SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No111
110
2
3
 
a
v
r
i
l
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Interviews -  Pierre-Olivier Templier


Interview de Pierre-Olivier Templier
Par Par Gilles Francescano

Dernier ajout : samedi 10 avril 2004

"Pierre-Olivier Templier"

Rares sont les illustrateurs qui ont su apposer leur marque à une collection. Pierre-Olivier Templier est de ceux-là.


La chance lui sourit lorsqu’il fait ses premières couvertures pour la collection “Terreur” chez Presse Pocket. Pour la remercier, Pierre-Olivier Templier lui refait le portrait, chaque fois, à coups de scalpel et de canines.


Le sourire s’est élargi, celui du lecteur aussi. À votre tour...


Débuts ?



Dès mon plus jeune âge, j’étais attiré par le dessin. je faisais des modèles pour toute la classe en CM2, et je pense que c’est à cette époque que j’aurais pu prendre conscience de ce qui allait suivre. Mais ça n’a pas été le cas : études plutôt scientifiques, puis ras-le-bol en terminale, malgré une indéniable attirance pour les sciences de la terre. Heureusement que c’est au même moment que je suis tombé sur quelques copains (toujours là, d’ailleurs) fous de BD et d’illustrations. Alors on passait nos cours de math à dessiner, et évidemment, le BAC ressembla plus à une visite du zoo qu’à un examen... Puis parcours classique : écoles prépa artistiques pour se mettre dans le bain, concours des arts-déco de Paris en 87, première année aux arts déco, et là : nouveau clash. Je trouvais ça tellement scolaire (pour rester poli) que j’ai vite arrêté.


Et je suis revenu à mes premières amours : j’ai dessiné pendant plus de trois ans, presque sans relâche, jusqu’à ce que je juge que j’avais le niveau pour être illustrateur de couvertures - soit dit en passant, j’étais très loin de ça lorsque j’ai quitté les arts déco, c’est une école que je déconseille pour l’illustration. Dès que mon dossier fut prêt, j’ai contacté quelques éditeurs. Le plus curieux est que dès mon premier rendez-vous avec Pocket, ils m’ont donné du travail, et que depuis, ils ne me lâchent plus. Donc pour moi, désolé collègues, mais pas de démarchage, pas de galère, ça a marché du premier coup. (je sais, il n’y a de la chance que pour la canaille !).


Fantastique et Science-Fiction ?


Mes films cultes sont à chercher du côté de Blade Runner, La Belle et la bête, Frankenstein, 2001, et pas du côté du néo-réalisme misérabiliste très à la mode actuellement. Quant à mes livres de chevet... Ça doit faire 25 ans que je relis Le Seigneur des anneaux à peu près tous les 18 mois (en moyenne - je le connais presque par cœur), j’ai découvert Barjavel et Rosny-ainé à peu près à la même époque et je les relis régulièrement aussi. J’ai découvert beaucoup d’autres ouvrages irremplaçables, mais toujours dans la même veine. Il me semble d’ailleurs que pour illustrer un genre comme celui-ci, il faut l’aimer sincèrement. J’aimerais toutefois rassurer ceux d’entre vous qui me prendraient pour une sorte de sectaire : en matière de lecture, comme de cinéma, de musique, ou d’art en général, le mieux est d’être le plus éclectique possible (certains vont dire “ manger à tous les râteliers ”. Je préfère “ prendre ce qu’il y a de meilleur ”)


En fait, je crois que j’aurais été beaucoup plus à l’aise dans une autre époque (bien que je conçoive tout à fait que l’existence put y être plus dure qu’actuellement). J’aurais vraiment aimé vivre au Moyen Âge, ou au Paléolithique. J’ai l’impression d’y voir – surtout pour l’époque préhistorique – une sorte de paradis perdu (contrairement à une idée très répandue, ce n’était pas une époque si effrayante, du moins si l’on en croit les théories et les observations récentes). C’est sans doute pour cette raison que je vis depuis pas mal d’années dans un petit village médiéval du Quercy, dans une maison renaissance, et que pour me chauffer, je mets du bois dans la cheminée. Étonnant, non ? C’est grave, docteur ?


BD ?


Je préfère les illustrations de couvertures car je suis plus à l’aise pour raconter une histoire en une seule image, et parce que le travail en équipe ne me convient pas.


Mes planches de BD, visibles sur mon site, http://www.potemplier.fr.fm, ne sont malheureusement pas publiées, et croyez- moi, je suis le premier à en souffrir. Hélas, j’ai l’impression que les temps sont durs pour la BD de SF. La mode semble être plus portée vers le polar ou le thriller et l’actualité – je vous assure que pour trouver un éditeur qui ose lancer deux inconnus sur le créneau SF, il faut se lever tôt, quelle que soit la valeur intrinsèque du dessin ou du scénario. Je le déplore.


Écriture ?


Mes tentatives d’écriture se sont soldées par un résultat assez troublant. De l’avis général j’aurais tendance à produire (quand l’envie m’en prend) une prose de bonne qualité, avec cependant une caractéristique assez bizarre, que je reconnais moi-même après une relecture à plusieurs mois d’intervalle : ce que je raconte est vraiment un tissu d’âneries. (je suis sévère, mais bon... je vous assure que je manque de qualificatifs).


