SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No111
110
2
3
 
a
v
r
i
l
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Films -  S - Z -  Watchmen


"Watchmen" de Zack Snyder

 

Scénaristes : David Hayter & Alex Tse d’après le roman graphique de Alan Moore & Dave Gibbons
Avec : Billy Crudup, Malin Akerman, Patrick Wilson, Stephen McHattie, Carla Gugino, Jeffrey Dean Morgan.
Distribué par Paramount Pictures France
Sortie le 4 Mars 2009

Note : 5/10

Ca y est, le film est là. L’adaptation d’un des plus célèbres comics du monde arrive au cinéma. Elle est signée Zack Snyder, celui qui osa (et réussit) le remake de « Dawn of the Dead » (« Zombies » en vf) de Romero, avant de réaliser l’adaptation du roman graphique de Frank Miller, « 300 » pour un résultat des plus mitigés malgré quelques (rares) fulgurantes séquences. Qu’en est-il de « Watchmen » ? Dans le paysage cinématographique actuel, « Watchmen » sort sans problème de la masse. Mais ce n’est pas pour cela que la réussite est au rendez-vous. Car pour mettre sur grand écran un tel monument, il aurait fallu un cinéaste d’ampleur, qui sache allier le merveilleux au grandiose, qui sache transformer les vignettes du comics en plans délirants, qui ait compris l’essence première de l’histoire imaginée par ce génie incroyable qu’est Alan Moore, quelqu’un comme Guillermo Del Toro, Alfonso Cuaron, Alex Proyas. Et Zack Snyder n’est aucun d’entre eux. Il lui manque ce sens de la démesure poétique, apocalyptique qui aurait fait de cette adaptation d’un roman graphique réputé inadaptable, le chef-d’œuvre qui aurait transcendé n’importe qui, pur fan comme détracteur. En l’état, on a un film étonnant, différent, fou, de tout ce qu’on voit en ce moment, mais qui en même temps ne va pas plus loin.
En 1985, l’Amérique est gouvernée par Richard Nixon, la guerre froide existe toujours, et les super-héros font partie du quotidien. L’un d’eux, Rorschach, en cherchant le meurtrier d’un ami, découvre un complot qui vise tous les super-héros. Il réunit tant bien que mal une ancienne équipe, aux membres las et fatigués de cette seconde vie, et va tenter de les pousser à réendosser leur costume pour découvrir la vérité.
« Watchmen », c’est la fin d’une époque, celle de super-héros reconnus et respectés. C’est une vision de la société telle qu’elle aurait pu l’être aux USA, ce sont des super-héros vieillissants et minés par leurs secrets. C’est surtout tout ça et bien plus encore, « Watchmen ». Mais pour Zack Snyder, cela se réduit à l’impression première, oubliés les états d’âme plus torturés qu’une simple remise en question. A cela s’adjoint la recréation d’un monde anticipé en partant de la fin des années 60, dans lequel évoluent ces super-héros plus humains avant tout que super-héros purs et durs. Et là où un cinéaste aurait du toucher du doigt une sorte d’état de grâce dans la vie de ces personnages perdus dans un monde qui les dépasse, Snyder se contente d’enfiler, en plus pas très bien, les scènes d’action qui ne forment pas en plus l’essentiel du film (son succès est bien moins assuré que celui d’un « Dark knight »...), puisque ce dernier s’interroge surtout sur le devenir de ces « monstres » costumés qui se font appeler super-héros. Lesquels possèdent en plus dans le film une aura qui n’est pas celle recherchée : le Spectre Soyeux est certes magnifique (mention à la superbe malin Akerman) mais focaliser ainsi sur son potentiel sexuel n’existait pas dans le roman. De même, résumer « Watchmen » aux séquences d’action vues dans la bande-annonce est révélateur de la promotion recherchée : lancer un grand film de super-héros. Mais si au moins l’action avait de la gueule, et pas simplement un air minable comme l’attaque de la prison, on aurait plus pardonné à Zack Snyder son adaptation. Et tout est ainsi, pas nul, mais frustrant. Bien sûr, une adaptation doit savoir créer quelque chose de légèrement différent en conservant toutefois l’essentiel, le cœur de l’œuvre initiale. Chose qu’on ne ressent jamais ici. Pour l’instant, même si sur les deux heures quarante du film, on ne s’ennuie pas, il est donc difficile de cautionner un simple (grand) film d’action un peu différent que le chef-d’œuvre égal du comic qu’on espérait tant.

St. Thiellement

SUPER DOSSIER SUPER HEROS dans le sfmag No 62 en vente en kiosques de mi mars à mi avril 2009. Ce dossier se poursuivra dans les numéros suivants.
Avec les interviews du réalisateur, des scénaristes et des acteurs du film "Watchmen". Et un autre avis sur ce film.
A ne pas manquer !
Après sa diffusion en kiosques, ce numéro sera disponible en PDF dans la rubrique "e-books" de ce site.



Retour au sommaire