SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No107
107
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Films -  Infos -  Jimi Jamison raccroche les gants

Article précédent :
Un géant s’en est allé

Jimi Jamison raccroche les gants

Article suivant :
Tremblez parasites extraterrestres Shota Sometani arrive !


Vous sembliez ne pas le connaître et pourtant il était une star de la bande annonce de film des années 80.

Le film "Eye of the itger" ( Rocky 3 ), c’est lui, ainsi que "Burning Heart" ( Rocky 4 ).

Né le 23 août 1951 dans l’Etat du Mississippi, Jimi Wayne Jamison vient donc de raccrocher les gants à l’âge de 63 ans pour, sur un dernier enchaînement de guitare et un refrain de sa voix de rockeur, prendre la route vers les étoiles, ce 31 août 2014, à Memphis dans le Tennessee, lieu où il passa la majorité de son existence.

Après un long passage dans divers groupes de heavy metal, Jimi mettra à contribution cette faconde symphonique pour réaliser des ballades nerveuses et entraînantes qui atteindront leur apothéose lors de sa très productive carrière au sein du groupe Survivor dont il deviendra le leader. Il en ressortira des morceaux mythiques dont les fans de films d’action se souviennent toujours avec jubilation. Rythmique des cuivres, guitare à l’unisson avec des basses lancinantes, Survivor s’imposera très vite comme un label majeur des blockbusters "musclés" d’une époque frénétique. Chose inégalée dans les décennies suivantes où la tendance ira plutôt dans une fusion plus techno industrielle nettement moins efficace dans ses résultats.

C’est une voix, doublée d’un remarquable compositeur, qui endeuille une fois de plus le milieu de la musique. Une légende vient de nous faire sa révérence, avec pour héritage un palmarès qui a fait rêver des générations de gosses avides de sensations fortes dans des décors grandioses et des scènes mythiques. Survivor, c’était un hymne à la survie, comme son nom l’indique, mais aussi à la résistance, au combat, à l’insoumission, et au bout, à la victoire sur soi-même, quelque part. Une victoire méritée pour un Jimi Jamison qui, décidément, va beaucoup nous manquer en ce début de siècle morose...

Merci à toi, Jimi.

Emmanuel Collot





Retour au sommaire des infos ciné