SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No107
107
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Sciences -  Clonage humain : 2 !

Article précédent :
Voilier solaire Cosmos-1

Clonage humain : 2 !

Article suivant :
Pétition


LONDRES - Pour la première fois en Grande-Bretagne et pour la deuxième fois seulement dans le monde, une équipe de chercheurs a annoncé avoir créé par clonage un embryon humain. Cette percée, saluée vendredi par les experts, place les scientifiques britanniques en pointe dans le domaine du clonage thérapeutique, une discipline qui pourrait révolutionner à terme le traitement de nombreuses maladies.

Des chercheurs de l’université de Newcastle, qui avaient obtenu l’an dernier la première autorisation des autorités britanniques pour travailler sur le clonage thérapeutique, ont annoncé jeudi avoir réussi à produire un embryon par clonage à partir d’une cellule humaine.

La Grande-Bretagne était devenue il y a quatre ans le premier pays à autoriser le clonage pour créer des cellules souches. Elle rejoint la Corée du Sud à la tête de ce nouveau champ de recherches scientifiques.

L’an dernier, une équipe de scientifiques sud-coréens avait été la première à annoncer la création par clonage d’un embryon humain. Les mêmes chercheurs sud-coréens ont annoncé jeudi un autre progrès majeur : pour la première fois, ils ont obtenu par clonage 11 lignées de cellules souches génétiquement compatibles avec des patients malades ou blessés.

Hwang Woo-ksuk, qui a dirigé l’équipe sud-coréenne, a estimé vendredi qu’il faudrait des années, voire des décennies avant que des traitements ne soient mis au point pour l’homme. Mais il a dit avoir grand espoir que les recherches menées par son équipe pourront un jour aider les personnes souffrant de maladies incurables.

De leur côté, les chercheurs de l’université de Newcastle espèrent à terme créer des cellules produisant de l’insuline qui pourraient être transplantées chez des diabétiques. Ils ont annoncé leur percée aux médias traditionnels avant de la publier dans une revue scientifique, afin de réagir plus rapidement à la publication des travaux sud-coréens, parus dans la revue "Science".

Deux membres de l’équipe britannique, Alison Murdoch et le Dr. Miodrag Stojkovic, se sont déclarés "ravis" des progrès de leurs homologues sud-coréens. "La promesse de nouveaux traitements basés sur la technologie des cellules souches se rapproche du point où elle pourrait devenir une possibilité réaliste", ont-ils souligné.

Les chercheurs tentent d’utiliser le clonage pour produire des cellules souches compatibles génétiquement avec un patient, afin d’éviter les risques de rejet par le système immunitaire. Si les scientifiques arrivent à maîtriser le pouvoir régénérateur de ces cellules, qui sont à l’origine de chaque tissu du corps humain, ils pourraient être en mesure de réparer des lésions à la moelle épinière et de traiter le diabète, la maladie de Parkinson et d’autres affections.

Les scientifiques avertissent qu’il faudra des années avant que des traitements issus de ces techniques soient testés sur l’homme. Et dans le "British Medical Journal", des experts avertissent que la thérapie par cellule souche n’est peut-être pas exempte de dangers, notamment celui d’être exposé à divers agents infectieux, comme celui de la forme humaine de la maladie de la vache folle.

Aux Etats-Unis, le président George W. Bush s’est déclaré très préoccupé par les travaux des chercheurs sud-coréens. "Je m’inquiète de voir un monde où le clonage est accepté", a-t-il dit. Le porte-parole adjoint de la Maison Blanche Trent Duffy a précisé que M. Bush était "opposé" aux travaux menés en Corée du Sud.

Le président américain a également menacé d’utiliser son droit de veto contre une proposition de loi au Congrès qui ouvrirait la voie au financement public de la recherche sur les cellules souches embryonnaires aux Etats-Unis.

L’opinion britannique est favorable à la recherche sur les cellules souches, bien qu’elle soit condamnée par les militants anti-avortement. Mais certains craignent que les progrès en matière de clonage thérapeutique n’aident des apprentis sorciers cherchant à créer des bébés clonés. Le clonage reproductif est interdit par la loi en Grande-Bretagne.

Le spécialiste d’éthique à l’université d’Oxford Julian Savulescu estime pour sa part qu’il serait immoral de ne pas poursuivre les recherches sur les cellules souches. "En empêchant la recherche sur le clonage (thérapeutique), nous pourrions être responsables de la mort de nombreuses personnes", dit-il.




Retour au sommaire des infos Sciences
S'inscrire à infosfmag
Adresse du service :fr.groups.yahoo.com