SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No116
110
9
 
a
o
û
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 16 000 articles
  Sommaire - DVD -  G - L -  Les Sorcières d’Eastwick (The Witches of Eastwick) - Edition Blu-ray (France)
LIVRES-SF-FANTASTIQUE
Voir 89 livres sur le cinéma, romans, études, histoire, sociologie...
"Les Sorcières d’Eastwick (The Witches of Eastwick) - Edition Blu-ray (France)"
de George Miller
 

Avec Michelle Pfeiffer, Cher, Susan Sarandon, Jack Nicholson,
Warner Home Vidéo

En attendant son « Mad Max : Fury Road » avec Tom Hardy en lieu et place de Mel (trop vieux et trop beaucoup de choses...) et qui pour le moment est remis à plus tard suite à l’inflation du dollar australien, le Blu-ray nous offre la possibilité de (re)voir un des autres très bons films de George Miller sur sa période américaine à savoir « Les sorcières d’Eastwick ». Alors, petit historique au préalable : George Miller, le seul, le vrai, pas son homonyme (il en a un à qui ont doit « L’histoire sans fin 2 »...), fut considéré en son temps comme un des nouveaux piliers de l’industrie cinématographique australienne. Ex-chirurgien passionné de cinéma, il tourna pendant des mois et durant ses congés et week-ends, le film d’anticipation ultime, celui qu’on peut revoir aujourd’hui avec la même fièvre et la même crainte (parce qu’il fait peur, oh que oui !), « Mad Max ». Le cinéma apocalyptique avait trouvé son mètre-étalon, sa séquelle (laquelle vieillit moins bien tout en étant toujours aussi extraordinairement spectaculaire, pas d’effets visuels à l’époque, mais de vraies cascades et de vrais blessés...) fut une source d’inspiration pour le bis italien des eighties, et après avoir co-dirigé le troisième opus, vraiment pas génial, Miller qui avait auparavant accepté de diriger un des quatre segments de la « Quatrième dimension » (l’épisode « Cauchemar à 20000 pieds »), resta quelques temps aux USA pour concrétiser des projets qui l’intéressait comme l’adaptation d’un roman de John Updike, variante fantastique sur les femmes et les hommes. L’expérience ne lui plut point, même si le film s’avéra très réussi. Par la suite, cinq ans plus tard, il signa le superbe et poignant « Lorenzo », où il règle ses comptes avec la médecine, avant de repartir en Australie, se consacrant à la production (« Babe » et des documentaires) puis revenant derrière la caméra avec l’excellent « Babe un cochon dans la ville » (échec financier surprenant, le premier ayant été un très gros succès) et le magnifique « Happy Feet » qui lui ramena en plus l’Oscar du Meilleur film d’Animation en 2007. Cette année, on aura droit à « Happy Feet 2 in 3D », très attendu évidemment venant de la part de ce très grand monsieur du 7ème Art. Bon, et « Les sorcières d’Eastwick » alors ? Pour être franc, ce n’est pas le film qu’on revoit fréquemment. En plus, les fonds de tiroirs s’avèrent parfois pas terribles du tout quand ils passent au format Blu-ray (« Gremlins »...). Hé bien, pour conclure avant l’heure, ce serait une grave erreur dans le cas présent : le film se bonifie très bien avec l’âge et de plus, la copie Blu-ray est simplement excellente au vu du minimalisme de son édition.
Eastwick, petite bourgade des côtes de la Nouvelle-Angleterre, Massachussetts plus exactement, vit tranquillement au gré des saisons. Alex, Jane et Sukie (Michelle Pfeiffer, la plus belle, à damner un saint, enfin passons...) sont trois amies célibataires, divorcées, séparées, et mères, peu importe l’ordre. Draguées par le maire du village, coincées par les ligues moralisatrices, elles fantasment sur leur mâle parfait au point de le concrétiser un beau soir d’orage en la personne d’un certain Daryl Van Horne (Jack Nicholson, qui n’a jamais aussi bien cabotiné, le rôle le voulant tel quel !) qui va remplir pour chacune d’elle le vide de leur existence. Mais au bout d’un moment, celui qui pensait si bien connaitre ses femmes va se heurter à leur intelligence, leur humanisme et leur sensibilité face à des situations où elle se rendront compte que leur vie demande plus qu’un simple démon assouvissant leurs seuls fantasmes...
Le roman de John Updike, comme tout livre de cet auteur, faut se le farcir, hein ! Et pourtant, Miller et son scénariste en ont gardé l’essence et le cinéaste australien y a apporté son style et son talent pour rendre vivant un film qui sous la direction d’un Mike Nichols par exemple, aurait été un vrai supplice ! Celles et ceux qui ont dû supporter « Closer » me comprendront... Ici, Miller restitue toute la richesse de l’histoire servie par une mise en scène de haute volée, canalisant les extravagances d’un Nicholson trop heureux de pouvoir donner libre cours à sa folie, donnant à sa caméra la vélocité nécessaire pour donner une vraie vie aux fantasmes de ces dames et à la vie très coincée qui « anime » Eastwick, avant de plonger tout cet univers dans la pure folie d’un Pandémonium soudain quand les sorcières se rebellent et font sortir le diable de ses gonds. Et malgré quelques petits passages un peu « longs », revoir aujourd’hui « Les sorcières d’Eastwick » procure un plaisir quasi inédit tant le scénario est riche et travaillé, et tant on redécouvre une réalisation cinématographique digne de ce nom, et qui nous rend encore plus impatient de redécouvrir George Miller dans la fureur de la violence apocalyptique du monde de Max Rockatansky. En plus, comble de bonheur, la copie Blu-ray s’avère, pour l’âge du film et le fait qu’il s’agisse juste d’une ressortie sous ce format, soignée puisqu’on redécouvre le film visuellement : les couleurs sont vives, quasiment aucun fourmillement sur les plans d’ensemble (un peu de ciel à deux trois moments...), les détails reprennent vie, et même les effets spéciaux finaux ne souffrent pas du transfert. Le cadre étant en plus la côte Atlantique de la Nouvelle-Angleterre, et le monde de Van Horne étant des plus colorés, inutile de dire que le plaisir n’en est que plus décuplé ! Et au final, et malgré l’énorme pénurie côté bonus (une bande-annonce toute moche (photo digne de la VHS d’époque !), sans son en plus, et c’est tout !), cette édition Blu-ray constitue donc une excellente surprise, donnant aux « Sorcières d’Eastwick » un rajeunissement mérité pour ce qui constitue à ce jour pas l’édition ultime (qu’on n’aura jamais) mais certainement la plus belle copie du film, qualité méritée pour un des meilleurs films de George « Mad Max » Miller.

Note film : 8/10
Blu-ray : copie excellente, format d’origine 2.40, image 16/9ème - Bonus (vostf) : 0/10.

St. THIELLEMENT



Retour au sommaire