SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No111
110
2
3
 
a
v
r
i
l
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Films -  S - Z -  Star Trek (2009)


(Attention, ce billet peut contenir des informations sur le scénario du film. Je vous conseille d’aller le voir avant de lire cet article.)

Avec malheureusement un peu de retard par rapport à l’Europe et les États-Unis, j’ai enfin pu découvrir le nouveau film "Star Trek".

J’étais vraiment inquiet pour l’avenir de la franchise Trek à la fin de la série "Enterprise", après seulement quatre saisons. Ce film change la donne de tout ou tout : aujourd’hui, "Star Trek" n’est plus uniquement quelque chose pour les fans purs et durs de science-fiction, mais pour tout le monde.

J’ai vraiment adoré cette nouvelle incarnation, et je pense que c’est exactement ce que la franchise avait besoin pour attirer un nouveau public, une nouvelle génération de fans. Alors OK, oui, c’est vrai, le film n’est pas totalement canonique (pour ne donner qu’un seul exemple, le ciel de Vulcain est bleu alors qu’il avait été établi dans l’épisode "Amok Time" de la Série d’Origine qu’il était rouge), mais franchement peu importe. L’espace, les planètes et les vaisseaux n’ont jamais été aussi beaux !

L’intrigue temporelle justifie plus ou moins une grande majorité de ces changements. C’est un truc scénaristique astucieux (ils avaient d’ailleurs tenté la même chose au début de la série "Enterprise", avec beaucoup moins de succès), qui nous permet aussi de retrouver Leonard Nimoy dans le rôle de Spock. On ne l’avait plus vu dans le rôle depuis 18 ans, sa dernière apparition étant dans le film "Star Trek VI : The Undiscovered Country" (1991). Voir Leonard Nimoy reprendre ce rôle, alors qu’on ne l’espérait plus (il a après tout 78 ans !), est un vrai plaisir pour les fans de longue date...

Si ce nouveau film n’est pas canonique, il respecte néanmoins l’esprit de la Série d’Origine, tel qu’il fut conçu par Gene Roddenberry, et c’est ultimement ce qui compte. Il ressuscite ces personnages que l’on a aimés, avec tous leurs tics de comportements, et - incroyable mais vrai ! - l’alchimie est de nouveau présente au rendez-vous. Comme quoi, finalement, les acteurs des années 60 n’étaient peut-être pas si important que cela... Les séries ultérieures ("La Nouvelle Génération", "Deep Space 9", "Voyager" et "Enterprise") n’ont jamais vraiment réussi à reproduire la magie qui se produit dans les interactions entre Kirk, Spock et McCoy. Le plus proche fut certainement l’amitié entre le Capitaine Picard et Data, mais ce film-ci démontre à quel point on était finalement loin
du compte...

Ce "Star Trek" est très porté vers l’action, et moins vers les nombreux problèmes éthiques que la franchise Trek soulève généralement. Ce point à été critiqué par divers journalistes, mais j’avoue que cela ne me trouble guère : en effet, les films ont toujours été, par définition, plus orienté vers l’action que les séries TV...

Je plains par contre les auteurs de romans Trek qui travaillent pour les éditions Pocket Books (au fait, j’ai terminé récemment l’excellente trilogie "Star Trek : Destiny", que je conseille à ceux qui lisent l’anglais), qui vont devoir composer avec tout ces changements dans la continuité. Comment ça, Vulcain a été détruite en 2258 ???

Jean-Michel Abrassart

Note : billet cross-posté sur le blog Scepticisme scientifique.



Retour au sommaire