SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No107
107
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Sciences -  Des Cargos à voile partant de Saint-Nazaire

Article précédent :
Deux planeurs pour les grandes profondeurs

Des Cargos à voile partant de Saint-Nazaire

Article suivant :
VALERIAN & LAURELINE à la cité des sciences


La compagnie Neoline doit réaliser son premier cargo transatlantique dont la propulsion principale sera assurée par des voiles.

Devant effectuer une liaison entre Saint-Nazaire et l’Amérique du nord ce navire aura les dimensions de 136 mètres de long pour 24.2 mètres de large. La coque fabriquée à l’étranger devra arriver à Saint-Nazaire au début du printemps 2021.

Si tout se passe comme prévu, la compagnie prévoit de mettre en service son premier Neoliner fin 2021, et de commander son sistership six mois après la mise sur cale de la tête de série. Le but est de lancer une ligne entre Saint-Nazaire, Baltimore et Saint-Pierre et Miquelon, avec la possibilité selon les besoins de réaliser également des escales à Bilbao et Charleston.

La grande particularité sera de réduire de 90% la consommation de carburant. Pour y parvenir, la vitesse commerciale sera réduite de 15 à 11 nœuds, ce qui permet déjà de réduire de moitié les besoins énergétiques, et 90% du reste sera fourni grâce à la propulsion vélique.

Le navire sera doté d’un gréement en duplex totalisant 4200 m² de voilure et développé avec le cabinet Mer Forte. Ces structures pourront être rabattus sur l’arrière afin de réduire le tirant d’air de 65 mètres en navigation à seulement 40.8 mètres, une hauteur compatible avec le passage sous de grands ponts, comme celui de Saint-Nazaire.

Il sera également doté d’une propulsion classique. Celle-ci comprendra normalement un moteur diesel de 4000 kW alimentant la propulsion (électrique sur une hélice à pas variable) en cas d’absence de vent et pour les manœuvres portuaires (dont deux propulseurs transversaux), ainsi que des groupes supplémentaires pour les besoins électriques du bord.

Des alternatives sont néanmoins à l’étude. Ce navire industriel servira aussi à l’expérimentation de sources d’énergie complémentaires, avec comme objectif de pouvoir d’ici une dizaine d’années se passer complètement de carburant fossile. On peut imaginer des panneaux solaires, du houlomoteur avec les ballasts ou encore des piles à combustible.

Destiné à être exploité sur des routes délaissées par les grandes lignes conteneurisées, le navire est conçu comme un véritable roulier capable de charger tous les types de marchandises, y compris les colis hors normes. Affichant un port en lourd de 6300 tonnes, il pourra transporter 5000 tonnes de fret.

Au-delà des aspects environnementaux de plus en plus sensibles, la compagnie met en avant un prix du transport compétitif et surtout stable, puisque décorrélé des cours du pétrole.

L’archipel de Saint-Pierre et Miquelon français situé au large de Terre Neuve est présenté comme « très important pour la ligne ». Car, en plus de proposer le transport de fret directement depuis la France, Neoline pourra aussi assurer un service export, à commencer par celui des déchets dont l’évacuation vers le Canada est très compliquée et qui s’accumulent sur place. Des discussions en ce sens ont lieu avec la collectivité de Saint-Pierre et Miquelon, qui sera avec le service de la compagnie nantaise à moins de 8 jours de mer de Saint-Nazaire.

Le cargo avec 14 membres d’équipage pourra aussi embarquer jusqu’à 12 passagers, logés dans 6 cabines doubles.

Damien Dhondt




Retour au sommaire des infos Sciences
S'inscrire à infosfmag
Adresse du service :fr.groups.yahoo.com