SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No116
110
9
 
a
o
û
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 16 000 articles
  Sommaire - DVD -  G - L -  Génération perdue (The Lost Boys) - Edition Blu-ray (France)
LIVRES-SF-FANTASTIQUE
Voir 89 livres sur le cinéma, romans, études, histoire, sociologie...
"Génération perdue (The Lost Boys) - Edition Blu-ray (France) "
de Joel Schumacher
 

Avec Kiefer Sutherland, Jason Patrick, Dianne Wiest, Corey Feldman, Corey Haim, Jami Gertz, Barnard Hughes.
Warner Home Vidéo

Nostalgie, quand tu nous tiens... Revoir aujourd’hui « Génération perdue » aurait pu être un supplice, il n’en est rien. Certes, tout ça ne vole pas haut, c’est ringard, j’en passe et des meilleures (les tenues vestimentaires sont parfois à la limite du supportable pour nos petites mirettes...) mais ça marche encore. A cause d’une bande-musicale délirante et quelque part fascinante (sur l’ensemble de la dizaine de titres, allez, on en balance deux ou trois maxi !), d’un contexte post-hippie délirant et grisant (la ville de Santa Cruz où le film a été tourné existe, les attractions sont bondées l’été, et hantées le restant de l’année, je confirme y étant passé à l’automne !), d’un côté « Peter Pan » version vampiresque, d’un humour très « Goonies » avec les kids chasseurs de vampires, etc... Vingt ans plus tard, « Génération perdue » a pris un certain coup de vieux (propre aux années 80) mais en même temps, du fait de son anachronisme déjà présent, il ne s’en ressent pas trop. Et comme il y a vingt ans, si on avait aimé le film, on l’aimera encore.
Lucy Emmerson et ses deux fils, Michael l’ainé (Jason Patric, brun ténébreux par excellence, qui a osé signé pour seconder Sandra Bullock dans cette purge de « Speed 2 », et qui à l’heure actuelle a une carrière discrète mais bien remplie comme avec les excellents « Narc » & « Dans la vallée d’Elah ») et Sam (Corey Haim) sort d’une séparation et vient emménager chez son père à Santa Carla, cité balnéaire vouée au surf, au soleil, à la mer aux parcs d’attractions, et aux vampires. Prenant cela pour une légende urbaine, Michael et Sam vont bientôt devoir se rendre à l’évidence : Santa Carla est un nid de vampires new-look menés par David (Kiefer Sutherland, tout jeune, loin du Jack Bauer actuel) et sa bande. Et quand Michael tombe amoureux de Star ( !!!), il rentre dans ce cercle et met du coup tous les siens en danger...
A la même époque, les vampires revenaient à la mode avec ce film et le chef-d’œuvre de Kathryn Bigelow, « Near dark ». Mais autant ce dernier joue la carte du sérieux, autant « Génération perdue » joue la carte de la comédie fantastique branchée avec humour potache mais qui fait mouche (les jumeaux Frog sont géniaux) et bande-son envoutante. Tout cela filmé avec inspiration par un Joel Schumacher qui put se gargariser de ses lumières voilées et ténébreuses, de ses envolées nocturnes (bien plus réussies que celles qu’il fit pour ses deux « Batman »...) pour un résultat qui demeure encore aujourd’hui très agréable à revoir. Bon, certaines scènes sont à hurler de rire (le concert sur la plage avec l’armoire à glace au saxo filmé « avec amour » par Joel, et qui voit Jami Gertz tenter de se la jouer vamp d’un soir...), les looks sont plus que décalés (la veste de Corey Haim rivalise dans le bon goût avec celles de Steven Seagal de la grande époque !) mais l’ambiance baba-cool de ces communautés balnéaires attire, le fantastique trouve sa place et la musique cimente le tout pour un résultat simplement surprenant. Des choses que reprennent pas mal de protagonistes dans le « Retour sur le film » proposé en bonus, comme le confirme le producteur Richard Donner ou même Kiefer Sutherland. Chacun semble s’être éclaté lors de ce tournage, les deux Corey sont devenus amis pour la vie, et Donner s’étonne encore du succès du film aujourd’hui. C’est ce qu’il y a de mieux dans ces bonus, les scènes coupées, minimes, sont inintéressantes, le restant se partageant entre les maquillages et un documentaire en quatre sections sur le tournage du film, bien moins riche que celui précité. Tout cela pour un Blu-ray qui reprend le contenu de l’Edition Spéciale sortie en DVD, et Warner ne faisant pas comme Studio Canal, le studio soigne ses éditions. La copie est simplement excellente (pas parfaite mais quasiment tout comme sur l’ensemble du métrage) surtout lors de ces superbes séquences nocturnes et des couleurs plus que chatoyantes de Santa Clara (Santa Cruz en vrai, Californie du Nord, des coins absolument magnifiques...) et reprenant donc l’ensemble des bonus. Le plaisir viendra bien entendu du plaisir de revoir, une fois de plus, « Génération perdue » dans ce qui est à aujourd’hui sa plus belle copie. Pour les fans (et j’en suis), c’est du pur bonheur... Pour les autres qui ne l’ont pas encore vu, la chance de découvrir un tel film sur le meilleur support vidéo à l’heure actuelle. Bon et quelque part, « Génération perdue » est un film culte, c’est tout.

Film : 8/10
DVD : copie magnifique, format 1.40:1 image 16/9ème - Bonus : 8/10 : commentaire audio de Joel Schumacher - scènes inédites - documentaires sur le tournage - retour sur le tournage - les deux Corey - les maquillages - bande-annonce - clip vidéo.

St. THIELLEMENT



Retour au sommaire