SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No102
102
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Films -  G - L -  Le Petit Poucet

"Le Petit Poucet" de Olivier Dahan

Avec : Nils Hugon, Romane Bohringer, Elodie Bouchez, Pierre Berriau, Dominique Hulin, Samy Naceri, Catherine Deneuve, Hanna Berthaut

90 mn -
Sortie le 17 octobre 2001

+

Il était une fois... Poucet, fils cadet d’une famille de paysans très pauvres et souffre-douleur de ses frères. La guerre dévaste la région et une horde de guerriers pille la ferme familiale. À cause de la famine, les parents de Poucet décident d’abandonner leurs enfants dans une forêt où ces derniers, livrés à eux-mêmes, devront affronter non seulement des loups affamés mais également le pire cauchemar de Poucet : l’Ogre, dévoreur d’enfants.

Pour cette nouvelle adaptation cinématographique du célèbre conte de Charles Perrault, Olivier Dahan s’est permis quelques libertés avec le texte d’origine, en situant l’action en temps de guerre et en y rajoutant des loups ainsi que le personnage de Rose, l’une des filles de l’Ogre qui se démarque de ses sœurs en refusant catégoriquement de devenir une ogresse, sa différence la mettant au ban de sa propre famille.

Les scènes d’action sont traitées sur un mode fantasmatique. Les arrière-plans des décors sont souvent constitués de matte-paintings assez rudimentaires et sans véritable profondeur de champ. Certains d’entre eux sont monochromes (bleu pour les scènes dans la forêt, rouge pour les scènes avec l’Ogre) ou même très abstraits.
L’Ogre est présenté comme un monstre avec un look à la Dark Vador, revu et corrigé, la voix du comédien ayant été travaillée en post-synchronisation et mélangée à des bruits de lion pour le rendre encore plus impressionnant. Quant aux enfants, ils sont souvent filmés en très gros plans. À l’exception de la prestation de Romane Bohringer (la mère de Poucet), de Nils Hugon (Poucet) et d’Hanna Berthaut (Rose), celle de tous les autres acteurs est des plus médiocres. De plus, on a du mal à cerner quel est le public visé par ce film : les adolescents n’étant plus en âge d’être intéressés par un conte de fées, les enfants en bas âge risquant d’être terrifiés par certaines scènes (enfants attaqués par une meute de loups enragés filmés en très gros plan, look de l’Ogre, cadavres jonchant un champ de bataille) et les adultes ne pouvant apprécier le film, compte tenu de la médiocre prestation des acteurs et de certains dialogues qui frisent parfois le ridicule. Le seul véritable atout du film est une très bonne bande originale, composée par Joe Hisaihi, qui inclut à sa partition classique des percussions et des flûtes japonaises.

Josèphe Ghenzer



Retour au sommaire