SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No116
110
9
 
a
o
û
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 16 000 articles
  Sommaire - DVD -  G - L -  Le Droit de tuer ? (A Time To Kill) - Edition Blu-ray (France)
LIVRES-SF-FANTASTIQUE
Voir 89 livres sur le cinéma, romans, études, histoire, sociologie...
"Le Droit de tuer ? (A Time To Kill) - Edition Blu-ray (France) "
de Joel Schumacher
 

Avec Matthew McConaughey, Samuel L. Jackson, Sandra Bullock, Kevin Spacey, Kiefer Sutherland, Ashley Judd, Oliver Platt, Donald Sutherland.
Warner Home Vidéo

En 1993, un ex-jeune avocat devint n°1 des best-sellers du moment avec un roman juridico-policier, « La firme ». Et John Grisham venait de rentrer dans la cour des grands. Son style était différent, pas du tout ampoulé, ni lourd, ni mortellement juridique, non, son style, c’était mené sur un tempo de récit d’aventures, avec une prose aux phrases courtes et essentielles. A ce titre, « La firme » demeure toujours un must. Succès oblige, Grisham se vit obligé de rendre d’autres « copies » à son éditeur avant de pouvoir concrétiser de vrais projets personnels. Ainsi, on eut droit après à « L’affaire Pelican », « Le client » (dont l’adaptation cinématographique révéla le jeune Brad Renfro, décédé d’une overdose l’été dernier) avant d’arriver à « Non coupable », alias « A time to kill » en anglais qui sortit sous le même titre au cinéma outre-Atlantique, débilement rebaptisé « Le droit de tuer ? » (avec un «  ? » pour le différencier du vigilante-movie homonyme de James Glickenhaus). Aujourd’hui, Grisham ne passionne plus, ses romans sont parfois insupportables (voir « Le clandestin ») mais il est toujours bon de se revoir un de ses gros et bons succès cinématographiques, comme « La firme », « L’idéaliste », « Le maitre du jeu » (là, le roman était le premier à être très indigeste... Le film est excellent), « L’héritage de la haine » (malgré le fait qu’on ait du mal à croire à Faye Dunaway en fille de Gene Hackman). Et ce « Droit de tuer ? », roman antérieur à « The firm » (publié sous le titre de « Non coupable ») mais qui fut souvent refusé avant que tout manuscrit signé Grisham ne se transforme en or...
Jake Tyler Brigance est un jeune avocat qui a repris le cabinet de son mentor dans la petite ville de Clanton, Mississippi. Où il ne se passe jamais rien. Jake est plus qu’endetté, faute de clients. Pourtant, un jour, il accepte de défendre Carl Lee Hailey, un noir qui vient juste d’assassiner en plein tribunal les deux hommes qui ont violé et torturé sa petite fille de dix ans. En plein cœur du vieux sud profond, Jake va découvrir un autre visage de sa ville, là où les vieilles haines raciales vivent toujours, même si elles sont enfouies bien moins profondément qu’on ne le croit. Et face à une ville partagée, il doit faire face à un Ku Klux Klan ressuscité, aux menaces contre lui et ses proches et au regard d’un père pour qui Jake représente son unique chance de rester en vie.
Bon, comme cette édition Blu-ray ne comporte en bonus qu’une simple bande-annonce, on va commencer par ça : la copie est simplement superbe. Et ça se voit dès le début, dès l’arrivée dans Clanton, au petit matin, sous une lumière typique du vieux Sud, magnifiquement photographiée par Peter Menzies Jr, l’homme qui réussit à faire revivre l’ère viking dans ce chef-d’œuvre qu’est « Le 13ème guerrier » et un des meilleurs dans la profession, tout bonnement. Pour un simple film comme celui-ci, dépourvue d’une édition bardée de bonus, cette simple qualité esthétique suffit à lui donner de l’importance. Bon, maintenant, faut aimer le film. Autant le roman « passait », autant le film gêne par moments certains, ceci étant dû à un scénario qui grossit le trait de tout ce qui est sensible : racisme, vengeance, auto-justice. Maintenant, ce n’est pas non un énième « Justicier dans la ville ». Même sous la plume d’Akiva Goldsman (redoutable lui, capable du pire comme les « Batman » de Schumacher, « Lost in space » de Stephen Hopkins ou l’abominable « Da Vinci Code », et parfois aussi de très bonnes choses comme « De l’ombre à la lumière » avec Russel Crowe...), « Le droit de tuer ? » (quel titre de m... quand même !) pointe parfois des réflexions sensibles : la culpabilité de Carl Lee est évidente mais le crime des deux hommes est tellement abject, Jake se compare à lui avant que ce dernier lui fasse remarquer que l’un est un prisonnier, même la politique à un jeu au sein de la communauté noire, etc... Pas aussi manichéen qu’on ne le pense. Maintenant, tout n’est pas aussi « raffiné », les racistes ont les tronches de l’emploi (menées par un Kiefer Sutherland alors encore abonné aux rôles d’ordure !), il y a un bon policier noir et de pourris flics blancs, etc... Et il y a Sandra Bullock, qui ne sert strictement à rien, c’est juste la potiche de service qui passait par là au plus fort de sa côte de popularité, et Akiva lui a trouvé un rôle de faire-valoir commercial. Autrement, et au final, « Le droit de tuer ? » est un excellent thriller juridique, passionnant sur ses deux heures trente de durée, servie par une magnifique copie Blu-ray, dépourvue de bonus, mais qui vous plonge au cœur de ce vieux Sud avec une remarquable aisance.

Note film : 8/10
Blu-ray : copie magnifique, format d’origine 2.41, image 16/9ème comp. 4/3 - Bonus : 1/10 : bande-annonce.

St. THIELLEMENT



Retour au sommaire