SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No116
110
9
 
a
o
û
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 16 000 articles
  Sommaire - DVD -  G - L -  Gremlins (Id.) - Edition Blu-ray (France)
LIVRES-SF-FANTASTIQUE
Voir 89 livres sur le cinéma, romans, études, histoire, sociologie...
"Gremlins (Id.) - Edition Blu-ray (France) "
de Joe Dante
 

Avec Zach Galligan, Phoebe Cates, Hoyt Axton, Corey Feldman.
Warner Home Vidéo

Un petit classique. Pas un chef-d’œuvre, même en son temps il y a 25 ans (et là, paf, coup de vieux...), mais un petit classique. Qui a certes un peu vieilli, F/X obligent, mais qui garde intact son charme, signe de qualité de l’ensemble des films de Joe Dante, ce cinéaste un peu iconoclaste, nourri aux pelloches des années 50 ringardes, séries B remarquables, petits films de terreur avec monstres géants, etc... Même « Explorers », pourtant pas le film préféré de ses fans, possède cela. Et même ceux des gros studios comme « Gremlins », sur un scénario d’un jeune inconnu, Chris Columbus (il faisait des choses bien à l’époque, Columbus...), et produit par le puissant Steven Spielberg, qui a préféré laissé le bébé à Dante, plus proche selon lui de cet univers si fou décrit par Columbus. Grand bien lui prit, « Gremlins » est un petit classique, un bijou que l’on revoit toujours avec plaisir, et maintenant nostalgie...
Rentrant chez lui à la veille de Noël, un représentant de commerce un peu farfelu ramène à son fils Billy un Mogwaï, petite boule de poils aux grandes oreilles qu’il a baptisé Gizmo. Si Billy adopte rapidement Gizmo, son père lui recommande ce qu’on lui a dit concernant les Mogwaï : ne pas les mouiller, ne pas les aveugler avec une lumière vive, et surtout, surtout, ne pas leur donner à manger après minuit. Sous risque de grandes catastrophes qui se produiront car il y a toujours quelqu’un qui ne respecte rien...
Dès le début du film, avec le survol d’une petite ville typiquement américaine sous la neige, le ton est donné : nostalgie d’une époque, d’un certain genre de cinéma (on verra ainsi en cours de film des passages de « La vie est belle » de Frank Capra, on verra Robbie le robot de « Planète interdite », etc...) couplé aux codes actuels, enfin de l’époque à savoir 1984, d’un film fantastique flirtant avec l’épouvante et avec une bonne dose d’émotions, label Spielberg (du moment encore !) oblige. Ainsi, tout ce qui touche à Gizmo est mignon et attendrissant, tout ce qui est lié aux mauvais Gremlins est affreux et méchant, et autour de tout ça, des personnages très bien dessinés, des clichés des pires travers de l’âme humaine mais vu sous l’œil acerbe de Joe Dante : la vieille notable, le jeune banquier arriviste (Judge Reinhold, célèbre pour avoir été un des comparses d’Axel Foley dans la série « Le flic de Beverly Hills », et qui n’a jamais rien fait d’autre de mirobolant, comme Zach Galligan, interprète ici de Billy...), etc... A partir du moment où la situation dégénère, Joe Dante se lâche, applique la recette « cartonnesque » à la Chuck Jones (qui joue un petit rôle, celui de... Mr Jones !) et part dans tous les délires, bourrés de références, de petites piques amusantes (le Gremlin face à E.T., les Gremlins gangsters, etc...). Et de revoir ce film aujourd’hui laisse songeur : aucun CGI à l’époque, que des marionnettes et des maquillages, un boulot de titan pour Chris Walas et son équipe, surtout dans la salle de cinéma. Certes, tout cela à un petit air « daté » mais en même temps, c’est ce qui ajoute énormément à son charme. Dans le commentaire audio (non sous-titré), il est évoqué cette époque et l’actuelle avec les CGI et il est certain que le film n’aurait pas le même cachet... Justement, passons à l’édition Blu-ray : dans la série des classiques re-pressés en Blu-ray, « Gremlins » n’a pas bénéficié des avantages d’autres films ayant déjà un certain âge, voir plus. Si on gagne en qualité du détail, il y a des plans qui accusent un manque de soins au vu de d’une image assez granuleuse. Par contre, les couleurs ont gagné en piqué, et dans l’ensemble, c’est la plus belle copie du film, seulement un peu décevante au regard du support Blu-ray. En bonus, on mentionnera les dix minutes de scènes coupées dont un prologue inédit, qui valent le coup d’œil, et un petit making-of d’époque. C’est très faible, et comme les commentaires audio ne sont pas sous-titrés, ils ont peu de chance d’avoir un franc succès. Mais bon, le plaisir de revoir « Gremlins » est toujours là, on peut se demander pourquoi ne pas avoir fait un tir groupé avec le second volet mais ceci est certainement une autre histoire. Pour l’instant, à l’approche de Noël, offrez-vous un petit voyage dans une autre époque pas si vieille que ça mais qui possède déjà une certaine nostalgie, du moins pour certains films (oui, parce que les années 80, hein, pas les plus folichonnes qui soient !) dont ce « Gremlins » devenu un petit classique du Fantastique.

Note film : 7/10
Blu-ray : copie bonne, format d’origine 1.85, image 16/9ème comp. 4/3 - Bonus (vostf, sauf le commentaire audio) : 4/10 : commentaires audio de Joe Dante & Chris Walas, de Joe Dante et des acteurs - 10 mn de scènes coupées - mini-featurette d’époque - bande-annonce.

St. THIELLEMENT



Retour au sommaire