SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No111
110
2
3
 
a
v
r
i
l
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Films -  S - Z -  Spider


"Spider" de David Cronenberg

Spider de David Cronenberg



+++


Ralph Fiennes, Miranda Richardson, Gabriel Byrne, John Neville, Bradley Hall...


Après plusieurs années d’internement psychiatrique, Dennis Cleg, surnommé "Spider" par sa mère, est envoyé dans un foyer de réinsertion, dirigé par Mme Wilkinson. C’est à quelques rues de là qu’enfant, il a vécu une tragédie familiale tellement traumatisante qu’il en a justement perdu la raison. Il n’avait que 12 ans lorsque (il en est certain) son père a tué sa mère pour la remplacer par une prostituée dont il s’était amouraché et qui, après le drame, a pris la place de sa mère qu’il adorait. De retour sur les lieux infectés par sa mémoire en pleine confusion, Spider replonge peu à peu dans ses souvenirs. Pratiquement coupé des autres, il s’exprime par grommellements et remplit sans cesse d’une écriture illisible un carnet de notes. En menant une enquête sur le drame qui a bouleversé sa vie à tout jamais, il va découvrir qu’il existe quelque chose de pire que de perdre l’esprit : c’est de le retrouver.


Avec une approche tout à la fois originale et surprenante mais surtout loin des conventions habituelles du genre, Cronenberg décrit un univers bizarre et souvent contradictoire tout en laissant une totale liberté d’interprétation au spectateur. Le film aborde la limite entre la vérité et la perception qu’on peut en avoir et montre à quel point la mémoire peut être sélective dans certaines circonstances et à partir de quel moment un individu bascule dans la folie.


Avec Spider, Cronenberg dresse une sorte de portrait intimiste d’une folie ordinaire. En choisissant des dialogues minimalistes, des décors volontairement dépouillés à l’extrême ainsi qu’une gamme chromatique dans les tons de bruns et d’ocres, le spectateur ne peut que se focaliser que sur le personnage principal qui essaye tant bien que mal de recomposer certains pans de son tragique passé à la façon d’un puzzle dont les morceaux ne vont pas forcément là où il voudrait les mettre. Spider est un véritable rôle de composition pour Ralph Fiennes dans lequel il s’est visiblement impliqué à fond. On remarquera également les excellentes prestations de Bradley Hall, qui joue le rôle de Spider enfant, et de Miranda Richardson qui cumule à elle seule trois rôles : Mme Cleg (la mère de Spider), Yvonne (la prostituée dont le père de Spider est tombé amoureux) et Mme Wilkinson (la logeuse chargée d’aider Spider à se réinsérer dans la vie quotidienne).


Josèphe Ghenzer



Retour au sommaire