C’est le premier pas vers la sagesse : se rendre compte de ses propres défauts. Finalement, sachant cela, je ferais peut-être bien de m’y remettre ?


Travail et techniques ?


Une chose est sûre : je suis particulièrement fainéant. Il faut vraiment me pousser au cul pour que je produise. Je ne peux faire les choses correctement qu’au dernier moment. Donc il n’y a pas d’horaires de travail, sinon, les heures qui précèdent les rendez-vous ! Le temps passé sur une couverture varie d’une heure à quelques jours, suivant la complexité.


J’adore écouter de la musique, et n’importe laquelle pourvu qu’elle soit excellente (cela va de la variété au jazz en passant par le classique, l’opéra wagnérien), j’adore la pop française des années soixante-dix et 80 et la musique des compositeurs français du début du siècle dernier (Poulenc, Ravel, Debussy, Fauré), et aussi le jazz-rock façon Miles Davis ou Weather Report, mais je n’ai pas forcément besoin d’un fond sonore pour travailler. J’écoute beaucoup la radio (France inter, France culture entre autres)


Quant à la “patte”, j’adapte mon style à ce que veut l’éditeur. Cela dit, j’ai tout de même l’impression d’être reconnaissable. C’est dû, non pas à une technique particulière, mais à des choix inconscients de cadrage, de personnages, de poses, d’éclairages et de teintes récurrents qui se retrouvent quels que soient la technique et le sujet.


Quant à l’infographie que j’utilise, il faut rectifier un peu : certes, l’aquarelle numérique permet autant, voire plus de possibilités que son équivalent classique. Cependant, elle n’est – à mon sens – adaptée qu’à l’illustration (pour enfants, par exemple) tout simplement parce qu’une aquarelle sur papier d’après sujet ou paysage réel, je la produis plus rapidement avec du vrai papier sur le terrain. Cela dit j’éprouve le même plaisir dans les deux cas, et, chose étonnante, je ne suis pas du tout fanatique du papier véritable. Pour moi une image est ce qu’elle est, et rien de plus. Je ne trouve pas qu’un original ait plus de valeur qu’un tirage, du moment que ce dernier est absolument identique. Quant à l’aérographe, croyez-moi si vous voulez, je suis extrêmement soulagé de ne plus en avoir besoin. Quand vous aurez passé 5 ans à respirer un brouillard de peinture et que vous aurez des ampoules au bout de l’index à force d’appuyer sur la gâchette de l’outil, quand vous serez devenu un virtuose du cutter à force de découper ces satanés “masques de frisquet”, comme moi vous apprécierez la tablette graphique et le moniteur 19 pouces... en résumé, en infographie, on fait la même chose qu’avant, et beaucoup plus. C’est le beaucoup plus qui est intéressant.


Édition ?


Ça devient de plus en plus dur, c’est le revers de l’infographie : les éditeurs se sont habitués à ce que cela soit plus facile de créer une image. Ils le savent et en abusent. Il n’est pas rare de devoir refaire plusieurs fois une illustration. Ce qui est plus embêtant, c’est qu’ils ont pris cette même habitude avec les illustrateurs en technique classique.


Cela dit, pour l’instant, j’arrive très bien à vivre de mon travail, mais ça ne m’empêche pas de toucher à d’autres domaines, en particulier le webdesign.


L’association Art & Fact ?


Comme vous l’aurez compris, je suis plutôt du genre ours. Ce qui fait que je ne connais pas cette association. Cela dit, je trouve l’initiative de se regrouper excellente et nécessaire. Peut-être que les droits des illustrateurs seront mieux défendus qu’ils le sont actuellement...


Conseil à un jeune illustrateur ?


Je lui conseillerai d’avoir un esprit extrêmement critique, surtout vis-à-vis de lui-même, et de ne se lancer qu’en étant absolument sûr de soi. Donc : ne pas se fier complètement à ce qu’on peut enseigner dans un cadre scolaire, mais travailler énormément de son côté. Il faut aussi bien connaître à la fois les besoins des maisons d’édition (combien de fois ais-je entendu dire qu’untel est certes bon en dessin, mais pas pour faire une couverture...) et les travaux des collègues et des illustres aînés. Et plus que tout : il faut aimer ce qu’on fait et ceux pour qui l’on travaille (si vous préférez les romans à l’eau de rose, évitez l’illustration de science-fiction... vice-versa. Ca peut paraître idiot, mais quand vous avez tâté des deux, vous comprenez mieux à quel point il faut parfois être schizo pour faire ce boulot)


Projets ?


Je ne fais pas d’expos pour l’instant, mais j’y réfléchis. (J’ai eu des sollicitations, mais le temps m’a manqué, je m’en excuse encore...)


Un touche-à-tout comme moi ne peut répondre à cette question sans compromettre gravement la faisabilité d’une telle interview. À moins que vous ayez cent pages de libres juste pour cette rubrique ?


Retour au sommaire