SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No111
110
2
3
 
a
v
r
i
l
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Films -  S - Z -  The Spirit


"The Spirit " de Frank Miller

 

Réal. & scénariste : Frank Miller
D’après le comics de Will Eisner
Avec : Gabriel Macht, Eva Mendes, Samuel L. Jackson, Scarlett Johansson, Paz Vega, Sarah Paulson.
Distribué par Sony Pictures Releasing France.
108 mn.
Sortie le 31 Décembre 2008.

Note : 1/10.

On connaît Frank Miller pour ses succès dans le comics : « Sin City », « 300 », ses versions de « Elektra », « Batman », etc... Qu’on aime ou non, son graphisme ne laisse pas insensible, ses histoires non plus. Et depuis quelques années, le cinéma offre une nouvelle vie à Frank Miller d’abord via « Sin City » et ensuite (et surtout) avec « 300 ». Bon. Ces deux films en ont déçu plus d’un. Ce ne sont pas vraiment des adaptations, juste des « copier-coller » de certaines vignettes de ses comics, le sexe et la violence édulcorés pour toucher le plus grand nombre. Avec le temps, ça passe mieux. Tout n’est toujours pas bon dans « Sin City » mais Rourke & Owen sont excellents (surtout Rourke, monumental) et il y a de très belles choses. Pareil pour « 300 », certaines scènes ont de la gueule, même si l’extrême violence du comics ne revit jamais dans le film, le visuel tout en le montrant le camoufle aussi. Mais attendez de découvrir la suite de la carrière cinématographique de Miller : quand vous aurez vu « The Spirit », « Sin City » et « 300 » passeront pour d’authentiques chefs-d’œuvre !
Il était flic, il a été tué mais il a été ressuscité par la science. Il ignore par qui mais sa soif de vengeance associée à un pouvoir de quasi immortalité lui fait endosser une tenue basique de privé à laquelle s’ajoute un simple masque sur ses yeux. Son ennemi juré, Octopus, vient à nouveau se mesurer à lui. Il menace de détruire la ville de Spirit, Central City. Sur la route de leur lutte à mort, Spirit croisera des femmes, des amours passés, mais aucune n’a à ses yeux plus d’importance que Central City, cette ville qui l’a vu naître par deux fois, cette ville dont il est le gardien.
Quand Frank Miller était déjà venu présenter il y a quelques mois quelques images du film, la première impression qui s’en dégageait était maussade : la violence ne se voyait que par des ombres sur un mur, les cadrages étaient tarabiscotés à l’extrême, Samuel L. Jackson en Octopus cabotinait au maximum... L’ensemble est pire : insupportable, ridicule, une réalisation qui ne tire aucun parti de vues d’ensemble mais de gros plans foireux sur les acteurs, des effets spéciaux hideux (les séquences sous-marines, dire qu’en son temps on raillait celles de « Leviathan » tournées hors eau, mais face à celles-ci, « Leviathan » c’est du « Abyss » !), de l’outrancier de bazar avec un Octopus rendu insupportable par un Jackson en totale roue libre faisant n’importe quoi, un glamour inexistant, des femmes fatales qui donnaient presque envie de laisser le bénéfice du doute lors de la preview mais qui ici ne dégagent plus rien, avec une mention particulière à Paz Vega, etc... Rien, mais absolument rien ne donne envie dans ce film, hideux visuellement, plus que médiocre dans son scénario, et nanti d’une réalisation qui de la part d’un auteur de comics qui voulait rendre hommage au père du comics, est totalement dépourvue d’imagination et de talent. C’est simple, 2008 se termine avec un des pires films de cette année cinématographiques, un échec artistique monumental. Pourtant, Frank Miller ne cesse de dire que « le film est un vibrant hommage à Will Eisner, l’homme qui a donné naissance à la bande dessinée moderne. J’ai mis tout mon cœur dans ce projet. « The Spirit » est l’œuvre majeure de Will, et son adaptation en film se devait d’être aussi excellente que la série originale. J’espère que Will ne reviendra pas du royaume des morts pour m’étrangler quand il le verra ». Après avoir vu le film, difficile d’accorder un quelconque crédit à la sincérité de ses propos : il est l’unique artisan de l’échec du film.

St. THIELLEMENT



Retour au sommaire