SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No120
118
01
 
a
o
û
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINÉ   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   sfm   CINÉ-VIDÉOS
Encyclopédie de l'Imaginaire, 18 000 articles
  Sommaire - DVD -  S à Z -  Souviens-toi l’été dernier (I know what you did last summer) - Edition Blu-ray (France)
"Souviens-toi l’été dernier (I know what you did last summer) - Edition Blu-ray (France) "
de Jim Gillespie
 

Avec Jennifer Love Hewitt, Ryan Philippe, Sarah Michelle Gellar, Bridgette Wilson, Anne Heche, Freddie Prinze Jr.
Sony Pictures Vidéo

Quand « Scream » sortit en salles, relançant le genre du « slasher » en cartonnant de surcroît au box-office (pour rappel : plus de cent millions de dollars de recettes sur le seul territoire US pour chacun des deux premiers volets... Le troisième n’en faisant « que » 90 millions !), bien entendu le filon fut de nouveau des plus prospères. Premier à profiter de cette manne, « Souviens-toi l’été dernier » qui a en plus en point commun avec « Scream » d’avoir le même scénariste, à savoir Kevin Williamson. Et le mieux, c’est qu’au travers d’un slasher bien plus basique que « Scream », « Souviens-toi l’été dernier » est bien plus révélateur de la personnalité de son scénariste que ne l’est le film de Wes Craven. Sa ressortie en Blu-ray permet donc de replonger dans le genre, avec un de ses titres phares, loin d’être aussi mauvais que beaucoup se sont dépêchés de l’annoncer et servi en plus par une copie simplement superbe, ce qui tombe bien au vu de certaines qualités esthétiques du film.
En rentrant en voiture de leur fête de fin d’année scolaire, Julie, Helen, Barry et Ray heurtent un inconnu. Le croyant mort et pour s’éviter des sanctions judiciaires qui mettraient tous leurs projets d’avenir en suspens, ils décident de le jeter à la mer. Au dernier moment, l’inconnu se réveille mais les quatre amis le poussent quand même à l’eau... Un an plus tard, Julie rentre de l’université et retourne dans sa ville natale. Sa mère lui donne une lettre arrivée la veille à l’intérieur, une simple feuille avec écrit dessus « Je sais ce que vous avez fait l’été dernier ». Julie reprend contact avec les autres et peu après, l’hécatombe commence : un mystérieux tueur vêtu d’un ciré assassine froidement tous ceux liés à l’été dernier...
Résumé ainsi, en ignorant tout du film, on peut craindre le pire. Il n’en est rien (vous voulez le pire ? Le remake du « Bal de l’horreur » sorti cet été au cinéma, ça c’est de la nullité sur pellicule ! Bien entendu, il y a aussi cette ribambelle de « direct to vidéo » qui pour dix titres en comportent neuf d’absolument insupportables) grâce à « l’ami » (Ricoré ? Non, non...) Williamson. Quelqu’un de pas très gentil au final, quelqu’un qui déteste amèrement tout ce qui est adolescent et étudiant. Le summum étant son film qu’il a écrit ET réalisé, « Mrs Tingle ». Dans le cas présent, le scénario est tout de même mieux écrit que la normale (dans le genre, hein, dans le genre !), c’est déjà ça, mais surtout, on y voit quatre adolescents bêtes, égoïstes, égocentriques, pour trois d’entre eux, et une un peu plus humaine (Jennifer Love Hewitt : je n’ai jamais compris ce qu’on lui trouvait...) que les autres : elle a des remords même si elle a signé aussi le pacte du silence en noyant un mec. Sous la plume de Williamson, cette tranche d’âge s’ne prend plein les dents. Bon, ça ne fait pas un film, donc il reste l’élégance de la réalisation du jeune écossais Jim Gillespie qui signait là son premier film (que suivirent « D-Tox » avec Stallone, « Venom » écrit par Williamson et depuis, plus rien, il a disparu !). Se servant de son site de tournage, une bourgade longeant la côte Atlantique, Gillespie soigne ses plans, maintient un bon niveau de suspense, ne sombre pas dans le gore gratuit, bref il livre plus un suspense horrifique qu’un vulgaire slasher dégorgeant d’hémoglobine. La copie Blu-ray permet donc de redécouvrir les qualités photographiques et esthétiques du film via un piqué superbe dans les scènes de jour se passant en bord de l’océan et dans les séquences nocturnes très bien photographiées. Pour un tel petit film, c’est une excellente surprise. En bonus, il ne faut surtout pas rater le premier court-métrage de Gillespie, qui lui servit de carte de visite pour être embauché pour « Souviens-toi l’été dernier ». Intitulé « Joyride », il est pour certains une sorte de « Die hard » dans un coffre de voiture ! A vous de voir mais il constitue le morceau royal de choix des bonus, autrement rempli d’une featurette classique et d’un commentaire audio qui révèle quand même que le bonhomme n’a pas eu tant de libertés que ça sur son film. Voilà tout ce qu’il faut savoir sur cette édition Blu-ray d’un slasher plus défendable et intéressant que ce qu’il en a été dit. Ce n’est pas « Halloween », certes, mais dans le genre, il mérite bien mieux que sa triste réputation. Par contre, vous pouvez complètement oublier sa suite, exécrable au possible, ressortie aussi en Blu-ray mais d’une remarquable nullité, à mettre dans le même sac que le remake du « Bal de l’horreur », c’est dire ! Par contre, on reviendra bientôt sur un autre slasher de l’époque, pas mal du tout, « Urban legend », toujours en Blu-ray. Mais ceci est donc une autre histoire...

Film : 7/10
Blu-ray : copie excellente, image 1920x1080p Haute Définition 16x9 2.40 :1 - Bonus : 7/10 : commentaire audio du réalisateur et des producteurs, making-of, court-métrage de Jim Gillespie, bande-annonce.

St. THIELLEMENT



Retour au sommaire