SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No116
110
9
 
a
o
û
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 16 000 articles
  Sommaire - DVD -  G - L -  Joe’s appartment
LIVRES-SF-FANTASTIQUE
Voir 89 livres sur le cinéma, romans, études, histoire, sociologie...
"Joe’s appartment"
de John Payson

Avec Jerry O’Connell, Megan Ward, Robert Vaughn
Warner Home Vidéo

Voici un inédit qui, malheureusement, ne bénéficie d’aucun traitement de faveur de la part de son éditeur qui sort en ce moment certains titres avec une indifférence monumentale quant au minimum qualitatif qu’on peut attendre d’un DVD. A la base, un des programmes les plus regardés de la chaine MTV il y a quelques années qui narrait les aventures d’un jeune campagnard venu s’installer en ville dans un appartement miteux. Très vite, il découvrait que l’endroit était infesté de cafards qui... Lui parlaient ! De parasites, les « charmantes » bestioles deviennent les confidents de la vie privée, avec ses joies et ses déboires, de Joe. Au point de l’aider quand il se retrouve vraiment dans la panade. Ce qui en même temps assure aux cafards la perspective de garder leur antre sans craindre un nouveau locataire qui appellerait bien vite les services sanitaires.
Datant déjà d’il y a dix ans, bénéficiant d’effets spéciaux qui donnent une vie stupéfiante aux cafards (on les voit danser, chanter, si ce n’est plus...), signé du créateur du show, « Joe’s apartment » est un de ces petits films à la réputation qu’il n’est plus besoin de faire. Tout fonctionne à merveille, le scénario est très intelligent, ne sombrant jamais dans le graveleux de base, mais s’inspirant bel et bien des travers de nos sociétés via ces bestioles au raisonnement bien plus incisif et perspicace qu’on ne le pense. Face à eux, Jerry O’Connell, connu pour la série « Sliders » et aussi pour avoir été le petit gros de « Stand by me » (ben oui !) dévoile un talent qu’on ne retrouvera pas souvent dans ses prestations suivantes. Bon, en plus, face aux cafards, il ne fait pas vraiment le poids, c’est certain. Maintenant, ce film était sorti en zone 1 mais en format 1.33 alors qu’ici, il nous est proposé dans son format d’origine 1.85 tout en étant comme son homologue US, en 4/3 pour la vidéo. Pourquoi, ça, ça reste une question dont la réponse ne sera certainement jamais connue. Trop petit film semble être la meilleure, donc pas de sous pour un transcodage 16/9. Quand on connait les autres « petits » films qu’on aimerait que sorte Warner (« Ratboy », « Impulse » tous deux signés Sondra Locke, ex-Mme Eastwood, le second film étant véritablement excellent, et autrement, il y a aussi « Innocent blood » de John Landis, « L’amie mortelle » de Wes Craven, « M. Butterfly » de Cronenberg, etc...), on se dit que si c’est pour les découvrir ainsi respectés, autant attendre encore une éventuelle édition digne de ce nom
.
Note : 7/10
DVD : 1/10 : copie excellente, format d’origine 1.85, image 4/3 - Bonus : nada.

St. THIELLEMENT



Retour au sommaire