SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No111
110
2
3
 
a
v
r
i
l
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Films -  S - Z -  Very Bad Trip (The Hangover)


"Very Bad Trip (The Hangover) " de Todd Phillips

 

Scénario : Jon Lucas & Scott Moore
Avec : Bradley Cooper, Ed Helms, Zach Galifianakis, Heather Graham, Mike Tyson
Distribué par Warner Bros. Pictures France
99 mn.
Sortie le 24 Juin 2009.

Note : 8/10.

« Very bad trip » est le titre français (ben oui !) de « The hangover » (soit « La gueule de bois »). Pourquoi ce choix ? Tout simplement à cause du premier film de Peter Berg, « Very bad things » qui voyait un groupe d’amis (incluant le réalisateur de « Iron Man », Jon Favreau, et Christian Slater dans son dernier peut-être grand rôle...) emmenant un futur marié pour son enterrement de vie de garçon à Las Vegas : ça dégénérait, une soirée animée se terminait avec la mort d’une call-girl, un secret lourd à gérer, et entre une future mariée pour qui la seule importance dans son quotidien n’était que cet évènement et des témoins et un marié à la fois hypocrites, terrifiés, et pourris, tout cela finissait en petits meurtres entre amis avant de voir l’image idyllique du mariage complètement détruite. Bref, au fil des années, « Very bad things » a acquis sa popularité. Et de ce fait, s’en inspirer pour traduire cette nouvelle comédie n’est pas une mauvaise idée sauf qu’autant le film de Berg était une comédie très noire et caustique, autant « Very bad trip » est une pure comédie, qui peut laisser penser qu’on sera en face d’une énième variante d’humour graveleux très yankee, sauf qu’ici, derrière la caméra on y trouve Todd Phillips qui s’était fait remarquer dans le genre avec « Road trip », comédie plus fine que la normale. Bon après il a signé la version cinéma de « Starsky et Hutch » qui est déjà oubliée, mais force est de reconnaitre qu’il signe son retour à la comédie en très grande forme.
Doug va se marier et ses deux meilleurs amis accompagnés de son futur beau-frère ont décidé d’enterrer sa vie de garçon à Las Vegas. Une fois sur place, une suite est réservée dans un grand hôtel, un toast est fêté sur le toit, la soirée commence et le lendemain matin... Tout le monde se réveille dans la chambre, gueules de bois assurées, et un tigre dans la salle de bain, une poule (une vraie, qui fait cott-cott, avec des plumes et un bec !) se balade dans le salon et... Doug a disparu ! Pour ses trois comparses, le cauchemar ne fait que commencer car ils n’ont plus aucun souvenir de ce qu’il s’est passé durant cette folle nuit !
Là où on aurait pu n’avoir qu’une grosse comédie balourde et lourdingue avec délires d’américains en phase pré-mariage, « Very bad trip » trouve un ton original en faisant progresser son intrigue via des éléments sans queue ni tête qui s’enchainent pour trois personnes ayant perdu la mémoire de leur nuit débridée. Ainsi, leur amnésie disparait progressivement mais non pas grâce au retour de bribes de souvenirs mais à cause de ces petites choses qui leur tombent dessus et qui leur révèlent qu’ils ont fait pire que tout ce qu’ils auraient pu imaginer ! Ce qui donne que durant cette nuit d’enfer, ils ont récupéré un tigre, leur voiture est devenu véhicule de police, le dentiste du groupe a perdu ne dent de devant en se retrouvant marié, Myke Tyson veut leur dire deux mots, etc... De ces situations complètement folles naissent le meilleur de la comédie, sans pour autant partir dans n’importe quel sens puisque le fil conducteur est toujours là à savoir rechercher et trouver le marié avant son mariage prévu pour le lendemain matin. Servie par un quatuor de comédiens parfaitement à l’aise dans leur rôle respectif, et mis en boite par un Todd Phillips qui se montre plus qu’à l’aise dans le registre, « Very bad trip » mérite amplement son succès surprise outre-Atlantique et n’aura certainement pas de mal à trouver son public ailleurs au-delà de sa terre d’origine : c’est original et vraiment, vraiment, qu’est-ce qu’on se marre bien, ce qui est plutôt rare !

St. THIELLEMENT



Retour au sommaire