SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No116
110
9
 
a
o
û
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 16 000 articles
  Sommaire - DVD -  G - L -  La Maison des 1000 morts
LIVRES-SF-FANTASTIQUE
Voir 89 livres sur le cinéma, romans, études, histoire, sociologie...
"La Maison des 1000 morts"
de Rob Zombie

Le chanteur du groupe ”White zombie”, devenu en solo Rob Zombie, devait s’intéresser au cinéma pour avoir donné ce nom à son groupe, car c’est le titre original d’un film de Victor Halperin (1931) avec Bela Lugosi.
Alors Rob Zombie se met au cinéma.
Ce film reprend la classique histoire d’une équipe de jeunes qui tombent entre les mains de dégénérés qui vont les soumettre aux pires tortures. Et quoi qu’espère le spectateur pour sauver quelqu’un cela n’arrivera pas.
La première partie assez longue semble donner une direction ”second degré” au film, mais ensuite les amateurs d’horreur en auront pour leur argent.
Sur le plan cinématographique, l’utilisation du négatif couleur ou même noir et blanc (procédé que Murnau avait le premier utilisé dans Nosferatu) ainsi qu’un montage assez lent sur certaines scènes et très rapide sur d’autres, crée un malaise qui sera accentué par les scènes terribles que ce film nous inflige. Ces scènes ”trafiquées” créent une illusion passagère que tout cela n’est que du grand guignol, mais c’est pour mieux te manger mon cher spectateur...
Rob Zombie a une grande culture du cinéma de ce genre, et il le montre avec son scénario bourré de références, mais avec en final une certaine originalité, et aussi, quelques extraits de films vus à la télé par quelques personnages.
Rob a réussi ce qu’il voulait faire, un film très dérangeant, comme sa musique...

Alain Pelosato



Retour au sommaire