SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No111
110
2
3
 
a
v
r
i
l
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  S à Z -  Vendredi 13 : Jason le mort vivant


"Vendredi 13 : Jason le mort vivant"
de Tom McLoughlin

Vendredi 13 : Jason le mort vivant de Tom McLoughlin



+++++


Thom Matthews, Jennifer Cooke...


Ça y est, on amorce le meilleur des Vendredi 13. Après avoir “vécu” la mort de Jason, le “mongolito” à la machette, dans le Chapitre Final, il y avait eu le presque involontairement parodique Une Nouvelle Terreur (soit Vendredi 13 n° 5, faut suivre les gars !). On y voit Tommy, le gamin ayant occis Jason, devenu adolescent, intégrer un institut pour jeunes psychologiquement traumatisés. La mort de l’un d’eux déclenche un nouveau massacre dont le responsable semble être Jason...


Ou Tommy se prenant pour Jason. Ni l’un, ni l’autre, juste un copycat qui voulait venger la mort de la première victime. Force est d’avouer que si les meurtres n’avaient pas été parfois aussi originaux et très gores, et l’humour très gros, ce chapitre 5 eût été le pire. Bref, même si le film obtint un petit succès, le public n’apprécia guère d’être roulé ainsi dans la farine. Arrive donc Tom McLaughlin, un gars qui aime beaucoup le genre, et qui accepte de mettre en scène le chapitre 6 à condition de l’écrire. Et ce qu’il livre constitue certainement le meilleur épisode de la série. Car McLaughlin joue la carte de l’hommage, du pur délire, du burlesque, le tout dans une très belle ambiance et une réalisation de talent.


Tout commence par Tommy qui, sous un orage d’enfer, décide d’aller une bonne fois pour toutes réduire en miettes les restes de Jason, ce qui l’aidera enfin à passer des nuits tranquilles. Manque de bol, en fichant dans le corps du tueur une pique, la foudre s’abat dessus, ressuscitant ainsi Jason, qui amorce le générique en se la jouant à la James Bond !


Le reste sera plus classique tout en gardant cependant ses qualités esthétiques, ses références et ses scènes d’anthologie (pour un Vendredi 13, entendons-nous !). Pour être franc, on n’aurait jamais pensé avoir un tel film dans la saga. Une qualité qui rejaillira sur les épisodes suivants (qu’on annonce en DVD... curieux...), avec l’apport de la télékinésie (dans Vendredi 13 7), et Jason migrant à New York (dans Vendredi 13 8) pour jouer avec sa machette. En attendant, ne boudez pas votre plaisir, savourez le meilleur des Vendredi 13, même si comme d’habitude, ce DVD ne possède aucun bonus. Pourtant, celui-ci en aurait vraiment mérité.



Retour au sommaire