SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No108
108
2
2
 
j
u
i
l
l
e
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   PD-AP  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  A - F -  La montagne sacrée




"La montagne sacrée"
de
Caitlin Brennan

Editeur :
Harlequin
 

"La montagne sacrée"
de Caitlin Brennan



Présentation de l’éditeur

Fuir ! Mettre le plus distance possible entre elle et l’Empire. Tandis qu’elle galope vers la Montagne Sacrée, Valéria laisse libre cours à son désespoir. Ainsi Kerrec, son compagnon, l’a abandonnée. Trahissant le serment qui les liait, il s’est soumis à la volonté de l’Impératrice, sa soeur, qui ne pouvant plus avoir d’enfants, l’a obligé à épouser une femme de haut rang afin d’assurer la descendance de la lignée.

Au delà des cimes enneigées, poussée par la fureur et le désespoir, Valéria arrive au royaume des Barbares et se retrouve, stupéfaite, face à Gothard, le traître qu’elle croyait à jamais disparu. A ses côtés se tient un homme dont elle reconnaît aussitôt la silhouette altière : Euan, l’amant fougueux de sa jeunesse. Euan qu’elle a quitté autrefois pour Kerrec et qui, devenu roi en ces terres lointaines, lui offre aujourd’hui de devenir sa reine...

Avis de Domino

Ultime roman du cycle, La montagne sacrée conclut en beauté cette série si déroutante dans sa thématique. Alors que le manichéisme est souvent de mise dans les romans de fantasy, Caitlin Brennan choisit de jouer avec toute la gamme des gris. Dans son roman, rien ni personne n’est tout noir ou tout blanc, sauf Gothard, l’incarnation du Mal absolu. Aucun héros n’est parfait, tous ont des failles, tous commettent des erreurs, font des choix qui leur reviennent en pleine face au moment les plus inattendus. Tous poursuivent des buts plus ou moins avoués et la plupart ne rechignent pas à manipuler les autres. Les Dieux Blancs et la Vénérable ne sont pas en reste et continuent à jouer leur propre partition au grand désarroi des héros. Dans La montagne sacrée, cet aspect est encore plus accentué que dans les deux premiers romans (La danse de l’équinoxe et Le chant du solstice) et le lecteur sera plus souvent qu’à son tour dérouté, s’interrogeant à maintes reprises. Plus que jamais, Valéria, Kerrec et Euan sont les jouets de forces qui les dépassent et essaient tant bien que mal de tracer leur route.

Ambivalence et dialectique sont des mots clés pour comprendre le roman. Le Chaos et l’Ordre, le Néant et la Vie sont les forces en présence durant tout le cycle et leur affrontement est l’enjeu de ce dernier opus. Une très grande tension règne tout au long du roman et culmine dans un chapitre d’une très grande intensité dramatique où tout se dénoue. Le roman et même le cycle tout entier sont construits pour parvenir à cette scène paroxystique. La violence est à son comble, l’avenir de l’univers se joue et le personnage de Valéria prend sa pleine dimension.

La poésie qui baigne le cycle est toujours présente et se pare d’un voile de mélancolie qui donne une tonalité douce-amère au récit. Malgré le souffle d’amour qui balaie le roman, c’est quand même une tristesse teintée d’amertume qui colore cet ultime volet. Valéria, Kerrec, et Euan connaîtront le bonheur extrême mais aussi le désespoir le plus profond. En effet, les amours des héros sont complexes à l’image de l’intrigue elle-même. Et plus d’une fois, ils seront pris dans les entrelacs d’obligations et de devoirs qui les ligoteront plus sûrement que la plus solide des cordes. De nouveau, les héros devront choisir entre cœur et raison, devoir et sentiments. Le roman prendra alors des accents de tragédie racinienne bien plus que cornélienne, conférant une beauté singulière au récit.

Ce roman qui s’adresse plus à un public mature qu’à des adolescents risque d’en désarçonner plus d’un et les amateurs de happy end seront bien inspirés d’éviter ce roman car ils risquent d’être fort déçus. En effet, Caitlin Brennan assume jusqu’au bout ses choix et l’épilogue est à l’image du roman, lucide et doux-amer. Il n’y a que dans les contes de fées que les princes épousent les bergères et La montagne sacrée n’en n’est pas un. Jusqu’au bout, toutes les nuances du gris auront dominé ce cycle, à l’image de la vie....

La montagne sacrée apparaît comme le roman ultime de la saga, cependant, Caitlin Brennan y introduit de nouveaux personnages prometteurs, des pistes nouvelles à explorer laissant espérer une suite. Hélas, depuis 2006 la série est interrompue et rien n’indique que l’auteur soit décidé à la reprendre. Malgré tout, la fin ouverte du roman permet d’espérer...

Dominique Simon

Fiche Technique

Format : semi-poche
Pages : 567
Editeur : Harlequin
Collection : Luna
Sortie : 1 janvier 2009
Prix : 6,90 €






Retour au sommaire