SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No111
110
2
3
 
a
v
r
i
l
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  S à Z -  See no evil - Edition zone 2 (Inédit)


"See no evil - Edition zone 2 (Inédit) "
de Gregory Dark
 

Avec Kane, Christina Vidal, Michael J. Pagan
Metropolitan Vidéo

On attendait beaucoup de ce film, surtout les fans du slasher très « old school » qui eut sa période de gloire dans les années 80 (pour une fois que les années 80 peuvent se targuer d’avoir quelque chose à conserver...), surtout après les déclarations du réalisateur qui citait ouvertement sa « volonté de retrouver les films d’horreur de cette époque, style « Vendredi 13 » & Co, sans trop d’humour, brutaux, et assez glauques. Bon. En plus, le tueur est campé par Kane, une des stars du catch de la WWE, alias la World Wrestling Entertainment, soit la fédération n° 1 de ce sport massivement montré à la télévision avec des scénarios de combats qui satisfont uniquement les fans. Autrement, c’est insupportable. Bref, au vu d’une baisse d’audience conséquente, la WWE se tourne vers le cinéma en lançant ses stars du ring au milieu de films usant de leurs aptitudes physiques. Ainsi, on eut droit à John Cena et à « The Marine », très bientôt, il va y avoir l’attirant « Les Condamnés » avec Steve Austin (!!!) et Vinnie Jones (un mix entre « Absolom 2022 », « Running Man », « Les Chasses du comte Zaroff », etc...), des films quand même axés sur l’action. Avec Kane, géant de plus de deux mètres, on change de genre, on utilise son faciès et ses grimaces hideuses pour en faire un « psycho-killer » exterminant de la jeunesse viciée au possible. Un postulat d’ensemble alléchant, et qui se révèle très décevant à la fin.
Encadrés par deux officiers de police, huit jeunes délinquants sont amenés dans un immense hôtel à l’abandon pour le nettoyer un peu en vue d’un réaménagement du building, ce qui leur vaudra une remise de peine. Mais dans les couloirs secrets de la bâtisse se terre Jacob Goodnight, colosse psychopathe ayant fait de l’endroit son antre de l’enfer où il assassine toute personne tombant sur lui, après l’avoir énucléé de ses doigts crochus. Pour le groupe, il va falloir mettre au placard leurs différents pour se serrer les coudes afin d’échapper à Jacob.
Que le scénario soit débile, pour un slasher, ça n’a rien d’exceptionnel. Mais là, c’est assez gratiné : Jacob collectionne les yeux de ses victimes, suite à une mère bigote qui l’a complètement torturé psychologiquement avec les vices des autres qu’il se devait de voir. N’importe quoi. Mais là où « See no evil » pêche, c’est en plagiant divers classiques pour n’en faire qu’un qui ne tient pas ses promesses. Ainsi, Jacob et sa maman, c’est « Psychose », l’hôtel tout pourri rempli de caches, c’est « Toolbox Murders », plus quelques autres pour diverses scènes comme « Fou à tuer » avec Klaus Kinski. OK, jusque là, pourquoi pas ? Sauf que Dark affirme vouloir retrouver l’essence du genre prolifique dans les années 80, en appliquant son style. Et là, ça foire : Dark provient de l’école des clips à la MTV, et il dit connaître les goûts actuels du public. Donc, « See no evil », en plus d’une histoire pas folichonne, use et abuse de tics nerveux de réalisation (caméra spasmodique, montage hyper cut sur certaines scènes, etc...) qui n’ont pas leur place ici. C’est d’autant plus regrettable que Kane est réellement impressionnant (bien plus que dans ses combats comme on peut le voir dans un documentaire sur ses prestations ridicules lors des combats de catch digne d’une série Z, d’une bêtise ahurissante !), que les scènes gores sont plutôt réussies (l’art de manier la pêche au crochet, les énucléations,...) et que l’hôtel a son potentiel d’ambiance bien pourrie. Mais même avec ces « bons points » (dont une fin assez spectaculaire), l’ensemble ne fonctionne pas, seulement par moments. Le making-of en révèlera certaines raisons, indirectement, lequel avec le reportage sur Kane, constitue le meilleur des bonus. Bref, après le basique « The marine », la WWE ne brille guère au cinéma. Attendons de voir ce que donnera « Les condamnés » avant d’enterrer définitivement leurs projets cinématographiques.

Note film : 4/10
DVD : copie excellente, format d’origine 1.85, image 16/9ème - Bonus : 4/10 : making-of - scènes coupées - commentaire audio du réalisateur et du scénariste - commentaire audio de Kane et du producteur - au cœur des ténèbres avec Kane - galerie photos - bandes-annonces.

St. THIELLEMENT

Scénario : Dan Madigan



Retour au sommaire