SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No108
108
2
2
 
j
u
i
l
l
e
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   PD-AP  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  A - F -  Agent de l’Empire Terrien




"Agent de l’Empire Terrien"
de
Poul Anderson

Editeur :
L’Atalante
 

"Agent de l’Empire Terrien"
de Poul Anderson



10/10

Depuis le remarquable "Les loups des étoiles" de Hamilton, "La Légion de l’espace" de Jacques Williamson, on désespérait de ne pas voir ce classique du Space-Opera réédité. Atalante emboîte le pas sur Lunes d’Encre (Denoël) et Le Belial en nous faisant l’honneur d’une nouvelle traduction de cette petite merveille picaresque publiée jadis chez Opta. Grand bien le leur fasse, le résultat est à la hauteur des attentes. La traduction est remarquable et n’altère en rien ce récit faussement vieillot et d’une incroyable fraîcheur.
Imaginez vous donc la terre dans des milliers d’années. La Terres mère est devenu un Empire à elle seule et règne sur quatre millions d’étoiles. On a alors la très agréable impression de découvrir un monde proche de celui de Star-Wars par cet espèce de Melting-Pot culturel où des milliers de races extraterrestres fréquentes nos congénères. Or, une infamie dort dans le giron de cet Univers. La décadence menace. Le sybaritisme, cette tendance basse à ne vivre que dans la luxure et la corruption ronge peu à peu les bases de l’Empire. Les richesses qui s’accumulent comme jadis le bon blé provoquent la convoitise et au palais une rumeur diffuse anarcho-fasciste s’insinue aussi doucement qu’un serpent dans un terrier. D’autres forces longtemps endormies semblent s’être éveillées, et la guerre gronde sous une apparente monotonie. Dominic Flandry fait partie des agents de l’Empire et il est le meilleurs. Sa tâche et non des moindre, sera de faire front et de tenir la ligne face à cet obscur mal qui lentement répand les rejetons de son entreprise de destruction. Hédoniste, libre penseur, Sir Domnic Flandry aime les femmes et les plaisirs de la chaire. Aussi, c’est avec vaillance qu’il confrontera toute son excellence de héros à cette corruption qui est un autre nom pour dire intolérance, fanatisme, convoitise et totalitarisme.
Space-Opera flamboyant et rocambolesque, "Agent de l’Empire terrien" associe humour, optimisme et aventures débridées en un royaume qui existera toujours, celui qu’un jour un certain Georges Lucas a franchit pour nous donner son Star-Wars. Car ne nous leurrons pas. Le livre de Poul Anderson participe de "l’architectonique archétypale" de l’entreprise Star-Wars, et plus précisément du héros Yan Solo dont Flandry est l’une des inspirations. Les péripéties s’accumulent et l’on doit avouer que ces aventures pleines de belles filles, de gun-fight et d’une faune d’extraterrestres détonante dispense encore et toujours les mêmes délices que dans nos tendres années où il ne fallait pas grand chose pour s’évader...
On attend toujours une réédition du cycle des "Lensmen" de E.E. Doc Smith (pour mieux comprendre cette symétrie des vaisseaux de Lucas) , d’une intégrale des superbes nouvelles consacrées à Northwest Smith de C.L. Moore (afin de mieux comprendre les rapports d’amitiés dans Star-Wars) des cycles planétaires de Burroughs, Brackett et Akers (les meilleurs) ainsi que des Space-Opera paramilitaires remarquablement écrits par Gordon Dickson. Espérons qu’un ou deux autres éditeurs aient un jour la bonne idée de faire redécouvrir cette manne sans laquelle Star-Wars n’aurait pas le visuel, la richesse des décors, la diversités des protagonistes, l’exotisme planétaire et la puissance dramatique qu’il a à présent sur les écrans. Car si Star-Wars domine le visuel de la sf sur écran depuis 27 ans c’est grâce à ces auteurs peu scientifiques dans leur romanesque mais bien plus imaginatifs...
Il est à noter qu’une fois de plus l’Atalante fait preuve d’originalité au regard du look flashi très seventies conféré à la couverture. Très dépaysant et à recommander à tous ceux qui en on un peu marre des écrivains un peu pompeux et livresques qui pensent détenir le monopole de la vraie sf.....

Agent de l’Empire Terrien, Poul Anderson, L’Atalante, nouvelle traduction de Frank Straschitz, couverture d’Olivier Vatine, 416 pages, 20 €.






Retour au sommaire