SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No109
109
2
 
n
o
v
e
m
b
r
e
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Films -  A - F -  Bad Teacher (Id.)


"Bad Teacher (Id.) " de Jake Kasdan

 

Bad Teacher (Id.) Jake Kasdan
Scénario : Gene Stupnitsky & Lee Eisenberg
Avec : Cameron Diaz, Justin Timberlake, Jason Segel, Lucy Punch.
Distribué par Sony Pictures Releasing France.
93 mn.
Sortie le 27 Juillet 2011.

Note : 7/10.

Les comédies américaines sur l’école et autres collèges & lycées font peur car, soyons réalistes, parfois ça vole vraiment, vraiment très bas. Ne paradons pas non plus, chez nous, ce n’est pas mieux. Aussi, en voir une qui pour une fois donne la vedette non pas à une bande de dégénérés pré-pubères au QI proche de celui d’une huitre, mais à un professeur, laquelle semble (selon l’affiche) prendre ce métier à vocation comme la pire des sinécures, suscite une certaine curiosité. Et parfois, la curiosité n’est pas un si vilain défaut que ça, bien au contraire...

Elizabeth Halsey (Cameron Diaz, qui trouve ici certainement son meilleur rôle depuis bien longtemps) déteste enseigner. Elle, ce qui compte, c’est se marier avec un mec riche, et profiter à fond de tous les plaisirs de la vie, en plus de ne rien faire. Plus superficielle qu’elle dans son lycée, ça n’existe pas. Alors qu’on lui organise un pot de départ, suite à son mariage prochain, Elizabeth se fait simplement larguer par son futur ex-fiancé et sa mère qui ont deviné ses intentions intéressées. N’ayant d’autre choix que de reprendre une année scolaire pour (essayer de) pouvoir subvenir à son train de vie, Elizabeth voit arriver un nouveau prof, superficiel comme elle, héritier d’une riche famille. Son but va être alors de lui mettre le grappin dessus. mais ce qu’elle n’avait pas prévu, c’était de se révéler en essayant de gagner par tous les moyens ce train de vie dont elle rêve, au point de découvrir en elle une vocation qu’elle ne soupçonnait pas. Et qu’au bout du compte, l’amour réel est devant elle, bien plus sincère en tout qu’avec ce qui n’est rien d’autre qu’un fantasme sans saveur...

Il y a aussi un autre petit détail qui donnait de meilleures chances à cette comédie, c’est qu’elle soit signée Jake Kasdan. Non pas que le fils de Lawrence soit un grand nom dans le métier mais au moins, même si on les aime pas pour diverses raisons (ennuyeuses, prétentieuses, moyennement drôles...), ses précédentes comédies volent quand même plus haut que la grande majorité du genre liée au milieu scolaire (au passage, seul John Hughes a réussi là ou tant d’autres ont échoué, que ce soit en comédie pure (des passages de « Ferris Bueller’s day off », de « Some kind of wonderful », etc...) ou en y insérant un peu d’émotion (« Breakfast Club », top du top !). Pour la première fois, Kasdan réussit son coup, avec un scénario plus fouillé que d’habitude, une Cameron Diaz inspirée, et une véritable histoire derrière la comédie. Un peu trash, vulgaire, parfois très drôle, surprenante par une certaine justesse sur quelques petits points, ne tombant jamais dans la guimauve écœurante d’une morale retrouvée (le grand amour final s’entend aussi niveau sexe !), perdant un peu de son mordant dans sa seconde partie, « Bad teacher » (titre vraiment parfait !) s’avère finalement être une chose très rare, à savoir une comédie scolaire qui réussit là où tant d’autres échouent lamentablement. Dans le genre, « Bad teacher » a gagné une certaine référence.

St. THIELLEMENT



Retour au sommaire