SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No108
108
2
2
 
j
u
i
l
l
e
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   PD-AP  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Dossiers -  La Compagnie des Glaces par Serge Perraud -  Les Chroniques Glaciaires


"Les Chroniques Glaciaires"


Cette série de onze volumes publiée entre novembre 1996 et décembre 2000 avait été conçue par G.-J. Arnaud dès la fin des années 1980. Il souhaitait, hors cycle, pouvoir traiter des événements antérieurs à La Compagnie des Glaces, qui avaient amené la mise en place des sociétés ferroviaires et de la civilisation qui en a découlé. En effet, sauf sous la forme de courts paragraphes, l’histoire qui avait précédé ne pouvait trouver place dans le déroulement de la saga. Il fallait utiliser la technique des « spin-off ».

Les Chroniques Glaciaires abordent quatre volets différents, quatre phases d’approfondissement :

Le début des Compagnies avec :
Les Rails d’incertitude,
Les Illuminés,
Le Sang du monde,
Les Prédestinés.

La Grande Panique des années 2050 avec :
Les Survivants crépusculaires.

La découverte du Bulb avec :
Sidéral-Léviathan,
L’œil parasite,
Planète nomade,
Roark

La naissance des Hommes-Jonas avec :
Les Baleines Solinas,
La Légende des Hommes-Jonas.

Dans une courte préface aux Rails d’incertitude G.-J. Arnaud présente ainsi la série :

« Ce récit anonyme figurait dans les fonds secrets de la Bibliothèque d’Archives Manuelles de Karachi-Station parmi d’autres documents racontant les origines de la glaciation terrestre, vers l’an 2050 du calendrier chrétien. Cette bibliothèque... racontant la survie de l’Homme après la catastrophe de XXIè siècle, et comment celui-ci, grâce à quelques locomotives retrouvées dans les glaces, créa une nouvelle civilisation.

Pour des raisons politiques, religieuses et autres, les dirigeants des compagnies ferroviaires qui se partageaient la Terre exigèrent qu’un certain nombre de documents fût conservé sous le sceau du secret. Dans les soixante-deux volumes de La Compagnie des Glaces qui relatent l’histoire de ce monde étrange, bien des faits, bien des périodes historiques capitales ne furent pas exposés au grand jour. Il devenait donc urgent de faire parler les Archives secrètes des Wagons Mémoires. Voici donc le premier récit sur l’apparition de la première ligne de chemin de fer au moment où le monde traversait une ère de sauvagerie régressive et de féodalité. D’autres seront publiés sans ordre chronologique et souvent sans relation directe avec les précédents. »

Les Rails d’incertitude

Sadon est un descendant des survivants de la Glaciation. Au sein d’un groupe errant, il conserve un minimum de vocabulaire et un atlas dans ses bagages. Il cherche Rennes, un lieu qu’il a repéré sur une carte et qu’il imagine très giboyeux. En suivant des animaux, il entre dans une grotte éclairée. Soudain, des êtres qui lui ressemblent, sortent d’un monstre bruyant qui le terrorise. Hogger, le mécanicien, le découvre et l’intègre au groupe. Ce sont des survivants, protégés du froid par une caverne, qui restaure une locomotive trouvée tout près.
Avec la formation de Roggers, il s’initie rapidement au maniement de la locomotive et commence à visiter d’autres communautés humaines. Si certaines survivent tant bien que mal en développant un artisanat, d’autres ne subsistent que par des rapines, des pillages. Les communautés doivent s’unir pour se défendre.

Sadon apprend vite. Il découvre, dans des archives, des informations sur un dépôt ferroviaire. Après nombre de recherches, de tâtonnements, il met à jour tout ce qu’il faut pour construire une voie ferroviaire. Il commence, alors, à relier les communautés entre elles, faire du transport...

Il crée la Railways Union et veut étendre son réseau dans toutes les directions.

