SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No108
108
2
2
 
j
u
i
l
l
e
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   PD-AP  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Films -  A - F -  Exorciste


"Exorciste" de William Friedkin

Exorciste Fantômes

Exorciste Fantômes

Exorciste Fantômes

Exorciste Fantômes

Exorciste Fantômes
 

Exorciste (version intégrale) de William Friedkin


Réalisateur : William Friedkin


Avec :
Max Von Sydow, Linda Blair, Ellen Burstyn, Jason Miller, Lee J. Cobb


Encore un classique trafiqué. C’est la mode en ce moment, surtout avec l’avènement du DVD. Il suffit qu’un réalisateur ait été déçu du résultat final de son film lors de sa sortie, ou qu’il ait retrouvé des séquences inédites pour qu’il remonte son œuvre, la rajeunisse, voir (pire !) la transforme. Et c’est justement cette dernière orientation qui domine dans cette “version intégrale” de L’Exorciste. Bon, c’est vrai que depuis quelque temps, Friedkin ne va pas bien du tout.


Son dernier bon film ? Jade. Depuis, nada. Car L’Enfer du devoir, malgré quelques réelles qualités de mise en scène, nageait en plein délire au point d’en devenir honteux. Avec cette nouvelle mentalité, découvrir cet Exorciste remis au goût du jour par ce “nouveau” Friedkin ne surprend personne.


Tout y est dénaturé, rien n’est plus suggéré. Friedkin rajoute des inserts de faciès du démon dès qu’il le peut, sabotant ainsi une bonne partie de ce qui faisait de son film un véritable traumatisme du 7e art. D’accord, il a réintégré la “scène de l’araignée”, à savoir Regan descendant l’escalier à l’envers, sur les mains et les pieds ; c’est vrai que c’est terrifiant. Mais le reste ne méritait pas d’être actualisé. Tout comme le son, maintenant trop parfait. Et comme les commentaires audios de Friedkin ne nous en apprendront pas plus, on demeure sceptique quant à l’intérêt d’une telle opération.


Comment un artiste peut-il à ce point revoir la conception initiale de son œuvre ? Il avait commencé sa descente aux enfers avec Rampage, prônant la peine de mort. Il persiste et signe avec L’Exorciste. Désolé, Billy, mais laisse nous préférer la première version : elle était bien plus intelligente et terrifiante.


+++




Retour au sommaire