SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No111
110
2
3
 
a
v
r
i
l
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  S à Z -  The Strangers (Id.) - Edition zone 2 (Inédit)


"The Strangers (Id.) - Edition zone 2 (Inédit) "
de Bryan Bertino
 

Avec Liv Tyler, Scott Speedman, Glen Howerton
M6 Vidéo

Depuis le temps qu’on l’attendait celui-là... Précédé d’une flatteuse réputation de thriller d’épouvante très « old school » dans sa mise en scène de la peur, « The Strangers » sort enfin chez nous mais directement par la petite lucarne, alors qu’en salles aux States, il a fait un excellent score, que le casting ne comporte pas d’illustres inconnus et qu’au final, le film est tout de même un poil surestimé mais se révèle aussi relativement plus que très efficace, du moins dans une partie du métrage : on grimpe vraiment aux rideaux !
Kirsten et James rentrent d’un mariage. Entre eux, quelque chose s’est brisé. Arrivés dans la grande maison de campagne du père de James, ils s’installent non plus pour le week-end mais pour la nuit voire moins, en ce qui concerne James, amer de la réalité d’une rupture inéluctable. Alors qu’ils trouvent un moment de tranquillité propice à rallumer leur passion, on frappe à la porte. Et ce qui devait n’être qu’une simple erreur (tard dans la nuit quand même mais bon...) se révèle l’amorce d’un voyage en plein cauchemar où le couple va être persécuté et torturé par trois inconnus affublés de masques et qui semblent prêts à aller jusqu’au bout. Qui sont-ils, que veulent-ils et surtout : pourquoi ?...
C’est là la grande question dont on ne connaîtra jamais la réponse. On pense à deux films en voyant « The Strangers » : l’exécrable « Ils » des rejetons Moreau et Palud où un couple était torturé psychologiquement et physiquement par des enfants vagabonds pour s’amuser et « Funny Games » pour le côté sans raison. Mais on peut détester « Funny Games « et aimer « The Strangers » qui s’appuie quand même sur une gestion du suspense et de la peur comme on n’en a pas vu depuis belle lurette, surtout dans la partie centrale du film, une fois la présentation du couple finie. La dernière partie se révèle moins intense mais en même temps plus noire en se dirigeant vers une issue plus que fatale pour les victimes, les bourreaux s’en allant tranquillement vers une autre « proie ». Si Bryan Bertino se révèle doué pour tout ce qui touche à l’instauration de la peur et de la folie hystérique gagnant peu à peu Kirsten et James, il a aussi le défaut de vouloir jouer la carte d’un cinéma indépendant américain très « artistique » et légèrement prétentieuse, ce qui dessert plus qu’autre chose le film : une caméra qui bouge tout le temps lors d’un dialogue entre deux personnes, c’est de la frime plus qu’autre chose ! Dans la réalité, vous tremblez quand vous regardez votre interlocuteur ? Non ? Bon, alors, c’est quoi cette mode débile ! Mais une fois l’aspect « réaliste & auteurisant » passé, « The Strangers » gagne sa vitesse de croisière au pays de la peur, du moins jusqu’à la dernière partie plus classique. Mais juste avant, je défie quiconque de ne pas sursauter quand apparaît un des maniaques avec son sac en toile derrière Liv Tyler qui pense être seule dans la maison ou au moindre coup porté avec force sur la porte ! C’est bête, c’est simple mais c’est aussi diablement efficace quand on sait le mettre en valeur. Question DVD, la copie est nickel, les bonus jouent la carte du strict minimum, avec un petit making-of à sauver. Mais bon, rien de grandiose, si ce n’est le film, une bonne petite trouille bien ficelée, qui aurait pu être plus ambitieuse et encore plus terrifiante mais qui en l’état, gagne quelque part son statut de petite œuvre qu’on n’oubliera pas de sitôt.

Film : 7/10
DVD : copie excellente, format d’origine 2.35, image 16/9ème compatible 4/3 - Bonus : 4/10 : making-of, scènes coupées, bandes-annonces.

St. THIELLEMENT



Retour au sommaire