SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No107
107
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Sciences -  Aurores polaires de Saturne

Article précédent :
Energie nucléaire pour le XXIe siècle à Paris en mars 2005

Aurores polaires de Saturne

Article suivant :
Nouvel indice de l’eau sur Mars


Les aurores s’observent sur les planètes disposant d’un champ magnétique propre et d’une atmosphère. Des particules chargées venant du soleil -ou d’autres sources- pénètrent dans l’atmosphère accélérées et orientées par le champ magnétique de la planète et produisent un anneau lumineux autour des pôles.

Sur Terre, la taille de l’anneau varie avec l’orientation du champ magnétique des particules solaires. Ce n’est pas le cas sur Saturne. L’équipe de John Clarke a constaté que l’orientation du champ magnétique du vent solaire à l’origine des aurores polaires influence très peu le phénomène saturnien. Par contre l’intensité de ce champ les modifie : elles deviennent plus brillantes et le diamètre de leur cercle diminue.

Pour le mesurer les chercheurs ont d’une part pris des photos de l’aurore grâce au satellite spatial Hubble en janvier 2004 et d’autre part profité de la présence de la sonde Cassini entre le Soleil et Saturne pour mesurer les vents solaires.

« Nous avons aussi photographié une forme spirale de l’aurore, forme sans équivalent sur les deux autres planètes où les aurores ont pu être étudiées », précise Jean-Claude Gérard coauteur de la publication et planétologue à l’université de Liège (Belgique). « Cette forme est due au champ magnétique intense de Saturne et à sa vitesse de rotation »

On connaît l’existence des aurores de Saturne depuis 1981 lorsque la sonde Voyager-1 les a détectées. En 1995, Hubble les a photographiées dans l’ultraviolet. Mais il fallut la présence simultanée de Hubble et Cassini pour préciser le phénomène. D’autres aurores restent encore à étudier, comme celles d’Uranus et de Neptune, mais il faudra attendre la mise au point de caméras plus sensibles pour les photographier

Recueilli par Alain Pelosato

D’après Sciences et Avenir

Cliché : les aurores polaires de Saturne (au pôle sud...)




Retour au sommaire des infos Sciences
S'inscrire à infosfmag
Adresse du service :fr.groups.yahoo.com