SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No107
107
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Sciences -  Un astéroïde avec deux satellites !

Article précédent :
sfmag N° 45 en kiosques le 22 août

Un astéroïde avec deux satellites !

Article suivant :
Nouvelle "Mission to Mars"


Le premier système triple d’astéroïdes, un gros objet céleste pourvu de deux satellites, a été découvert dans la Ceinture principale, entre Mars et Jupiter, annoncent dans la revue Nature un astronome américain et trois Français.

Franck Marchis, de l’Université de Californie à Berkeley, et ses collègues de l’Observatoire de Paris viennent, en fait, d’observer un second petit corps en orbite autour d’un des plus gros objets de la Ceinture principale, 87 Sylvia. Une première "lune" de cet astéroïde avait, en effet, été découverte en 2001.

Il existe deux ceintures d’astéroïdes dans le Système solaire : la Ceinture principale, qui pourrait compter, selon des travaux récents, 1,2 million d’astéroïdes (à 500.000 près), l’autre, la ceinture de Kuiper, faite d’astéroïdes et de noyaux cométaires, également située dans le plan de l’écliptique, au-delà de l’orbite de Neptune, entre 30 et quelques centaines d’unités astronomiques (une UA = la distance Terre-Soleil), et dont on connaît actuellement près de 500 corps.

La Ceinture principale rassemble des petits corps que la gravité de Jupiter a empêché, lors de la formation du Système solaire, de s’agréger pour constituer une planète.

Postulée depuis plusieurs décennies, l’existence possible de satellites autour d’astéroïdes n’a trouvé un début de vérification que récemment. On connaît actuellement une soixantaine de systèmes doubles d’astéroïdes, dont dix-sept dans la Ceinture principale.

Découvert en 1866, Sylvia est un astéroïde de forme irrégulière situé dans la partie externe de la Ceinture, Cybèle, à 3,5 unités astronomiques du Soleil. En deux mois, à l’automne dernier, l’équipe l’a observé à vingt-sept occasions, avec un des instruments du Télescope Géant (Very Large Telescope/VLT), de l’Observatoire européen austral (ESO), au Chili.

Sur chacune des images obtenues, les chercheurs ont pu voir Sylvia et son satellite déjà connu, S/2001(87)1, ce qui leur a permis de préciser leurs caractéristiques, mais, sur douze d’entre elles, ils ont observé un troisième corps, une deuxième "lune" de l’astéroïde : S/2004(87)1.

Ces trois objets se trouvent dans le même plan (quasiment celui de l’écliptique) et les deux "lunes" décrivent une orbite prograde (de même sens que Sylvia). La première, de 18 km, est à 1.360 km de Sylvia, autour de laquelle elle décrit une révolution en 87,6 heures. La nouvelle a 7 km et est éloignée de 710 km de l’astéroïde. Sa période de révolution sidérale est de 33 heures.

Quant à Sylvia, elle mesure 380 km sur 260 et 230. Sa densité n’est que de 1,2 gramme par centimètre cube. Sa composition : eau, glace et fragments d’un astéroïde parent. Cette faible densité prouve, selon les chercheurs, que cet astéroïde est vraisemblablement un agglomérat, ce qui vérifie le modèle avancé ces dernières années par Patrick Michel, du Laboratoire Cassini (unité Observatoire de la Côte d’Azur-CNRS), et ses collègues.

"Deux astéroïdes", explique ainsi Franck Marchis, "se sont heurtés et ont éclaté. Un nouvel astéroïde (Sylvia) s’est ensuite constitué, par agrégation des plus gros fragments. Les satellites sont vraisemblablement des petits débris qui ont été capturés par ce nouvel astéroïde".

S’il en est bien ainsi, les astronomes devraient découvrir bientôt d’autres systèmes tels que celui-ci.




Retour au sommaire des infos Sciences
S'inscrire à infosfmag
Adresse du service :fr.groups.yahoo.com