SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No116
110
9
 
a
o
û
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 16 000 articles
  Sommaire - DVD -  G - L -  Je suis une légende (I am legend) - Edition Blu-ray (France)
LIVRES-SF-FANTASTIQUE
Voir 89 livres sur le cinéma, romans, études, histoire, sociologie...
"Je suis une légende (I am legend) - Edition Blu-ray (France) "
de Francis Lawrence
 

Avec Will Smith, Alice Bragga.
Warner Home Vidéo

Ce mois de Juin 2008 sera, en vidéo, celui de Will Smith. Lié, il est vrai, à la sortie prochaine de son nouveau film, « Hancock », le 9 Juillet, où il incarne un super-héros dépressif pour un résultat mélangeant spectaculaire et humour pour le meilleur et/ou le pire... On en reparlera en temps voulu sur ce même site. Bref, en vidéo, on a donc droit aux éditions Blu-ray de « Men in black », « I, robot » et en DVD & Blu-ray, à celui dont il est question maintenant, « Je suis une légende », œuvre qui à la revoyure doit beaucoup à Will Smith qui fait oublier que derrière la caméra et le scénario, on aurait pu avoir largement mieux pour un résultat qui aurait fait de cette nouvelle adaptation du roman de Richard Matheson la meilleure à ce jour, pour un chef-d’œuvre de la SF. Ce n’est pas le cas, on le sait, mais dans ce qu’il offre, « Je suis une légende » constitue quand même un très bon film.
Il pourrait être le dernier homme sur Terre. Il envoie des messages chaque jour pour trouver d’autres survivants. Il, c’est le Dr Robert Neville qui a vu l’humanité s’éteindre en quelques mois suite à la mutation d’un vaccin contre le cancer. A part lui, la nuit est aussi le domaine de créatures, dégénérescences d’humains vivant en communauté, prédateurs pour tout ce qui n’est pas comme eux. Neville en capture de temps en temps pour chercher un antidote. Mais jusqu’à quand pourra t’il vivre ainsi, avant que la folie, la solitude et le désespoir ne gagnent sur tout ce qu’il lui reste d’humain...
On a déjà dit beaucoup sur le film lors de sa sortie cinéma. Une nouvelle vision ne vient que confirmer les qualités et les (petits) défauts d’une œuvre ambitieuse mais qui souffrit de problèmes de logistiques, d’effets spéciaux (les mutants laissent un peu à désirer) et surtout de scénario, il est vrai finalisé par Akiva Goldsman, capable du pire (« Lost in space », « Batman forever », « Batman & Robin », et surtout « Da Vinci code ») comme du (presque) meilleur (« Le client », « I, robot » & « De l’ombre à la lumière »). Mais dans l’ensemble, « Je suis une légende » s’avère tout de même assez réussi, au point de réellement inquiéter. La recréation d’un futur plus vrai que nature n’y est pas étrangère, de même qu’un Will Smith plus que convaincant. L’autre point positif (mais encore trop négatif pour certains) est que le côté religieux n’est pas aussi dictatorial qu’on ne l’a annoncé : au contraire, il n’envahit pas l’histoire puisqu’il n’arrive qu’à la fin en plus. Quant au message d’une des survivantes, on le prend comme on veut : dans la réalité, il en serait ainsi, les croyants trouveront leurs raisons, les autres auront les leurs aussi. Un combat vieux comme le monde, encore présent aujourd’hui, inutile de le rappeler, l’actualité s’en charge. Mais ce qui fait pencher la balance du bon côté, c’est justement cette fin où Neville ne remet rien entre les mains d’un Dieu quelconque, il reste lui. Heureusement d’ailleurs, sinon « Je suis une légende » aurait pu être détestable.
Passons au Blu-ray : une qualité technique magnifique, pour un spectacle visuel
simplement époustouflant parfois. Les problèmes liés aux mutants restent les mêmes, mais la vision du futur trouve en ce support un réalisme confondant. Niveau bonus, une galerie de petits modules pour le making-of, un documentaire sur les virus et surtout cette version dont avait parlé Francis Lawrence lors de sa venue à Paris, version alternative disponible en choix au début du film. Disons le tout de suite, elle est ridicule : la fin donne de l’humanité aux mutants, annihilant en même temps tout ce qui précéda. L’actuelle fin est dans l’esprit de tout le film et s’avère certes définitive avec une lueur d’espoir mais ô combien plus normale. Petit bémol cependant : la musique du générique final de la fin alternative est superbe, c’est celle de la bande-annonce, et n’a pas été reprise pour le générique final de la version cinéma, plus « chaleureuse » du moins au début. Un peu comme si en optant pour cette fin plus sombre, il avait été décidé de ne pas assombrir l’ensemble avec un thème musical final du même acabit. Comme quoi, ce n’est pas encore demain que les producteurs et les studios américains iront jusqu’au bout de leurs choix sans craindre les réactions du public. Enfin, toujours est-il qu’au final, malgré des bonus somme toute très « commerciaux » mais nombreux, il reste cette version alternative, et la réussite d’un transfert Blu-ray magnifique pour ce qui constitue à ce jour un excellent film de science-fiction dans l’histoire du 7ème Art. Un Blu-ray qui saura trouver sa place dans toute « Bluraythèque »...

Note film : 8/10
Blu-ray : copie magnifique, image Haute Définition 16x9 2.40 :1 - Bonus : 8/10 : version alternative - making-of en plusieurs modules - la science et le film - 4 petits films d’animation sur des séquences du film.

Stéphane Thiellement



Retour au sommaire