SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No111
110
2
3
 
a
v
r
i
l
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Films -  S - Z -  The Thing (Id.)


"The Thing (Id.) " de Matthijs Van Heijningen Jr.

 

Scénariste : Eric Heisserer, d’après l’histoire “Who goes there ?” de John W. Campbell Jr,
Avec : Mary Elisabeth Winstead, Joel Edgerton, Ulrich Thomsen, Adewale Akinnuoye-Agbaje.
Distribué par Universal Pictures International France
103 mn
Sortie le 12 Octobre 2011

Note : 6/10.

Un remake de remake, puisque le chef-d’œuvre de John Carpenter était celui du film des années 50 signé Howard Hawks ? Non, officiellement, il s’agit d’une « préquelle », comprenez « le chapitre qui raconte ce qui s’est passé avant ». Alors, autant le film de Hawks est un petit classique de la SF d’antan, autant le Carpenter transcenda le matériau pour en faire ce monument de pure flippe et de paranoïa extrême qu’on sait. S’attaquer à un tel monument est hasardeux, voire dangereux, voire limite raisonnablement inutile, surtout qu’en plus, à l’époque, ce fut loin d’être un hit au box-office pour Universal. Comprenne qui pourra, toujours est-il que le projet est lancé, concrétisé et qu’il arrive aujourd’hui sur les écrans. Et alors, remake ou préquelle ?...
Un groupe de scientifiques scandinaves découvrent en plein cœur de l’arctique un immense vaisseau spatial, et un peu plus loin son pilote, complètement gelé. Après avoir découpé la glace, ils le ramènent au camp et font venir de l’étranger quelques autres spécialistes, dont une paléontologue réputée. Mais à peine quelques heures après l’arrivée de ce nouveau petit groupe, l’hôte s’échappe de son carcan de glace et commence à semer l’horreur dans la base. Car il s’agit d’un organisme polymorphe capable de s’accaparer tout être vivant pour le dupliquer afin de mieux se fondre dans l’endroit où il se trouve. Pour chaque membre du camp, le cauchemar ne fait que commencer car comment savoir où se trouve l’alien s’il peut être la copie de votre plus proche voisin...
Soyons réalistes : quel est l’intérêt ? Aucun ! Savoir ce qui s’est passé avant, mettre les points sur les « i » parfois n’apporte rien. Cela résume-t-il tout ? Non, car en même temps, le film de Matthijs Van Heijningen Jr. (jeune cinéaste hollandais qui jusqu’ici n’avait œuvré que dans le court, à priori avec un talent certain pour être aux commandes d’une telle production) possède l’immense mérite de nous faire retrouver de vrais monstres en effets spéciaux mécaniques et non pas de simples images en CGI. Alors oui, cela fait peu, mais en même temps, vu qu’à part quelques détails inédits et qui donnent tout le piment au scénario (tel que le vaisseau spatial, et aussi ces éléments que ne peut reproduire la créature, excellente idée d’ailleurs), tout le reste marche quasiment sur les pas de la même trame que le Carpenter : l’attaque de la chose, les héros désignés, ceux qui sont enfermés dehors mais qui sont toujours humains, la scène des chiens, etc..., bref, c’est la copie presque conforme. « The thing » version 2011 n’est donc pas un simple remake, mais il n’en est pas loin, il tente d’être une préquelle mais l’argument développé n’est pas assez fort pour le valoriser sur cette appellation. Cependant, comme il respecte bien les codes du genre, qu’il se permet de renouer avec la nostalgie de certains effets spéciaux, du moins pour tout amoureux de vrais monstres, et que dans l’ensemble, le talent est là, on ne peut le rejeter. Si John Carpenter n’avait pas fait son remake, sûr que celui de Matthijs Van Heijningen Jr. aurait aisément gagné un autre statut.

St. THIELLEMENT

Voici les deux précédents films :

La Chose d’un autre monde de Christian Nyby (1951), avec quel mépris certains critiques parlent de la « carotte extraterrestre » pour parler de l’alien de ce film qui m’avait terrifié dans mon enfance. Beaucoup de critiques attribuent sa réalisation à Howard Hawks qui en fut le producteur, mais, pitié laissons à Nyby la paternité de son chef-d’œuvre ! Cette histoire est adaptée d’une nouvelle de John W. Campbell La Bête d’un autre monde (1938). Campbel qui s’est visiblement largement inspiré d’un petit roman de Lovecraft Les Montagnes hallucinées. C’est le chef-d’œuvre des films d’épouvante des années cinquante. La scène au cours de laquelle les savants ont planté les graines du monstre et se sont aperçus qu’elles ont germé n’a jamais été égalée.
John Carpenter a réalisé en 1982 un remarquable remake. Un autre remake de la période faste du cinéma fantas-tique espagnol, avec Peter Cushing et Christopher Lee : Terreur dans le Shangaï express (1972) par Eugenio Martin, reprend tous les ingrédients de Dracula, Frankenstein, DrJekyll et les morts-vivants...

The Thing de John Carpenter (1982), remarquable remake plein d’action, d’horreur et de suspense de La Chose d’un autre monde (1951). L’idée du chien qui transporte la Chose dans son corps a été reprise dans Alien 3 et Hidden. Carpenter, très influencé par Lovecraft, reprend le thème de l’horreur interne qui débouche sur la transformation physique. D’ailleurs le roman de Campbel dont est tiré ce film doit vraisemblablement son inspiration au petit roman de Lovecraft : Les Montagnes hallucinées dans lequel des archéologues découvrent sur le continent Antarctique les corps gelés d’Anciens qui reviennent à la vie après avoir été décongelés....

Les deux chroniques des deux précédents films sont extraites du livre "Un siècle de cinéma fantastique" d’Alain Pelosato.
Ce livre est disponible ici en pdf ou en papier sur le site de l’éditeur :
http://www.manuscrit.com/book.aspx?id=6146
Egalement en vente chez Amazon, Alapage, Chapitre.com, etc. ou à commander chez tout libraire.

Une autre chronique et un dossier (interviews) est disponible dans sfmag N° 74 en kiosques en nov/déc. 2011



Retour au sommaire