SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  Infos -  Entretiens avec Pierre Bordage

Article précédent :
Jules Verne : LA JOURNÉE D’UN JOURNALISTE AMÉRICAIN EN 2889 suivi de LE HUMBUG

Entretiens avec Pierre Bordage

Article suivant :
Patrick Coulomb (coordination) Marseille, An 3013




Alexandre Sargos
Entretiens avec Pierre Bordage
Pour la première fois, Pierre Bordage se livre. Un entretien passionnant et très éclairant conduit sur deux ans avec l’auteur le plus important de la SF française,

RÉSUMÉ

Écrivain majeur à l’influence immense, auteur de plus de quatre-vingts livres en près de trente ans, Pierre Bordage est un formidable conteur qui interroge l’humanité dans son essence depuis ses premiers romans. Au point parfois de se faire prophète, sorte d’écrivain chamane.
Dans ce premier livre d ’entretiens, l’auteur se livre à nu, sans masque : écriture, inspiration, religion, sexualité, amour, érotisme, mort, divinité, / Intelligence artificielle, transhumanisme. ADN, occident, colonialisme, révolutions, frontières, littérature, guerre, violence, viol, enfance... Il répond sur tout avec la sincérité bienveillante et la liberté de penser gui est la sienne.
Cet ouvrage s’adresse à ses dizaines de milliers de lecteurs, mais aussi à ceux qui veulent entendre une autre musique sur le monde : anticonformiste, paradoxale, parfois déroutante, de quoi jeter nos carcans aux orties. Il serait temps. Conclu par un entretien avec Alain Damasio, il offre des perspectives passionnantes sur la littérature et le monde.

POINTS FORTS

- Le plus grand auteur de science-fiction français
- Une œuvre considérable, dont dix ouvrages publiés au Diable vauvert
- Lauréat du Grand Prix de l’imaginaire (1993) et le Grand Prix Paul-Féval de littérature populaire (2000) et de tous les prix de l’imaginaire français
- Présent dans les fonds des bibliothèques

L’AUTEUR
Alexandre Sargos est photographe et journaliste. Il a réalisé des reportages et enquêté sur la mafia japonaise.

416 pages - 20 euros - éditions Au Diable Vauvert

NB
Attention le texte ci-dessus, n’est pas de moi, Dieu merci, mais de l’éditeur...

Feuilletage

Voilà un travail considérable réalisé par Alexandre Sargos avec Pierre Bordage comme sujet et la (petite) collaboration d’Alain Damasio. Parlons d’abord politique. La politique c’est l’art de changer les choses et la société, c’est l’art, difficile, de gérer les affaires humaines. C’est un grand art que la médiatisation moderne n’a fait que dénigrer. La politique est liée au pouvoir, le pouvoir d’agir de ceux qui le détiennent et le pouvoir de s’y opposer. C’est un art très noble.
C’est le thème qui torture les écrivains de SF français. Soit ils s’y engagent carrément et écrivent des oeuvres qui ressemblent beaucoup à des tracts, ou ils la méprisent, du moins en apparence.
C’est le cas, visiblement de Pierre Bordage. En fait, il ne la méprise pas, il méprise celle qui est en oeuvre dans nos sociétés occidentales. Et lui, se trouve bien meilleur que tous ces politiciens, car il pense influencer ses lecteurs par sa philosophie politique.
D’autant qu’il enrôle un allié de poids dans son endoctrinement : la spiritualité. Là aussi, il se prétend le meilleur. Meilleur que toutes les églises, les religions existantes, qui sont pour lui, trop "matérialistes". Donc il se fait passer pour un chamane. C’est lui qui le dit, oui, il le dit. Tel un gourou d’une secte, il se prétend le chamane. N’est-ce pas Houlellebecq qui avait déclaré qu’une religion est une secte qui a réussi ? Bordage va-t-il réussir ?
Dans ce livre Bordage avoue tout. Il le fait avec une telle franchise que parfois, ce n’est pas très reluisant...
Si vous aimez Bordage, lisez ce superbe recueil d’interviews rondement menés par A. Sargos. Mais attention, vous risquez d’en sortir déçu...
Je vous aurais prévenu !
D’ailleurs, je trouve que le dialogue à trois avec Damasio ne relève pas le niveau, hélas...

Alain Pelosato