SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No108
108
2
2
 
j
u
i
l
l
e
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   PD-AP  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Films -  M - R -  Midnight Meat Train (Id.)


"Midnight Meat Train (Id.) " de Riuhey Kitamura

 

Scénario : Jeff Buhler d’après une nouvelle de Clive Barker
Avec : Bradley Cooper, Vinnie Jones, Leslie Bibb, Brooke Shields, Ted Raimi.
Distribué par Metropolitan Filmexport
85 mn
Sortie le 29 Juillet 2009

Note : 9/10

Si Gérardmer 2009 fut bien dominé par les productions scandinaves (« Manhunt », « Cold prey » et le Grand Prix, « Morse »), le film qui arriva dans la compétition en seconde place pour le Grand Prix était américain, avec des acteurs britanniques, tiré d’une nouvelle d’u romancier britannique et réalisé par un Japonais ! Ouf, sacré mélange mais aussi sacré film : « Midnight Meat Train » est un pur cauchemar, un voyage dans l’horreur, l’épouvante et le Fantastique comme on n’en a pas vécu depuis longtemps...
Leon Kauffman (Bradley Cooper, quasi inconnu jusqu’à ce qu’il soit le play-boy du trio de losers de « Very bad trip ») est un artiste new-yorkais qui, comme beaucoup d’artistes new-yorkais, galère pour arriver à vivre de son art. Ses photos sont belles, mais il manque un petit quelque chose qui fait que personne ne veut l’exposer. Un soir, Bradley voit une jeune femme aller au métro. Sans savoir pourquoi, il la suit et la photographie. Sur le quai, quelques secondes d’inattention suffisent pour qu’elle disparaisse au regard de Bradley. Son travail commence alors à susciter de l’intérêt mais il faut aller plus loin. Et Bradley décide alors de traquer le mystérieux homme qu’il a aperçu la veille dans le même wagon où montait la jeune femme. Très vite, Bradley se rend compte qu’il est tombé dans le pire des pièges : il a découvert les agissements d’un serial-killer qui assassine à coups d’attendrisseur dans les wagons du dernier métro de la nuit. Pour lui, son travail ne peut plus être sa priorité. Il va tout faire pour sauver sa peau avant de découvrir la plus effroyable et cauchemardesque des réalités.
Ne cherchez pas d’humour dans ce film, il n’y en a pas à part quelques notes très très noires. Connu pour avoir signé un film fou qui avait fait son effet l’année de sa présentation à Gérardmer il y a six-sept ans, Riuhey Kitamura s’empare de la nouvelle de Barker, retravaillée par Jeff Buhler et plonge dès les dix premières minutes le spectateur dans un vrai bain de sang. La suite sera à l’avenant, gore, inquiétante, terrifiante et totalement hystérique avec des plans complètement fous. Si, bien sûr, la silhouette de Vinnie Jones y contribue largement, Kitamura a assuré en donnant au film toute sa puissance et sa virtuosité telle qu’on l’avait découverte avec « Versus » (assez difficilement regardable aujourd’hui, celui-ci, par contre...).. Conjugué à un scénario qui, en d’autres mains, aurait pu donner une vulgaire série Z, Riuhey Kitamura montre la volonté d’aller dans le sens de Clive Barker à savoir faire un film d’horreur et d’épouvante intelligent et très sérieux, loin du racolage ennuyeux d’une quelconque séquelle de « Saw », par exemple... Le résultat dépasse donc nos espérances, « Midnight Meat Train » remplissant avec générosité son cahier des charges. Pourtant, si il ne possède pas la note maximale, c’est parce que la version qui sera présentée dans nos bonnes vieilles salles ne dure que 83 minutes : l’édition Blu-ray britannique & américaine propose la version intégrale, plus longue de quelques vingt minutes. Mais même ainsi réduit, « Midnight Meat Train » constitue une expérience qui vous emmènera jusqu’en enfer !

St. THIELLEMENT



Retour au sommaire