SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No111
110
2
3
 
a
v
r
i
l
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Films -  S - Z -  Tolérance zéro (Walking Tall)


"Tolérance zéro (Walking Tall)" de Kevin Bray

Tolérance Zéro

Tolérance Zéro

Tolérance Zéro

Tolérance Zéro

Tolérance Zéro
 

Tolérance zéro (Walking Tall) de Kevin Bray


The Rock, Neal McDonough, Ashley Scott, Kristen Wilson, Johnny Knoxville...


Sortie le 7 juillet 2004


Que ce soit dans la vie ou dans un film, pour moi la question se posera toujours : Quelqu’un - avec ou sans badge - a-t-il le droit de faire sa propre justice ? c’est ici le sujet de "Walking Tall".


Remake du film de Joe Don Baker de 1973, et d’une série télévisée du même titre il est basé sur la vie authentique d’un Shériff du Tennessee, Buford Pusser qui pour les besoins du métrage est devenu Chris Vaughn (Dwayne Johnson dit "The Rock")...


Cette fois l’action se situe dans la petite ville de Ferguson que notre héros retrouve après huit années passées dans les Forces Spéciales....


La ville est sans dessus dessous, l’énorme scierie où travaillait son père a fermé ses portes et c’est un Casino, le "Wild Cherry" qui est désormais la principale source de revenus et d’emplois de la petite cité. Tous les genres de corruption pullulent, drogues, jeux, strip-tease et, à la tête du Casino, Jay Hamilton (Neal McDonough) un de ses ex "copains de classe" avec bien entendu la complicité du Shériff et de ses policiers....


Pour Chris, sa famille, ses amis, et même le futur de la Ville qui l’a vu grandir sont en danger et lorsque son neveu d’une douzaine d’années est transporté a l’hôpital victime d’une overdose (dont heureusement il réchappera), Chris décide de faire le ménage... A commencer par ceux qui font circuler la drogue à savoir les gardes du casino ! Prenant alors une énorme pièce de bois, il se rue au "Wild Cherry" et brise tout : machines a sous... bar.... et les crânes du personnel de sécurité. Arrêté, il passe au Tribunal et assurant sa propre défense il promet au jury que s’il est acquitté il se présentera comme Shériff et nettoiera la ville.


Sa défense est essentiellement basée sur le fait que bien sûr il est peut être coupable d’avoir frappé sur six gars mais c’était pour la bonne cause et ils doivent le déclarer innocent. Résultat : il est ovationné et... EST ELU SHERIFF !


Il enrôle alors son meilleur ami Ray (Johnny Knoxville) en qualité de député-sheriff et aidé de son ex petite amie (danseuse au casino) il s’arme d’une batte de base-ball et commence a rétablir l’ordre. C’est cette arme qui lui donnera toute sa célébrité......


Dans ce métrage nous volons très rapidement d’une terrifique scène d’action a une autre pour s’apercevoir a la fin que "Walking tall" ne dure que 86mn... Aussi, ici pas de temps pour développer et peaufiner les caractères de nos héros !


Apres "La momie", "Le Roi Scorpion" et "Rundown" nous pouvons dire que "The Rock" est définitivement le "Schwarzy" de ce nouveau Millenium. Comme lui il vient du milieu sportif, comme lui il a une formidable présence à l’écran et comme lui il se glisse parfaitement dans la peau des redresseurs de torts et protège la veuve et l’orphelin à l’aide de ses poings ! Ici, il essaie également de nous faire partager ses émotions au cours de scènes intimistes, trop rares pour moi comparées aux nombreuses scènes d’action et de violence avec entre autre l’effrayante explosion d’une camionnette.


Il est surprenant de voir que le film possède une grande "classe" au niveau technique avec une superbe photographie et un CinémaScope qui nous change de la série télévisée originale et du film de 1973. Le metteur en scène Kevin Bray et le directeur de la photographie Glen Mac Pherson se révèlent tous deux extrêmement à l’aise en format "grand écran" en nous donnant un niveau technique dans la lignée des "Rambo" (avec notamment au niveau narratif l’arrivée de "The Rock" en ville) plutôt que de simplement filmer ce qui n’aurait pu être qu’un énième remake sur grand écran. Bray vient du clip vidéo et Mac Pherson essentiellement des séries télévisées : Ils ont tous deux eu véritablement la possibilité de se surpasser et de nous donner un résultat très impressionnant et cela sans avoir un budget de super production.


Tous deux sont à l’aise que ce soit dans les scènes intimistes ou dans Les scènes de combat. Ils ne perdent pas le fil du métrage et ce même dans les scènes à mains nues qui sont bien connues pour être les plus difficiles à régler. On voit que Bray a autant senti son sujet qu’il est à l’aise et en accord total avec sa star pour le meilleur résultat visuel et émotionnel possible.


Concernant les effets spéciaux, la pyrotechnie et les scènes d’actions sont réglées de main de maître et méritent vraiment le détour. Un grand bravo pour la scène de l’attaque du commissariat où coups de feux, explosions et démolitions foisonnent pour nous nous faire frémir de plaisir, le tout relevé d’une bande son à nous faire presque exploser les tympans.


"The Rock" est parfait en vengeur mais que dire de McDonough qui en "Vilain" a poussé son caractère à l’extrême limite de la dureté de corps et d’esprit ce qui donne tout le suspense à la bataille finale.


Bref, Walking Tall est un bon remake. L’histoire est assez bien maîtrisée et l’action est "fraîche" et amusante : l’on passe un très bon moment. Lors de la scène où le shériff Vaughn arrête Hamilton sur le bord de la route, lui demande ses papiers et lui met une contravention pour un feu arrière que lui-même vient de briser avec sa batte on se demande de quel coté nous sommes : Avec le "bad guy" qui vend de la drogue et fait rouler les dés ou avec le "good guy" qui brise tout y compris les crânes ?


Andrée Cormier






Retour au sommaire