SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No111
110
2
3
 
a
v
r
i
l
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Films -  S - Z -  Two Lovers


"Two Lovers " de James Gray

 

Réal. & co-scénariste : James Gray
Scénario : Richard Menello
Avec : Joaquin Phoenix, Gwyneth Paltrow, Vinessa Shaw, Isabella Rossellini & Elias Koteas.
Distribué par Wild Bunch Distribution
110 mn
Sortie le 19 Novembre 2008

Note : 9/10.

En trois films, la réputation de James Gray est là. Une trilogie vouée au polar noir, aux héros tourmentés, aux états d’âme déchirés, aux duels internes que se livre tout être humain tiraillé entre raison et folie, le bien et le mal, l’amour et la passion. Cette trilogie commença avec « Little Odessa » et son portrait de tueur russe issu d’immigrés vivant au cœur du quartier russe de Brooklyn, puis quelques années après, il y eut « The Yards », nouvelle incursion dans les méandres ténébreux des drames familiaux conjugués à un monde de criminalité et de violences, et trilogie qui s’acheva à ce jour avec son film le plus recherché, le plus abouti, chef-d’œuvre parfait, « La nuit nous appartient » avec cette famille de flics irlandais dont le benjamin semble vouloir s’éloigner pour une vie plus « libre » et dangereuse... Des deux derniers, Gray noua une relation quasi fusionnelle avec son acteur Joaquin Phoenix, lequel accepta de jouer de nouveau sous sa direction non pas dans un polar mais dans une histoire d’amour impossible, qui recouperait les thèmes de prédilection du cinéaste, « Two Lovers », si criant de vérité qu’il en touchera beaucoup ayant connu de tels dilemmes passionnels, si quasi parfait qu’on s’approche du chef-d’œuvre dans le genre.
Suite à sa séparation d’avec celle qu’il aimait à la folie, Leonard n’a plus le goût à beaucoup de choses. Une tentative de suicide qu’il ne parvient pas à mener à terme le transforme en mort en sursis, à la recherche de rien, vivant de nouveau chez ses parents et ne trouvant de seul plaisir que dans la photo, un art qui lui permet de revivre de temps en temps. Un jour, ses parents lui présentent Sandra, la fille d’un futur associé qui tombe amoureuse de lui. Leonard finit par s’en rapprocher mais au même moment, il rencontre Michelle, une voisine pour qui le coup de foudre est immédiat. Entre ces deux amours, Leonard va connaître deux extrêmes, qui vont l’obliger à faire un choix de cœur différent suivant la personne aimée...
Qui n’a pas connu le dilemme de deux amours, l’un passionnel et passionné, dangereux mais si vivant, et l’autre, tendre, sincère, et réellement amoureux. A un moment donné de toute vie, une telle croisée des chemins peut arriver. C’est cette histoire que raconte James Gray, au travers d’un personnage tourmenté, d’écorché vif, magnifiquement interprété par un Joaquin Phoenix en osmose avec son auteur. Phoenix prouvant de nouveau qu’il est un cinq meilleurs acteurs US du moment, avec Christian Bale, Jake Gyllenhaal, Matt Damon & Brad Pitt. Phoenix devenant un autre personnage typiquement propres à l’univers de Gray dans lequel chacun est prisonnier d’un environnement familial qui tout en resserrant les liens de sang à l’extrême, oblige certains enfants à séloigner avant de revenir. Face à lui, deux femmes : l’une vivante, déclenchant le trouble extrême en Leonard qui l’aime à se faire mal, vivant le pire des calvaires en étant le confident de sa vie sentimentale chaotique (et il n’y a rien de pire dans ce domaine que d’écouter les confessions intimes de celle qu’on aime secrêtement...). L’autre, amoureuse simplement, tendrement, qui lui donnera un amour certainement bien plus grand à défaut d’être passionnel. De tout cela, James Gray en tire un film formidable, magnifique, cédant à un ou deux minuscules petits clichés qui l’empêchent d’être quasiment parfait. Mais il est certain qu’on n’avait rien vu d’aussi fort dans le domaine depuis longtemps. Et de prouver que dans un autre domaine, James Gray demeure ce très grand jeune cinéaste, lui aussi un des cinq meilleurs du moment.

St. THIELLEMENT



Retour au sommaire