SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No108
108
2
2
 
j
u
i
l
l
e
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   PD-AP  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Films -  M - R -  Moi, député (The Campaign)


"Moi, député (The Campaign) " de Jay Roach

 

Scénaristes : Chris Henchy & Shawn Harwell
Avec : Will Ferrell, Zach Galifianakis, Dylan McDermott, Brian Cox, John Lithgow, Dan Aykroyd, Jason Sudeikis, Katherine LaNasa
Distribué par Warner Bros. Entertainment France
Sortie le 29 Août 2012

Note : 4/10

Le monde de la politique au cinéma n’est pas un genre très prisé. On peut soit y toucher sérieusement (des biographies), romantiquement (« Le président et Miss Wade », par exemple) ou - et c’est souvent ce biais qui est privilégié - humoristiquement... Avec plus ou moins de bonheur, l’humour pouvant être satyrique, parodique, subtil... « Moi, député » tombe à point nommé aux USA à quelques mois des élections présidentielles. Maintenant, reste à savoir quelle direction le scénario a pris.
Cam Brady (Will Ferrell, très célèbre comique aux USA, toujours quasi inconnu chez nous... Certes capable du pire, mais aussi du meilleur comme avec récemment « Very bad cops ») pensait pouvoir être réélu sans aucun problème. Corrompu, hypocrite, menteur, il avait toutes les mêmes qualités que les autres fois sauf qu’il a... Dérapé. Profitant de cette faiblesse, deux milliardaires plus que pourris en profitent pour fabriquer un adversaire face à Brady, un homme de paille qui va sera complètement à leurs bottes pour valider leurs projets les plus abjects, et qui gagnera en démontrant les erreurs et autres aspects négatifs de Brady. Cet homme, c’est Marty Huggins (Zach Galifianakis, « Very bad trip », c’est le barbu...), le gérant de l’office du tourisme local, second héritier d’un riche businessman qui le considère comme la plus grande erreur de sa vie, bref le loser par excellence, l’innocent jeté dans la fosse aux lions. Face à cet outsider, Cam Brady commence à fanfaronner. Sauf que parfois, l’agneau peut se transformer en loup, au pire en bélier, et réserver bien des surprises...
La parodie satyrique est un art très difficile. Quand elle s’applique à un domaine sérieux tel que la politique, il faut être un orfèvre pour obtenir une œuvre réussie. « Dr Folamour » de Stanley Kubrick par exemple... D’office, « Moi député » ne pouvait prétendre à un tel niveau, ne serait-ce qu’avec la présence des deux acteurs principaux qui, en général, ne font pas dans la dentelle, mais on pouvait espérer un résultat un peu plus ambitieux. Ce qui arrive par moments, l’humour faisant mouche, les gags étant plus recherchés (l’employée asiatique de Brian Cox qui parle avec un accent sudiste du terroir voulu par son patron, le dialogue entre Cox et Galiafianakis, père et fils, sur la future carrière politique de ce dernier, certains aspects de la vie de Ferrell, etc...), les situations bien détournées (le cliche de la photo avec un candidat et un bébé...) mais sur la distance, ça ne tient pas la route, la « subtilité » (à prendre vraiment avec des réserves, hein !...) laissant la place à la grosse comédie « slapstick » très tarte à la crème, aux effets énormes, qui délaisse peu à peu les bases de départ (une campagne politique) pour sombrer dans de l’humour abusif, mélange en plus peu réussi de vulgaire, lourdeur et autres « clichés » qu’on retrouve dans les moins bons films de Ferrel. Le scénario s’égare, devient simpliste, basique, pour ne donner à la fin qu’une comédie parfois drôle, qui partait pourtant d’un bon sujet, qui flirtait avec pour mieux le détourner mais qui au final à préférer foncer tête baissée dans la facilité primale de la comédie.

St. THIELLEMENT



Retour au sommaire