SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No111
110
2
3
 
a
v
r
i
l
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Films -  S - Z -  Star Wars - Clone Wars


"Star Wars - Clone Wars" de Dave Filoni

 

2008
Scénariste : Henry Gilroy
Producteur : George Lucas

Au beau milieu de la Guerre des clones, nos Jedi préférés Anakin Skywalker et Obi-Wan Kenobi vont devoir déjouer une nouvelle machination ourdie par les Sith Palpatine et Dooku. Ceux-ci ont en effet secrètement orchestré l’enlèvement du fils de Jabba le Hutt, afin d’en faire porter la responsabilité aux Jedi et à la République, et ainsi s’assurer l’alliance des Hutts à la cause séparatiste. Au cours de cette mission, Anakin se verra contre son gré secondé par Ahsoka, une apprentie Jedi qu’il devra former. Considérant de prime abord cette Padawan imposée comme un boulet, Anakin se laissera charmer par la personnalité de la gamine. Fonceuse, frondeuse et un rien irrespectueuse, Ahsoka est à l’image de son mentor désigné, qui prendra peut-être un peu de recul ou de plomb dans la tête au contact de ce double féminin de lui-même.

Cible privilégiée de ce nouvel opus, le jeune public pourra sans crainte voir ce film - Ahsoka et le bébé Hutt leur sont destinés - et l’on sait bien que les fans adultes sont de grands enfants, du moins dès qu’ils lisent ces mots : « Il y a bien longtemps, dans une lointaine galaxie... ». Situé chronologiquement entre L’Attaque des clones et La Revanche des Sith, ce film d’animation prélude à une série télé vaut surtout par son aspect visuel particulièrement réussi. De toute beauté, les images et les couleurs n’ont rien à envier aux films, tout particulièrement dans les scènes n’impliquant aucune figure humaine. Quant à l’histoire, elle n’apportera rien de plus au mythe Star Wars, l’action l’emportant sur la noirceur et la réflexion. Cependant, George Lucas donne bien à ses fans ce qu’ils réclament (hormis le Graal d’une nouvelle trilogie Episodes 7-8-9), ni plus, ni moins : voir et revoir les prouesses des Jedi, des combats, des vaisseaux, des planètes, des décors époustouflants, des héros et des vilains dont ils ne se lassent pas. Le récit se concentre sur une de ces fameuses missions accomplies par Anakin et Obi-Wan, comme bien d’autres déjà contées dans les livres ou les comics dérivés de la saga. La grande différence, c’est que celle-ci nous est proposée sur grand écran, prolongeant encore un peu le rêve, ou tout simplement le plaisir de voir du Star Wars dans les salles obscures tous les trois ans.

Surprise, c’est la Warner Bros qui distribue le film, et les légendaires tambours de la 20th Century Fox ne résonnent pas avant le film, ce qui dès le départ constitue une petite déception, amplifiée par le début bâclé ou raté du film, l’action étant située par un reporter débitant son texte à toute allure, plutôt que par l’habituel déroulant jaune sur fond de ciel étoilé, porté par la musique de John Williams. Il y a des traditions auxquelles il vaut mieux ne pas toucher ! Ensuite, nous nous retrouvons heureusement en terrain connu, et les motifs de satisfaction sont nombreux. Après le Retour du Jedi, dernier volet de la première trilogie Star Wars, nous avions eu droit à deux « films » poussifs - un doux euphémisme - narrant les aventures des Ewoks, puis une longue période de disette et de désintérêt progressif s’était ensuivie. Cette fois, la seconde trilogie achevée, Lucas n’a pas délaissé ses héros et n’a pas laissé la nostalgie s’installer. Au contraire, il s’ingénie à souffler sur les braises afin d’entretenir une passion dont la flamme ne semble pas près de s’éteindre.

Hervé Lagoguey



Retour au sommaire