SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No109
109
2
 
n
o
v
e
m
b
r
e
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Sciences -  Nouvelle "Mission to Mars"


Article précédent :
Un astéroïde avec deux satellites !

Nouvelle "Mission to Mars"

Article suivant :
D’où provient le méthane de Titan ?


La Nasa lance la prochaine mission d’exploration de Mars

Dix-huit mois après l’arrivée sur Mars des robots Spirit et Opportunity pour une mission très fructueuse toujours en cours, la Nasa lancera mercredi le "Mars Reconnaissance Orbiter", prochaine étape de l’ambitieux programme d’exploration de la planète rouge.

"Nous comptons utiliser, au cours des prochaines années, les yeux de ce vaisseau en orbite martienne basse comme l’un de nos principaux instruments de repérage et d’évaluation des meilleurs sites pour les futures missions d’exploration robotiques à la surface de Mars", a expliqué Douglas McCuistion, un des responsables du programme.

Il s’agit notamment de Phoenix, dont le lancement est prévu en août 2007, et de Mars Science Laboratory, qui doit être lancé en octobre 2009.

Le "Mars Reconnaissance Orbiter" (MRO), un projet de plus de 500 millions de dollars, est doté de six instruments d’une puissance sans précédent pour scruter Mars, de la couche supérieure de son atmosphère à son sous-sol.

Les scientifiques utiliseront trois de ces équipements de mesure pour étudier les origines et l’écoulement de l’eau dans le passé de la planète.

Le MRO va aller rejoindre trois autres orbiteurs, deux américains, Mars Global Surveyor et Mars Odyssey et un européen, Mars Express, qui sondent déjà la planète rouge à la recherche de traces d’eau et de glace.

"Des découvertes spectaculaires faites ces dernières années ont fait apparaître Mars sous un jour très différent en montrant des ravins récents, des pergélisols proches de la surface et des sites d’anciennes étendues d’eau", a souligné Michael Meyer, responsable scientifique de cette mission à la Nasa, l’agence spatiale américaine.

"Savoir davantage de ce qui est advenu de l’eau sur Mars nous conduira à concentrer nos recherches sur la possible existence passée et présente de la vie sur cette planète", a-t-il souligné lors d’une présentation à la presse fin juillet.

Pour mener sa quête d’eau sur la planète rouge, le MRO est doté de trois instruments : un spectromètre détectant des minéraux liés à la présence d’eau, un radar de l’agence spatiale italienne pouvant pénétrer le sol pour voir la présence de glace ou d’eau et un radiométre analysant les poussières atmosphériques, la vapeur d’eau et les températures.

L’une des trois caméras à bord du MRO, a le plus grand objectif télescopique jamais envoyé pour observer une autre planète, capable de montrer avec une grande netteté des roches et couches de terrain de moins de deux mètres de largeur.

La deuxième caméra permettra d’élargir dix fois la couverture actuelle d’images à haute résolution et la troisième établira une carte météorologique de Mars.

Les scientifiques analyseront également les mouvements du MRO en orbite pour étudier la haute atmosphère martienne et le champ de gravité de la planète.

Toutes ces données seront transmises sur le Terre par la plus grande antenne jamais envoyée autour de Mars ainsi qu’un transmetteur alimenté en électricité par des panneaux solaires.

"Ce système permettra de transmettre dix fois plus de données à la minute que les autres vaisseaux en orbite autour de Mars", a affirmé James Graf, le directeur du projet au Jet Propulsion Laboratory (JPL) de la Nasa à Pasadena (Californie, ouest), qui pilote cette mission.

Le MRO doit atteindre Mars en mars 2006 et freinera progressivement pour se mettre sur une orbite basse à environ 313 km (190 milles) au-dessus de la surface de la planète à partir de novembre de la même année.

Le MRO commencera alors sa mission scientifique de 25 mois à une altitude plus de 20% inférieure en moyenne aux trois sondes tournant actuellement autour de Mars.

Le Mars Reconnaissance Explorer, qui pèse plus de deux tonnes avec son carburant, a été lancé par une fusée de grande puissance, Atlas V, de Lockheed Martin, de Cap Canaveral en Floride (sud est) le 12 août 2005.




Retour au sommaire des infos Sciences
S'inscrire à infosfmag
Adresse du service :fr.groups.yahoo.com