SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No111
110
2
3
 
a
v
r
i
l
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Interviews -  Clovis Cornillac acteur Eden Log


Interview de Clovis Cornillac acteur Eden Log
Par

Dernier ajout : lundi 23 juin 2008

"Clovis Cornillac acteur Eden Log"

Pour vous qui avez fréquenté des productions plus confortables, en moyens comme en durée,
y a-t-il une stimulation supplémentaire lorsqu’un film se fait dans l’urgence comme EDEN
LOG ?

Un tournage a beau durer six mois, comme ce fut le cas avec UN LONG DIMANCHE DE
FIANÇAILLES ou ASTÉRIX AUX JEUX OLYMPIQUES, ce n’est jamais assez. On voudrait que ça
dure toujours plus longtemps. Le confort, le matériel ne sont pas les mêmes. Les techniciens sont
mieux payés, les heures supplémentaires aussi, mais à l’arrivée on a systématiquement l’impression
de finir le film de justesse. Mais comparé à de grosses productions, EDEN LOG est un petit
commando. Pas le temps de tergiverser, de se demander « Est-ce qu’on utilise la grue aujourd’hui ? ».
C’est forcément rentre-dedans. On se trouve en première ligne avec un projet comme celui-là.
Franck Vestiel a clairement tiré le meilleur parti de cette économie de moyens.
Franck m’en avait parlé, m’avait raconté le film et je savais qu’il voulait y mettre beaucoup de choses.
Je ne suis pas un pro du genre, contrairement à lui, mais on se rejoint sur ce que le cinéma peut
exprimer. Je savais que le film aurait autant de niveaux que de degrés de lecture. On peut le voir
comme un jeu de vidéo, avec un aspect très ludique, le vivre comme un film oppressant, qui va t’offrir
un tour de train fantôme, ou y puiser des idées passionnantes sur l’humanité, les religions, la
métaphysique. J’aime son approche intelligente de la science fiction.

On peut même parler de science fiction citoyenne...

Quand on prend un livre comme 1984, on voit
clairement ce qu’il symbolise. Ça a beau être de la
science fiction, ce n’est jamais éloigné de nos
questionnements du moment. Un film comme EDEN
LOG, sur les hommes, l’énergie, et cette mystérieuse
organisation sociale me semble presque relever de la
science. On y ajoute de la fiction, mais qui ne me paraît
pas si folle que ça. Il y a des choses qui nous
semblaient dingues dans 2001, L’ODYSSÉE DE
L’ESPACE, mais on se parle bien aujourd’hui avec des
portables. La science fiction possède une dimension
visionnaire que Franck a en lui. EDEN LOG est un film
qui n’a pas d’âge, et qui n’en aura pas. Je pense
sincèrement qu’il va révéler Franck aux yeux du
monde, l’établir comme quelqu’un qui va compter.
J’espère juste que la France ne passera pas à côté. Ma
plus grande angoisse est qu’on lui propose des choses
ailleurs, maintenant que le film s’est vendu dans le
monde entier, et qu’on se demande, cinq ans après,
pourquoi il est parti alors qu’on avait son talent à portée
de main.


Retour au sommaire