dans les annales (suivant les goûts : celle où le « père » sort des ruines du château en flammes ou l’affrontement au sol avec Quinn, ou la traque dans le ciel, etc...). En parallèle, Bowman a choisi des caractères forts, menés par Christian Bale, qui signe ici un de ses films qui lancèrent son très grand retour au cinéma (attendez de le voir bientôt en cow-boy dans le western « 3h10 pour Yuma » face à Russel Crowe, ou bien entendu en Batman dans le plus que très attendu « Batman : the dark knight ») et Matthew McConaughey dans son meilleur rôle. On remarquera aussi l’excellent Gerard Butler, devenu depuis star avec « 300 » et la très belle Isabella Scorupco (James Bond girl dans « Goldeneye » et alpiniste dans « Vertical limit »). Et Bowman de signer une œuvre parmi les meilleures dans le domaine de la SF post-apocalyptique, faisant preuve de qualités artistiques indéniables (la poursuite dans les airs est scotchante, et chaque apparition de dragon est picturalement superbe, tout cela se retrouvera, et sauvera aussi, son adaptation de « Elektra ») et d’une très grande maitrise du sens de l’action, même dans les moments de simple dialogues (la fête pour la mort d’un dragon plombée par le discours de Van Zan). Maintenant, tout cela se retrouve donc en Blu-ray, et là, on est aux anges : l’édition DVD était déjà nickel, celle-ci la supplante assez souvent. Les détails de chaque dragon apparait comme jamais, et toutes les scènes pyrotechniques sont simplement magnifiquement restituées. Bref, dans l’ensemble, c’est superbe, une nouvelle raison de l’importance de la haute-définition. Question bonus, on retrouve ceux du DVD, intéressants, mais pas assez riches malheureusement. Qu’importe, le plus important est là : voir vivre de nouveaux ces somptueuses créatures dans le meilleur film qui ne leur a jamais été consacré.

Note film : 9/10 (copie magnifique, image 1080p Haute Définition 16x9 2.35 : 1)
DVD : 8/10 - Bonus : deux petits making-of - entretien avec Rob Bowman - bande-annonce - sélection de scènes préférées.

Stéphane THIELLEMENT



Retour au sommaire