SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No111
110
2
3
 
a
v
r
i
l
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  S à Z -  Vampires 2 : Adieu Vampires


"Vampires 2 : Adieu Vampires"
de Tommy Lee Wallace

Vampires 2 : Adieu Vampires de Tommy Lee Wallace



3/10


Jon Bon Jovi, Natasha Wagner, Cristian de la Fuente...


Parfois, quand un excellent film produit une séquelle qui sort directement pour la vidéo, on peut tomber sur de bonnes surprises. Parfois, non, comme c’est le cas de ce Vampires 2, qui souffre énormément de l’ombre de son modèle, un des chefs-d’œuvre de John Carpenter, pourtant écrit et réalisé par un de ses plus anciens amis, Tommy Lee Wallace, un gars assez doué si on se réfère à son Halloween 3, et à son adaptation de Ça de Stephen King.


Derek Bliss est un chasseur de vampires, un vrai, un pur, un dur de dur. Il s’adjoint une nouvelle équipe pour mettre fin aux agissements d’une reine de vampires, qui veut s’approprier le sang d’une jeune fille mordue, donc à moitié vampire, et qui peut sortir à la lumière du soleil.


Voilà, c’est tout. On retrouve le Nouveau-Mexique, son soleil, ses vampires qui crament, des armes sophistiquées, et on perd Jack Crow au profit de Derek Bliss. Et Jon Bon Jovi est loin d’égaler James Woods ! Dans le genre falot, il se pose là. Mais rien ne peut sauver un scénario aussi pauvre, aux personnages aussi fades (la reine des vampires n’est pas mal dans le genre quelconque, elle aussi !), réalisé sans inspiration par quelqu’un dont on aurait pu penser, de par son passé et ses liens avec John Carpenter, qu’il aurait hissé ce Vampires 2 vers le haut, une séquelle qui n’aurait jamais atteint le niveau du Vampires initial, mais qui aurait eu une bonne petite renommée, un beau succès d’estime, comme ce fut le cas en son temps pour Halloween 3


Carpenter, mais le premier avait, au départ, sans doute moins de talent que le second. Sa seule réussite étant ici l’utilisation du cinémascope avec bonheur (autrement, Big John l’aurait crucifié !). Seul son commentaire audio constitue le seul vrai bonus de ce DVD ; aurez-vous le courage de revoir le film pour cela ?


Bonus : Commentaire audio de Tommy Lee Wallace / Bandes annonces de films Columbia TriStar Vidéo.



Retour au sommaire