SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No111
110
2
3
 
a
v
r
i
l
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Films -  S - Z -  The Crazies


"The Crazies " de Breck Eisner

 

Scén. : Ray Wright & Scott Kosar
Avec : Timothy Olyphant, Radha Mitchell, Joe Anderson.
Distribué par SND
101 mn
Sortie le 9 Juin 2010
1/10

Depuis quelques temps, les classiques de l’horreur et de l’épouvante (comme disait René Château... Laissez tomber si ça ne vous dit rien !) font l’objet de remakes qui s’avèrent bien meilleurs, prouvant ainsi qu’un classique n’est pas obligatoirement un grand film. Découvrir aujourd’hui le classique de Wes Craven, « La Colline a des yeux » s’avère une étonnante expérience dans le sens où c’est une série Z avec une bonne idée de base et c’est tout. Le remake signé Alexandre Aja est une vraie bombe. Tout comme « La Dernière maison sur la gauche », irregardable avec son humour redneck insupportable, conjugué à des scènes sadiques et violentes mais d’un amateurisme qui n’emporte plus l’adhésion aujourd’hui. Maintenant, tout n’est pas non plus du même acabit : « Hitcher » est un classique et un chef-d’œuvre, son remake est une très mauvaise série B. Pour « Amityville », l’original est tellement ridicule aujourd’hui que son remake, à condition d’être entre de bonnes mains, ne peut pas être pire. »Massacre à la tronçonneuse » est la réussite la plus totale. « La nuit des morts-vivants » aussi, le remake de Tom Savini étant excellent. Bon. Mais peut-on faire un bon remake d’un film original qui déjà n’était pas bon ? Oui, sauf si ceux qui sont derrière le projet n’ont pas les qualités requises pour y arriver. Ce qui est le cas de « The Crazies » : le film de 1973 de George A. Romero n’apportait rien, ne construisait rien ; le remake non plus, en plus de fautes scénaristiques très grandes.
Tout commença lors d’un match de football : en plein terrain, un homme arriva, le regard vide, un fusil à la main et le sherif Duton fut obligé de le tuer. La suite alla très vite, les habitants de la petite ville d’Ogden Marsh devenant subitement fous, tuant sans raison. Quand l’armée arrive enfin, c’est pour mettre la ville en quarantaine. Alors Duton et sa femme partent, accompagnés d’un assistant encore sain d’esprit. Mais peu à peu, l’étau se resserre et ils se rendent compte que des survivants comme eux sont rares. Très rares.
Mais comme tout cela est très mal agencé, on ne s’y implique jamais, et on s’y ennuie rapidement, et ce dès le début (flinguer quelqu’un qui porte juste un fusil au lieu de lui tirer une balle dans l’épaule par exemple...). L’original de Romero pointait de nouveau le doigt sur le totalitarisme de son pays, l’armée aveugle, etc... L’ensemble se concentrant sur une histoire de folie contagieuse agencée par le gouvernement. Une histoire finalement plate qui est loin de faire partie des réussites du cinéaste. Cette nouvelle version, pourtant écrite par le scénariste du remake de « Massacre à la tronçonneuse », repart sur des bases similaires toujours très mal exploitées et surtout ne tenant pas la route sur toute la distance. Voir ainsi des fous se mettre en clans pour éliminer des « proies », chose totalement inconcevable, annihile définitivement tout ressort dramatique à cette histoire qui meuble tant qu’elle peut son scénario. Donc, on a droit à une attaque de fous puis les héros partent marcher dans les champs de l’Iowa puis une nouvelle attaque puis retour dans les champs, etc...Très vite, le film s’enlise faute d’avoir un vrai scénario avec des personnages crédibles et surtout un minimum de ressort dramatiques cohérent et non pas juste là pour satisfaire le gore. C’est peut-être beaucoup demander (Breck Eisner n’a jamais rien signé de potable, ceci explique peut-être cela...), mais c’est faisable comme le prouve l’excellent « Infectés » qui avec un minimum réussit à nous faire croire au pire. Et n’étant jamais si bien servis que par soi-même, « The Crazies » pousse jusqu’au bout son idiotie avec une scène finale qui achève « en beauté » ce mauvais remake d’un mauvais film.

St. THIELLEMENT



Retour au sommaire