SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No111
110
2
3
 
a
v
r
i
l
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  S à Z -  Tête de Turc - Edition Blu-ray (France)


"Tête de Turc - Edition Blu-ray (France) "
de Pascal Elbé
 

Avec Roschdy Zem, Pascal Elbé, Simon Abkarian, Florence Thomassin, Valérie Benguigui, Ronit Elkabetz
Warner Home Vidéo

Il fut un temps où le polar français régnait en maitre sur notre septième Art, aidé il est vrai par de grands talents tels que Lino Ventura, Jean Gabin, même Alain Delon, sous la direction de pointures telles que Henri Verneuil, José Giovanni, etc... Depuis cette glorieuse époque, le genre n’a guère brillé malgré des tentatives certes louables mais qui en même temps ne se visionnent qu’une fois. Et puis là, depuis quatre-cinq ans, une relève se met en marche, au même titre que dans le fantastique, là où on n’y croyait presque plus. Virent donc le jour des œuvres aussi réussies que « Nid de guêpes » de Florent-Emilio Siri, « 36 Quai des Orfèvres » et « MR 73 » d’Olivier Marchal, et très récemment, le bon « Go fast », et les excellents « Gardiens de l’ordre » de Nicolas Boukrief, « une affaire d’état » d’Eric Valette et surtout le superbe « Pour elle » de Fred Cavayé (qui vient juste de remettre ça avec le déjà renommé « A bout portant » qu’on découvrira en salles le 1er Décembre). Fort de ces références, on est tout prêt à croire les rumeurs qualitativement positives lancées à l’encontre d’autres nouveaux outsiders. Comme pour « Tête de turc », premier film de l’acteur Pascal Elbé qu’on nous a vendu dans cet esprit là. Sauf que...
Alors qu’il intervient dans une cité HLM de banlieue, Simon, médecin généraliste, se voit agresser par des jeunes qui le confondent avec un flic. L’un d’eux, Bora, lui jette même un cocktail Molotov. Mais au dernier moment, il descend du toit de l’immeuble où il était pour secourir le médecin. En parallèle, un homme cherche désespérément à joindre Simon car sa femme fait un grave malaise. Elle mourra. Simon, blessé, dans le coma, est emmené à l’hôpital. Là, son frère Atom, policier, jure de retrouver les coupables. Quand les premières interpellations commencent, on découvre que c’est Bora qui a sauvé Simon. Il est cité en exemple et devient en même temps l’ennemi de la cité. Au bout du compte, la vie et la mort prendront leur quota au milieu de ce maelström de vies liées malgré elles...
Sauf que « Tête de turc » n’impressionne guère. D’accord, la réalisation est sèche, en parfaite osmose avec le sujet. Mais justement, là où le film pêche, c’est par un scénario qui se diversifie trop pour donner une œuvre véritablement « coup de poing » telle qu’on pouvait l’attendre. En se focalisant juste sur la vengeance aveugle d’un flic blessé depuis son enfance au sein d’une banlieue, « Tête de turc » pouvait donner, sous l’œil et la maitrise du réalisateur Pascal Elbé qui constitue la seule véritable bonne révélation de ce film, un polar âpre et sec, ne s’égarant pas en des tergiversations aussi encombrantes qu’inutiles. Mais ce n’est pas le cas, et on a donc droit à des intrigues parallèles comme ce veuf qui cherche aussi à se venger (et qui à la fin n’est guère surpris de voir un docteur avec un flingue à la main...), cette mère de famille qui s’enorgueillit de l’honneur fait à son fils (trop long, bien trop long...), et d’autres petits faits qui enrayent cette mécanique qui n’en demandait pas tant pour frapper là où ça fait mal. Il faut aussi ajouter un casting inégal, dominé par un Roschdy Zem toujours aussi parfait (lui, c’est un futur grand du cinoche français, s’il continue ainsi !), mais guère convaincant avec les autres, comme le jeune Samir Makhlouf qui campe Bora. Et au bout du compte, « Tête de turc » se révèle très inégal, réussi dans certains moments, maladroit dans d’autres. Ce n’est pas un des fleurons du renouveau du polar français, comme il a été si vite catalogué, c’est simplement un essai plutôt convaincant pour Pascal Elbé cinéaste dont on peut attendre le prochain film avec une certaine confiance. Quant à cette édition Blu-ray, rien à redire, elle est techniquement haut de gamme, tant sur la restitution visuelle d’une photo qui se veut réaliste (un des bons points du film, la banlieue est très bien filmée...) que sur le son, soigné dans ses moments violents comme intimes. Par contre, même en fouillant bien, en cherchant éventuellement dans un endroit caché, hé bien non, il n’y a strictement aucun bonus, même pas une bande-annonce ! Etrange, car on aurait bien aimer en savoir plus sur les centres d’intérêts professionnels de ce nouveau réalisateur à surveiller qu’est Pascal Elbé...

Film : 6/10
Blu-ray : copie excellente, format d’origine 1.85, image 16/9ème -Bonus : 0/10 : aucun.

St. THIELLEMENT



Retour au sommaire