SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No108
108
2
2
 
j
u
i
l
l
e
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   PD-AP  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  A - F -  Le chant du solstice




"Le chant du solstice"
de
Caitlin Brennan

Editeur :
Harlequin
 

"Le chant du solstice"
de Caitlin Brennan



Présentation de l’éditeur

A l’Ecole de Magie de la Montagne, Valéria, l’unique femme cavalière, reçoit l’enseignement du grand Maître. Ases côtés, Kerrec, son compagnon, héritier de l’empire d’Aurélia, se remet des blessures reçues en combattant son demi-frère, le traître Gothard. Pourtant, loin de goûter la paix et la sérénité de ces lieux protégés des Dieux, Valéria sent en elle une sourde inquiétude. Car Kerrec a changé. L’homme puissant et tendre qui la désirait autrefois avec fougue se détourne d’elle à présent, habité semble-t-il par la seule pensée : affronter à nouveau les ennemis de l’Empire et se venger de Gothard...

Un matin, juste après le solstice d’été, Kerrec quitte la Montagne en dépit des supplications de Valéria. Prise d’un étrange pressentiment, elle se lance à sa poursuite. Mais lorsqu’elle le rejoint, c’est pour constater que son état s’est aggravé et qu’il recommence à perdre le contrôle de sa magie. Désormais, Valéria ne peut plus compter que sur elle-même. Elle seule a le pouvoir de défendre l’Empire et de sauver l’homme qu’elle aime...

Avis de Domino

Après l’émerveillement de La danse de l’équinoxe, le second opus de la saga était attendu avec impatience. Disons le d’emblée, ce second volet de la série tient toutes ses promesses. Magie et poésie sont une fois de plus au rendez-vous.

Dès la première phrase «  Il pleuvait des étoiles », on est happé par le récit. Tour à tour on est Euan, le prince barbare, fasciné à son corps défendant par les forces occultes et encore hanté par le souvenir de Valéria. On devient Kerrec toujours aussi insupportablement arrogant et orgueilleux mais jamais aussi grand et émouvant devant son pouvoir en miettes et qui peine à se reconstruire. Ou bien on se glisse dans la peau de Valéria, déboussolée, qui ne comprend plus Kerrec et sent son amour s’effilocher, quand ce n’est pas dans celle de Gothard immergé dans sa folie, totalement dominé par le sortilège du Chaos qu’il croit maîtriser.

Le lecteur vibre au rythme de leurs aventures et de leurs destins qui se croisent et s’entrecroisent à la manière d’une broderie dont le motif final reste cependant mystérieux. A côté de ces personnages principaux, certains, juste aperçus dans le premier volume, prennent de l’épaisseur et de l’importance à l’instar de Briana ou d’Artorius l’Empereur. On s’attache à leurs pas, impatient de découvrir ce que le sort leur réserve. Les personnages nous semblent à la fois proches dans leur banalité, leurs petitesses et mesquineries et dans le même temps si éloignés de nous par l’étincelle de magie qui les illumine tous.

Dans ce second volet, on découvre également de façon plus approfondie les deux mondes qui s’opposent. L’Empire, un géant vacillant sur ses bases mais également ultime rempart de la civilisation contre la barbarie et celui justement des Barbares, magnifique dans sa cruauté, exsudant à la fois la vie et la mort, célébrant les forces primitives dans la démesure. Et puis évidemment, les Dieux Blancs, les chevaux continuent à jouer leur partition, semblant observer les hommes se débattre avec leur destinée, leur laissant croire qu’ils sont les maîtres de leur futur alors qu’ils ne sont que les jouets de Dieux ! Et à la fin la seule question qui reste en suspens est de savoir si le destin de l’Empire et du Monde sont effectivement déjà scellés et que l’action des hommes est vaine ou bien si par leurs choix, ils peuvent encore en infléchir le cours.

Un grand vent de poésie avec des accents épiques balaie le roman et marquera durablement l’esprit du lecteur. Dans un style simple et efficace où la beauté des images fait contrepoint au maelström des sentiments, Caitlin Brenann crée un univers fascinant que l’on quitte à regret.

Le chant du solstice est un roman inoubliable qui hantera longtemps le lecteur et c’est avec une impatience accrue qu’on attendra la suite de la saga, Shattered Dance. Espérons qu’Harlequin ne nous fera pas languir trop longtemps !

Dominique Simon

Fiche Technique

Format : broché
Editeur : Harlequin
Collection : Luna
Sortie : 1er juillet 2008
Prix : 7,50 €






Retour au sommaire