Les Illuminés

Sadon le septième dirige la Railways Union. Avec deux autres compagnies : l’Union Ferroviaire et le Réseau Grégorien, elles se partagent un territoire équivalent à la partie la plus occidentale de l’Europe.

Jon Semper vit dans une petite station. Remarqué pour sa piété, par le responsable religieux, il est enrôlé dans les Croisés. Il prend du galon alors que la Railways Union envahit la concession. À la tête d’une patrouille il arrive à Notre Dame Station. Les habitants se révoltent et son commando est exterminé.

Cette affaire est étouffée, par peur du scandale et de l’exemple. Jon s’enfuit et rejoint la Railways. Il est recruté par les Aiguilleurs et mène une existence de combattant.

Lassé par les restrictions que la Compagnie commence à imposer, il part vers l’ouest avec un groupe de chasseurs et des Néo-Catholiques en utilisant des traîneaux à chiens. Mais devant la progression de la Railways, il doit traverser la banquise Atlantique pour rejoindre le continent Américain.

Le Sang du monde

La Railways a été renommée la Transeuropéenne par le conseil d’administration qui a succédé à Sadon le dixième. Romi Rugika est archéo-généticien. Il explore le sous-sol à l’aplomb de Macon. L’Aiguilleur Omalet le convoque et lui annonce son détachement immédiat pour un nouveau chantier situé dans des montagnes abruptes. C’est un chantier où ils rejoignent Kant et qu’ils vont mener à trois, dans le plus grand secret. Il s’agit de percer la provenance de ce liquide rouge qui suinte dont on ne sais où et qui ressemble à du sang qui ne gèlerait pas.

Rugika et Kant partent, sous couvert d’une expédition de prospection minière, à la recherche de cette source, sans doute située dans la compagnie voisine. Dans une petite station, ils apprennent l’existence d’hommes-ours. Une horde de quinze à dix-huit mille de ceux-ci avaient, quelques années auparavant, envahi la concession. Il s’en était suivi un massacre et les corps furent jetés dans une immense crevasse. L’écoulement viendrait de là.
La compagnie voisine est aussi intéressée par le secret du sang et autorise les chercheurs à continuer sur son territoire. Mais en voulant retourner chez eux, ils se rendent compte qu’ils sont, de fait, prisonniers. Ils fuient par des crevasses et découvrent une tribu de Roux. Pour éviter une guerre, ils sont contraints de révéler l’existence des Hommes du Froid.

Les Prédestinés

Aphélie Bermann décide de poursuivre, à l’université de Grand Star Station, des études sur le français archaïque. Son professeur se nomme Lienty Ragus. Pour compléter son cycle de formation, elle cherche à suivre un module sur les phénomènes pseudo-historiques. Elle prend contact avec les Rénovateurs du Soleil. Mais son prénom attire l’attention d’un autre étudiant qui cherche à savoir d’où vient Aphélie.
À la fin du trimestre, Lienty l’invite à rencontrer Emma Fort, sa mère adoptive pour conforter ses connaissances en Français et en histoire. Arrivés chez elle, ils apprennent qu’elle est partie depuis plus d’un mois et n’a pas donné de nouvelles. Il faudrait aller à sa recherche, mais le départ de Lienty alerterait la Sécurité. Il est donc décidé qu’Aphélie, moins surveillée, suivra la piste de cette femme.

C’est dans le nord de la Panaméricaine, dans une province qui a conservé le souvenir du français, qu’Emma a trouvé refuge. Elle est installée dans une famille qui porte le nom de Ragus. Elle ne peut pas rentrer en Transeuropéenne. Aphélie décide alors de retourner pour continuer l’oeuvre d’Emma.

Les Survivants crépusculaires

L’action se déroule en 2052. La ciel est gris, couvert de poussières lunaires qui cachent le soleil. Sydney Rollin, journaliste australien, suit la glaciation de la vieille Europe pour une chaîne télé de son pays. Alors qu’il est en Bourgogne, il voit arriver le premier troupeau de rennes. Son rédacteur en chef, dans une ultime liaison, lui apprend que les glaces gagnent par le sud. Il ne peut plus rejoindre son lieu de naissance. Il décide de partir vers le nord, à l’inverse des populations, pour tenter de rejoindre une station polaire d’où partirait encore quelques navettes conduisant à Terra, le vaisseau intergalactique en orbite autour de la Terre. Il recueille Astrid et son fils, tous deux réfugiés.

