SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No108
108
2
2
 
j
u
i
l
l
e
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   PD-AP  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Sciences -  Deux planeurs pour les grandes profondeurs

Article précédent :
Des drones renifleurs de soufre

Deux planeurs pour les grandes profondeurs

Article suivant :
Des Cargos à voile partant de Saint-Nazaire


Les planeurs (gliders) sous-marins DeepExplorer et UltraDeepExplorer ont été conçus dans le cadre du projet européen Horizon 2020. Baptisé Bridges (Bringing together research and industry for the developpment of glider environmental services), ce projet s’est achevé fin août 2019. Il a mobilisé 19 partenaires de 8 pays différents pour un budget de près de 8 millions d’euros.

Les deux planeurs initialement prévus pour plonger à 2400 et 5000 mètres, affichent aujourd’hui jusqu’à 3000 et 6000 mètres.

Conçus par Alseamar ces drones autonomes, pilotés à distance depuis la terre ont une très longue endurance, de l’ordre de plusieurs semaines, voire plusieurs mois.

Le DeepExplorer (DXP), capable de plonger à 3000 m avec sa coque en aluminium pèse 200 kg, pour une longueur de 2.7 mètres, une largeur de 1.5 mètre et une hauteur de 85 centimètres.

L’UltraDeep Explorer (UXP), dont la coque est en titane, est plus lourd : il pèse 350 kg pour des dimensions identiques. La vitesse moyenne est de l’ordre de 2 nœuds.

Dans le nez, les planeurs peuvent accueillir dans un volume de 50 litres jusqu’à 8 capteurs et un ordinateur de bord dédié à la prise de mesures. Une autre partie du planeur est occupée par une batterie rechargeable Lithium-ion et le système de ballasts. À l’arrière, se trouvent la propulsion et l’ordinateur de contrôle, le « cerveau » du drone. Ce dernier peut communiquer par GPS, satellite et radio, via une triple antenne.

Ces engins sont équipés d’une propulsion hybride. Ils ont des hélices et remplissent des ballasts pour plonger en se servant de la poussée d’Archimède.

Ces nouveaux planeurs doivent recueillir à de grandes profondeurs pour un coût réduit de précieuses données pour l’Oil&Gas, la recherche scientifique ou encore l’exploitation des ressources minérales contenues dans les grands fonds (exploitation de nodules qui peuvent contenir de l’argent, de l’or, du cuivre, du manganèse, du cobalt et du zinc).

Il est envisagé de développer une flotte destinée à être exploitée pour le compte de sociétés pétrolières. Les planeurs seront équipés de capteurs en fonction de la demande des clients. Par exemple, pour détecter du gaz rejeté sous l’eau ou des microparticules de pétrole.

Pour les scientifiques, il s’agit d’aller voir ce qui se passe profond, pour des problématiques climatologiques, d’environnement, de pollution. Il est aussi possible d’embarquer sur les drones des capteurs de température, de salinité, de turbidité, pour des missions océanographiques ou encore pour essayer d’analyser l’évolution de la pêche dans des zones précises.

Dans le domaine de l’exploitation des grands fonds, il s’agit de relever des données classiques (température, pression) mais aussi d’embarquer des capteurs spécifiques de détection des métaux. Les planeurs peuvent aussi contribuer à dresser un état des lieux avant et après des opérations pour « voir dans quel état on laisse le terrain ».

Damien Dhondt




Retour au sommaire des infos Sciences
S'inscrire à infosfmag
Adresse du service :fr.groups.yahoo.com