SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No109
109
2
 
n
o
v
e
m
b
r
e
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  Livres Jeunesse -  Le cas Jack Spark, Saison 1 - Eté mutant




"Le cas Jack Spark, Saison 1 - Eté mutant "
de
Victor Dixen

Editeur :
 

"Le cas Jack Spark, Saison 1 - Eté mutant "
de Victor Dixen



Editions Gallimard Jeunesse - Pôle fiction, 8,50 €, 623p.

Jack Spark à 15 ans. Insomniaque depuis sa naissance, ses nuits blanches l’empêchent de suivre une scolarité normale, parce que trop fatigué. Avec des résultats aussi catastrophiques ses parents excédés l’envoient pendant les vacances d’été à Redrock, « une colonie spécialisée pour ados asociaux ».
C’est dans ce camp aux méthodes de rééducation très peu catholiques que Jack va subir les étranges mutations de son corps. Là-bas, en compagnie de la belle Sinaed dont il tombe amoureux, il va prendre conscience de sa vraie nature et de ces effets néfastes qu’il combat avec acharnement.
S’apercevant du secret que cache le directeur de la colonie il va tout faire, avec l’aide d’un groupe d’amis, pour sauver les autres pensionnaires de leurs tortionnaires qui les sucent jusqu’au sang.

Avec ce récit écrit à la 1ère personne, dans un langage poétique et dynamique grâce à l’adjectivation abondante, l’auteur nous introduit dans la tête d’un adolescent avec toute sa complexité. A partir des aventures vécus par le héros, l’auteur aborde certains problèmes de société tels que la différence raciale, l’homosexualité, la boulimie mais également la jalousie.
Dans le récit, ces différences sont abolies par l’amitié et le respect de l’autre car « chacun à notre manière, nous sommes différents. Différents de nos amis, dont nous devons reconquérir la confiance. Différents de nos parents, qui doivent apprendre à nous aimer tels que nous sommes. [...]Alors - Merci à toi de m’accepter comme je suis ! Accepter : c’est bien là le maître mot. [...] On n’est pas obligé de comprendre l’autre pour l’accepter : l’amitié ne part pas de la raison, elle part du cœur ».

C’est également à Redrock que surgissent les premiers émois du désir et de l’amour pour Jack qui devient « Un être consumé par le feu de ses sens d’adolescents, embrasé par la nudité entraperçue [du corps de Sinead], et brûlant du besoin de caresser sa peau, ses cheveux, jusqu’à son ombre glissante ».
Mais Jack n’est pas un adolescent normal, Jack est un Fé et comme tous les Fés, il est « un démon assoiffé de Flux que l’on pourchasse à coups de crucifix, d’eau salée et de prières en latin ». Se retrouvant dan la même situation que Bella et Edward dans Twilight, il se demande en croisant le regard de Sinead : « Serons-nous assez forts pour briser une telle malédiction ? »
Néanmoins, l’amour peut abattre des montagnes « parce que [Sinead] m’a prouvé que j’étais plus humain que fé. Ou plutôt que, même si je suis fé, ma nature n’est pas une fatalité, [et] que je peux la combattre chaque jour de ma vie [car] moi je connais l’amour ».

Inspiré des Contes de ma mère l’Oye, on y retrouve les personnages de certains contes notamment les personnages du Chat botté tels que la fée Carabosse ou le marquis de Carabas mais aussi la particularité de Barbe-Bleue, avec le bleu comme les cheveux des Fés. Egalement dans ce récit, Jack comme le Petit Poucet sème les cailloux pour retrouver son chemin.

Mais alors que l’on croyait les fées belles et gentilles, voilà qu’elles se transforment en véritable ogres assoiffés de chair fraiche. Alors que l’on ne connaissait que les fées femelles, voilà que nous apprenons l’existence de fés mâles.

Les contes de fées seraient-ils aussi en pleine mutation ?

Eunice Martins






Retour au sommaire