Commence pour lui et ses protégés, une équipée folle dans une société en mutation, en régression. Les glaciers avancent et recouvrent rapidement les terres et tout ce qu’il y a dessus. Le froid s’installe durablement. Il fait moins soixante degrés. Des bandes armées attaquent et massacrent les groupes pour piller le nécessaire.
Rejoindre cette base est, pour Sydney, une priorité. Malgré les difficultés, les avatars, il avance sans savoir si la station est encore en état de fonctionner.

Sidéral-Léviathan

Vernon Duncan est le médiateur entre les cités fédérées d’Ophiuchus IV et les groupes de colons. Il doit donc gérer une crise naissante lorsque des bûcherons l’informent qu’un air empoisonné détruit tout depuis qu’une masse énorme s’est abattue dans la Foret des Anges. Une mission dépêchée sur place découvre que ce phénomène est le produit de la respiration d’un extraordinaire animal de quarante kilomètres de long sur dix de diamètre, venu s’échouer, mourant, sur la planète. Duncan et Aldina Perou, une spaciologue, explorent le Bulb, baptisé ainsi en raison de sa forme. Ils identifient des dents hautes comme des pylônes, sur plus de deux kilomètres de long.

Il s’agit de la mâchoire d’un autre animal plantée dans la partie étroite du Bulb. Ils décident de pénétrer dans le corps de ce dernier, par une large blessure et trouvent, à l’intérieur, des conditions permettant la vie et le développement de toute une faune et une flore.
Après une année d’études, le gouvernement décide d’envoyer dans Terra, le vaisseau des origines, une expédition pour trouver un autre Bulb, le coloniser afin de revenir vers la Terre et attendre la fin de la glaciation.

L’œil parasite

Voici vingt ans que Terra explore l’espace. En vain ! Aldina, affaiblie a décidé de mourir. C’est pendant la cérémonie d’éjection de son corps pour l’espace qu’un premier écho est capté. Il s’agit de la nourriture de ces monstres. Peu après, l’expédition découvre une troupeau de ces gigantesques animaux.

L’approche et surtout l’étude sont difficiles. Les Bulbs détruisent les sondes envoyées pour les examiner. L’expédition finit par repérer une bête isolée. Celle-ci est malade, parasitée par un œil qui a pris le contrôle de son cerveau. L’exploration est dangereuse car le parasite se défend en utilisant des tentacules. Duncan, qui continue, malgré les dangers, arrive à la centrale de navigation du Bulb, neutralise définitivement l’œil, mais constate que Flatty, le nom donné à l’animal, ne pourra jamais atteindre la Terre. Les explorateurs décident de domestiquer un autre Bulb.

Planète nomade

Peuplé par cinquante mille habitants, le Bulb nouveau vogue en direction de la Terre depuis deux siècles. Une guerre civile a divisé les habitants en deux clans : les Salt et les Sugar. Mais dans Terra, qui ayant pu être retapée, accompagne le Bulb, l’équipage reste neutre.

Cependant, certains s’étonnent que la terre ne soit pas atteinte depuis le temps qu’ils sont partis. Ils parlent alors d’une mauvaise volonté du Bulb qui supporte mal son asservissement. Mais une gargouille abattue par un laineux fait présumer d’une volonté humaine à cette situation. De plus, le centre de gravité du Bulb se déplace. Le Fémur, pilier central appelé ainsi en raison de sa forme, se déstabilise. Des négociations entre les deux communautés ennemies permettent de mettre en lumière des faits bizarres.

