SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No111
110
2
3
 
a
v
r
i
l
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  S à Z -  The Return (Id.) - Edition zone 2


"The Return (Id.) - Edition zone 2 "
de Asif Kapadia
 

Avec Sarah Michelle Gellar, Sam Shepard, Adam Scott.
UGC Vidéo

Sélectionné à Gérardmer 2007, sorti en salles en catimini en Décembre 2007, « The return » sort enfin en vidéo. Enfin, car ce petit film d’épouvante mérite vraiment d’être découvert. Il est signé d’un cinéaste britannique, souvent présent au Festival de Dinard justement (son premier film, « The warrior » récolta le Hitchcocck d’Or en 2001 ; son tout dernier, l’étrange récit d’aventures polaires avec Michelle Yeoh, « Far north » fut présenté en 2007, mais il repartit sans rien ce coup-ci), qui œuvrait pour la première fois aux USA, une expérience qui le laissa un tantinet amer comme il le confia à Dinard l’an passé. « The return » fut-il une mauvaise expérience ? En termes de relationnels avec ses producteurs, ou ; en termes de film, non. Car même si tout n’est pas conforme à ce qu’il voulait faire, « The return » est suffisamment réussi pour satisfaire ce qu’Asif Kapadia voulait concrétiser. A savoir une ghost-story plus ciblée sur sa protagoniste que sur un lieu comme c’est souvent le cas. Et de ce fait, l’action du film se déroule dans un endroit fort peu couru dans le genre : les désertiques paysages ruraux d’un Texas plus déprimant qu’attractif. Et là-encore, Kapadia confirma ce point : il n’avait jamais vu de lieu aussi hanté que ceux qui servirent de toile de fond à son film. Un élément qui participe activement à la réussite de « The return » en plus du reste, dont une Sarah Michelle Gellar meilleure qu’on ne l’aurait pensé...
Joanna Mills est une jeune femme qui fuit inconsciemment quelque chose au travers d’un travail qui l’oblige à voyager souvent. De récents cauchemars récurrents l’amènent à revenir dans les lieux de son enfance, en plein cœur d’un Texas appauvri économiquement, ou vit encore son père. C’est ici qu’elle va tenter de trouver ce qui la hante, un meurtre horrible d’une jeune femme, qu’elle ne peut ôter de ses nuits. Mais en se rapprochant de la vérité, Joanna risque aussi de découvrir un secret terrifiant, qui pourrait être lié à sa propre mort...
N’attendez pas un shocker aux scènes traumatisantes : Asif Kapadia a été intéressé par cette histoire à cause de son sujet : une hantise liée à l’enfance. Un thème qui sert souvent de base au genre, mais qui ici prend une autre dimension en le liant directement à l’héroïne du film, à son actuelle vie, à son existence même. La révélation finale du secret de Joanna, enfoui au plus profond de son inconscient, est bien plus traumatisante qu’un simple souvenir. Une autre fin, alternative, est présente dans les bonus mais elle se révèle trop fantastique par rapport à l’ensemble du film. Pas trop choquante comme il était annoncé dans certains articles d’outre-Atlantique au moment de la sortie du DVD zone 1, simplement plus délirante, en décalage par rapport à l’ensemble du climax du film. Lequel constitue un des points forts du film, ces majestueux paysages texans, vides de toute vie, hantés par des survivants à l’époque actuelle. Avec « Trois enterrements » de Tommy Lee Jones (et lui en plus adore le Texas !), « The return » est le film qui ne vous donne pas vraiment envie d’un séjour touristique là-bas. Qu’importe, pour Asif Kapadia, c’était le lieu parfait, différent pour son histoire de hantise, qui change radicalement des lieux lambdas tels que les vieilles demeures victoriennes et autres paysages hantés de Nouvelle (et vieille)-Angleterre. L’autre point étant cette recherche de la vérité liée à l’enfance, période de la vie déterminante pour le présent. L’enfance est le creuset de bien des traumatismes, des peurs, qui hantent toute vie d’adulte. De ces éléments se découvre un film au rythme certes lent mais envoutant, une ghost-story différente qui progressivement vous immerge dans un voyage dans le passé dont on sent venir une issue implacable. Le tout mis en scène et en images par un perfectionniste, un esthète, qui livre ici son meilleur film, doublé d’un excellent petit shocker d’épouvante, bien plus riche et intelligent que la moyenne. L’édition DVD reprend les mêmes bonus que le zone 1, à savoir un making-of certes conventionnel mais bien monté, et donc intéressant, des scènes coupées qui ne manquent guère au film (même si une au moins aurait mérité de ne pas disparaitre, vous devinerez aisément laquelle) et cette fin alternative, un peu trop poussée par rapport au reste du film, et surtout qui ne tient pas la comparaison avec l’actuelle. Et au final, ce petit shocker d’épouvante gothique mais aussi et surtout moderne en bien des points donc différent, mérite amplement une bonne place dans toute DVDthèque vouée au genre.

Note film : 8/10
DVD : copie excellente, format d’origine 2.35, image 16/9ème compatible 4/3 - Bonus : 6/10 : scènes coupées, fin alternative, making-of.

St. THIELLEMENT



Retour au sommaire