SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No108
108
2
2
 
j
u
i
l
l
e
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   PD-AP  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  Infos -  La Fin des étiages

Article précédent :
Le Magicien quantique

La Fin des étiages

Article suivant :
La Rédemption du temps



LA FIN DES ÉTIAGES
Gauthier GUILLEMIN
ALBIN MICHEL IMAGINAIRE

On l’appelle le Voyageur.
Il a quitté le village de son épouse, Sylve, pour honorer une dette ancienne, pour retrouver les mers et les océans depuis trop longtemps perdus. Et il a disparu.
A-t-il été capturé ou tué par les Fomoires, s’est-il égaré, continue-t-il son voyage vers les rivages ?
Au village, nul ne le sait.
Neuf mois après le départ de l’homme qu’elle aime, trop inquiète pour rester sans rien faire, Sylve décide de partir à sa recherche, d’affronter une forêt où les merveilles se disputent aux dangers.

Depuis qu’il a posé ses valises, Gauthier Guillemin est directeur adjoint de collège. Dans La Fin des étiages, qui fait suite à son premier roman, Rivages, il nous emmène encore plus profondément dans le Dômaine et nous fait découvrir la capitale des Nardenyllais. Là, commence à réapparaître une technologie qu’il aurait sans doute mieux valu laisser dans l’oubli.

L’AUTEUR

En apparence, Gauthier Guillemin est un homme sérieux avec un job sérieux (directeur adjoint de collège). Mais il est aussi un homme de fantaisie, avec un esprit qui brode des histoires fantasques et des personnages complexes. li aime lire pour s’évader, réfléchir, s’amuser, alors il écrit de la même façon. C’ est aussi un voyageur au long cours : il a travaillé dans un lycée nigérien, a habité dix ans en Guyane, qu’ il a parcourue en long et en large, avec sa femme et ses trois enfants, en canoë, en moto, en avion et en pirogue.

Feuilletage

Le "résumé" ci-dessus donné par l’éditeur n’est pas très convaincant. Sans doute que la complexité de ce roman ne permet pas de le résumer simplement. Donc, n’en restons pas là. Il faut lire le livre !
Quant au style, il est très agréable, pas prétentieux et confortable.

Alain Pelosato