Une véritable enquête policière débute pour tenter de découvrir qui a intérêt à freiner la progression de l’animal. Une Cellule Clandestine de Navigation est neutralisée lorsque Liz Sugar apprend que celle-ci avait fait assassiner un professeur qui travaillait sur un gaz essentiel au Bulb

Roark

Une paix, concrétisée par une association, s’est établie entre Salt et Sugar. L’intérieur du Bulb est peu à peu aménagé. Pour avoir de la main d’œuvre, les Salt ont crées génétiquement les Loupés ou les Garous.

Mais la troisième guerre civile éclate. Les Garous envahissent les étages des Sugar. Les combats font rage, les dégâts sont considérables et les victimes innombrables.
Cependant, de la passerelle de commandement, on repère un œil, un saurien de l’espace, de dix kilomètres de long. Celui-ci a manifestement l’intention d’attaquer la partie la plus effilée du Bulb. Ce dernier est agité de tremblements, qu’il faut calmer en lui injectant des calmants qui le prive partiellement de ses réflexes de défense.

Rimond Sugar, un généticien, conçoit un plan pour se débarrasser du prédateur : laisser celui-ci mordre, congeler cette partie et ainsi bloquer le monstre pour pouvoir le détruire.

Mais alors qu’il se livre aux préparatifs, il est capturé par des Salt qui nient l’existence du Roark. Lors de l’attaque de celui-ci, il peut s’échapper et mettre son plan à exécution. Le monstre est capturé, mais il faut le découper en tronçons pour le tuer. Plus tard, Rimond apprend qu’un couple d’astrophysiciens, agents doubles pour les Salt, avait détourne le Bulb de sa trajectoire vers la Terre. Trois mois plus tard, l’animal se satellise autour de la planète gelée.

Les Baleines Solinas

North Pacific Station n’a pas toujours été une station fantôme. Avant de se rebeller pour ne pas être intégrée dans la Panaméricaine, elle fut une cité prospère. Pour oublier le blocus économique, les habitants se tournent vers les combats d’animaux marins, organisés dans le baleinarium.

Alors que Roxyyane, un cétacé très populaire tue accidentellement un dresseur, des émeutes éclatent dans la station en proie à la pénurie. Le gouverneur, débordé, fait appel aux chasseurs de phoques qui, pour rétablir l’ordre, font régner la terreur.

Le vétérinaire, Reyès Alborne, est envoyé vers une autre station pour enrayer une épidémie qui rend la viande de phoque impropre à la consommation. Il constate que la Panaméricaine, sous le prétexte de protéger ses partisans menacés par les émeutes, se prépare à envahir la station.
Reyès Alborne et un groupe de dissidents réinstallent un habitacle sur le dos de Roxyane pour s’enfuir en passant sous la banquise. Ainsi cinq humains sur trois baleines échappent à l’emprise de la Panaméricaine. Un électronicien développe une communication avec les animaux. Roxyane propose des aménagements à l’intérieur de son corps pour permettre la survie de ces Hommes-Jonas,

La Légende des Hommes-Jonas

Vingt ans se sont écoulés. L’adaptation a été parfaite et les Hommes-Jonas vivent en totale symbiose dans le corps des immenses cétacés. Reyès et sa compagne viennent de mourir. Pour respecter leurs volontés, Oxelle et Nathos reviennent au baleinarium pour les inhumer. Là, il découvrent un élevage de Roux et sont fait prisonniers par le juge Mankiewitz. Ils sont contraints de mettre au point un relais pour contrôler les orques. Mankiewitz, depuis des décennies poursuit de sa haine hommes et animaux, qu’il tient pour responsable de la destruction d’une partie de sa famille. Il dirige un véritable univers concentrationnaire.
Oxelle et Nathos profitent de la panique qu’ils ont pu provoquer dans le baleinarium, à l’aide d’un orque qu’ils téléguident, pour s’enfuir. Mais le juge les poursuit et mène l’attaque avec le reste des orques. Les baleines se défendent, mais Roxyane meurt peu après de ses blessures.


Retour au sommaire des dossiers