SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No111
110
2
3
 
a
v
r
i
l
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  S à Z -  Troie - Director’s cut (Troy - director’s cut) - Edition Blu-ray (France)


"Troie - Director’s cut (Troy - director’s cut) - Edition Blu-ray (France) "
de Wolfgang Petersen
 

Avec Brad Pitt, Eric Bana, Brian Cox, Diane Kruger, Peter O’Toole, Orlando Bloom
Warner Home Vidéo

A l’époque de sa sortie, on l’attendait au tournant, cette méga production, résurrection du péplum antique comme le fut peu avant « Gladiator » : un casting de stars (Brad Pitt en tête), un réalisateur, Wolfgang Petersen capable du pire (« Air Force One », quand même gratiné dans le lourd ridicule !) comme du meilleur (« Le bateau », « Dans la ligne de mire » mais aussi « En pleine tempête » et même son remake de « Poséidon ») et une histoire assez casse-gueule. Au final, le point faible vient d’un Petersen un peu pépère, les bonnes surprises d’un Brad Pitt plus qu’excellent tout comme son adversaire Eric Bana, et d’un scénario monstrueux. Avec cette version « director’s cut », on réévalue à la hausse le travail de Petersen, et on se dit juste qu’entre les mains d’un John McTiernan ou (surtout) d’un Paul Verhoeven, « Troie » n’était plus vraiment proche du chef-d’œuvre comme il l’est dans l’état actuel, il était le chef-d’œuvre assuré.
Le roi Agamemnon n’a de cesse de conquérir tous les pays entourant la Méditerranée. Sa meilleure arme est un homme, Achille, le plus habile et puissant de ses guerriers. Mais ce dernier ne reconnait en rien la souveraineté de son roi, Achille est las de toutes ces guerres orchestrées par celui qu’il ne considère que comme un fou. Seule la ville de Troie résiste encore. Son prince, Hector, valeureux guerrier et sage diplomate, tente de nouer des relations de paix avec le frère d’Agamemnon, Menelaus. Mais la naissance d’une passion amoureuse entre son jeune frère et l’épouse de Menelaus va servir de prétexte à une guerre monumentale, la plus célèbre de l’Antiquité, celle qui verra la chute des tyrans et la mort de héros entrant dans la légende pour la postérité.
Ce qui accroche dès le début, c’est la modernité du récit. Partant du récit d’Homère, le scénariste David Benioff fait du héros mythique Achille (qui serait né de l’alliance d’un humain et d’un Dieu...) une sorte de super guerrier impressionnant mais en même temps torturé intérieurement sur son existence et à qui il l’a voué, le mégalomane Agamemnon. Ainsi, une des meilleures répliques du film est en même temps celle qui résume le mieux cette dernière adaptation du récit d’Homère sur Troie : « Sais-tu pourquoi les Dieux nous envient ? Parce que nous sommes mortels ! » dit Achille à une jeune esclave qui deviendra sa maitresse et son seul véritable amour. Face à lui, il fallait un personnage fascinant, le meilleur de tous, Hector que campe avec maestria un Eric Bana qui, face à Brad Pitt, donne au film toute sa force. Leur duel est le meilleur moment signé Petersen, lequel survole parfois les enjeux humains et tactiques de cette fabuleuse histoire (pour la petite histoire, Peter O’Toole ne s’est pas caché pour dire de l’allemand qu’il est tout sauf un metteur en scène & un réalisateur ! En même temps, hein, O’Toole a aussi joué dans pas mal de merdouilles donc il y a pire que Petersen dans sa carrière !). Seule grosse ombre au tableau, le transparent Orlando Bloom, définitivement mineur dans son genre quel que soit le film. Ceci étant dit, on passe à cette édition Blu-ray. La précédente édition DVD était déjà plus que belle. Qu’est-ce qui fait la différence ? Faites la comparaison sur les batailles, les plans éloignés : en Blu-ray, vous redécouvrez simplement le film, des détails apparaissent, tout est d’une netteté inédite, c’est absolument somptueux, parfait, magnifique. Et qu’apporte la director’s cut ? Bien plus de violence dans les batailles, véritablement barbares, crédibilisant bien mieux la reconstitution de cette légendaire fresque. Loin d’en rajouter dans les discours, il s’agit là d’une version quasiment non-censurée, celle qui fait de « Troie » le film se rapprochant le plus du chef-d’œuvre. On passe aux bonus, avec quasiment tout ce qu’il faut savoir pour recréer cette antique épopée : des décors aux costumes, des batailles aux intérieurs de Troie, de la création du cheval aux effets spéciaux (si présents et pourtant parfois si discrets, tel le duel entre Achille & le colossal Boagrius, tout y est, disséqué, expliqué, dévoilé, commenté par les spécialistes, Petersen et les acteurs. On regrettera cependant que la fonction IME, présente sur la version cinéma du HD-DVD n’est pas été reprise ici, director’s cut oblige, certainement. Mais voilà, en l’état, que ce soit l’édition Blu-ray, parfaite techniquement, ou la director’s cut, meilleure que la déjà très bonne version cinéma, en l’état actuel des choses, « Troie » se voit réévalué positivement, et donne au film des points supplémentaires qui en font un des meilleurs péplums du 7ème Art, et presque, presque un chef-d’œuvre.

Note film : 9/10
Blu-ray : copie magnifique, image Haute Définition 16x9ème 2.40 :1 - Bonus : 10/10 (en partie HD & standard) : nombreux documentaires sur la genèse du film - commentaires audios du réalisateur - parodie en simulation graphique.

St. THIELLEMENT



Retour au sommaire